Riace, le petit village italien qui revit grâce aux réfugiés

Riace, le petit village italien qui revit grâce aux réfugiés
© reuters

Pour faire revivre son village de Calabre, région pauvre du sud de l'Italie, le bourgmestre de Riace, Domenico Lucano, a eu l'idée d'accueillir un nombre limité de migrants dès 1998. Avec l'aide du gouvernement, il leur a offert un toit et du travail. Son initiative a permis de rénover les maisons abandonnées du village et de stimuler son économie. Et ce qui était alors un village fantôme est redevenu une bourgade pleine de vie. En tout, environ 450 réfugiés, originaires de plus de 20 pays différents vivent actuellement à Riace, ce qui constitue un quart de sa population. Des ateliers d'artisans ont été inaugurés où les migrants peuvent y gagner un salaire en mettant en avant leurs compétences apprises dans leur pays d'origine. Cependant, le tableau n'est pas tout rose, si pour de nombreux réfugiés, Riace est considéré comme un paradis où il se sentent en sécurité, d'autres arrivés plus récemment rencontrent des difficultés à s'intégrer et peinent à gagner de l'argent pour vivre au quotidien.

Lire aussi: En Italie, le salut des petits villages passe par les migrants

Riace © reuters

Une famille originaire d'Erythrée dans leur maison de Riace.

Riace © reuters

Riace © reuters

Les réfugiés font des petits boulots pour gagner leur vie au quotidien.

Riace © reuters

Daniel, un migrant du Ghana, participe à des travaux de rénovation.

Riace © reuters

Mohamed, originaire du Bénin.

Riace © reuters

Robert, venu du Ghana, pose avec son patron dans un bar du village.

Riace © reuters

Telahun, venu d'Erythrée, sur la terrasse de sa maison.

Riace © reuters

Riace © reuters

Riace © reuters

Dessins d'enfants de Riace.

Riace © reuters

Riace © reuters

Amina, Somalienne de 20 ans, étudie l'italien.

Riace © reuters

A l'école.

Riace © reuters

Des réfugiés d'Erythrée dans leur maison.