Les autorités tunisiennes espèrent que les touristes belges reviendront en masse alors que le secteur touristique tunisien ne s'est toujours pas tout à fait remis des attaques terroristes qui ont frappé le pays en 2015.

La Tunisie a subi trois attaques de l'organisation Etat islamique en 2015. Celles-ci avaient fait un total de 72 victimes, dont deux ressortissantes belges. Tous les voyages non-essentiels vers la Tunisie avaient alors été déconseillés par les Affaires étrangères.

La semaine dernière, cet avis de voyage a été assoupli. "A la condition d'observer la prudence recommandée, les voyageurs peuvent se rendre à Tunis, sur l'axe côtier Mahdia-Monastir-Sousse-Hammamet-Nabeul-Tunis-Bizerte", stipule-t-il actuellement. Sur le restant du territoire, les voyages non essentiels restent déconseillés.

Depuis, Thomas Cook et TUI ont annoncé qu'ils reprendraient leurs voyages à destination de la Tunisie.

"L'ajustement de l'avis de voyage est survenu après la constatation que la Tunisie a fait un effort important pour assurer sa sécurité, plus particulièrement au niveau des aéroports, des ports et des hôtels", a justifié le ministre Reynders, en déplacement à Tunis.

Plusieurs pays, dont la Belgique, ont aidé la Tunisie en ce sens, alors que le secteur touristique est capital pour l'économie tunisienne.

M. Reynders invite toutefois les voyageurs belges à lire attentivement les recommandations de sécurité qui figurent dans l'avis. Même si "ce n'est qu'un avis" et qu'il n'y a "jamais eu d'interdiction: ceux qui le voulaient pouvaient se rendre en Tunisie avec Tunisair les années passées".

Après s'être entretenu avec son homologue belge, le ministre tunisien des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui, a déclaré que la révision de l'avis de voyage belge était "une décision importante".

En décembre, lors d'une mission des trois Premiers ministres du Benelux en Tunisie, les autorités tunisiennes avaient plaidé pour une levée des restrictions de voyage.

Les autorités tunisiennes espèrent que les touristes belges reviendront en masse alors que le secteur touristique tunisien ne s'est toujours pas tout à fait remis des attaques terroristes qui ont frappé le pays en 2015.La Tunisie a subi trois attaques de l'organisation Etat islamique en 2015. Celles-ci avaient fait un total de 72 victimes, dont deux ressortissantes belges. Tous les voyages non-essentiels vers la Tunisie avaient alors été déconseillés par les Affaires étrangères. La semaine dernière, cet avis de voyage a été assoupli. "A la condition d'observer la prudence recommandée, les voyageurs peuvent se rendre à Tunis, sur l'axe côtier Mahdia-Monastir-Sousse-Hammamet-Nabeul-Tunis-Bizerte", stipule-t-il actuellement. Sur le restant du territoire, les voyages non essentiels restent déconseillés. Depuis, Thomas Cook et TUI ont annoncé qu'ils reprendraient leurs voyages à destination de la Tunisie. "L'ajustement de l'avis de voyage est survenu après la constatation que la Tunisie a fait un effort important pour assurer sa sécurité, plus particulièrement au niveau des aéroports, des ports et des hôtels", a justifié le ministre Reynders, en déplacement à Tunis. Plusieurs pays, dont la Belgique, ont aidé la Tunisie en ce sens, alors que le secteur touristique est capital pour l'économie tunisienne. M. Reynders invite toutefois les voyageurs belges à lire attentivement les recommandations de sécurité qui figurent dans l'avis. Même si "ce n'est qu'un avis" et qu'il n'y a "jamais eu d'interdiction: ceux qui le voulaient pouvaient se rendre en Tunisie avec Tunisair les années passées". Après s'être entretenu avec son homologue belge, le ministre tunisien des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui, a déclaré que la révision de l'avis de voyage belge était "une décision importante". En décembre, lors d'une mission des trois Premiers ministres du Benelux en Tunisie, les autorités tunisiennes avaient plaidé pour une levée des restrictions de voyage.