"Alexandre Beglov, le gouverneur par intérim, a reçu 64,57% de voix", a annoncé lundi matin la Commission électorale après le dépouillement de 97% de bulletins.

Candidat pro-pouvoir nommé gouverneur par intérim l'an passé, Alexandre Beglov n'avait face à lui que deux candidats peu connus, Nadejda Tikhonova et Mikhaïl Amossov, qui ont obtenu respectivement 16,84% et 15,93% des voix.

Son principal opposant, le candidat communiste et réalisateur réputé Vladimir Bortko, s'était retiré de la course quelques jours avant l'élection, affirmant que les "dés étaient pipés".

L'opposition a dénoncé des fraudes électorales à Saint-Pétersbourg: dimanche, des mouvements d'opposition ont publié des interviews d'électeurs disant avoir été payés pour voter ou des images de bourrages d'urnes, tandis que le taux de participation dans certains bureaux de vote a augmenté soudainement.

"Le pouvoir a réussi à faire passer en douce Alexandre Beglov. C'est évident que ce n'était pas des élections mais une farce", a déclaré à l'AFP Boris Vichnevski, membre du parti libéral Iabloko. Boris Vichnevski est l'un des opposants les plus populaires de Saint-Pétersbourg mais il n'avait pas été autorisé à se présenter.

Les Russes ont voté dimanche à travers le pays pour des scrutins locaux qui incluent notamment l'élection du gouverneur dans 16 régions du pays. Avec Moscou, Saint-Pétersbourg (nord-ouest) a été la ville où la campagne électorale a suscité le plus de controverses.