Quatre autres Casques bleus sont aussi portés disparus, ajoute un communiqué de l'ONU qui ne précise pas la nationalité des blessés et des disparus. Dans ce communiqué, le secrétaire général Ban Ki-moon "condamne de la manière la plus ferme cette attaque" survenue dans le territoire de Beni, au Nord Kivu, à l'est de la RDC. Le convoi de la Monusco est tombé dans une embuscade et "a essuyé des tirs d'éléments soupçonnés d'appartenir aux Forces démocratiques alliées (ADF)" (rebelles ougandais). L'ONU rappelle qu'un autre incident est survenu le 4 mai, quand un hélicoptère de la Monusco a été touché par des tirs en provenance d'éléments armés non-identifiés dans la même zone. M. Ban "condamne également de la manière la plus ferme les atrocités qui continuent d'être commises par les ADF contre les populations civiles sans défense dans la région de Beni". Les Nations unies "restent déterminées à prendre toutes les mesures nécessaires afin de protéger les civils et neutraliser les groupes armés à l'est de la RDC, en conformité avec la résolution 2211 (2015) du Conseil de sécurité", conclut le communiqué.

Quatre autres Casques bleus sont aussi portés disparus, ajoute un communiqué de l'ONU qui ne précise pas la nationalité des blessés et des disparus. Dans ce communiqué, le secrétaire général Ban Ki-moon "condamne de la manière la plus ferme cette attaque" survenue dans le territoire de Beni, au Nord Kivu, à l'est de la RDC. Le convoi de la Monusco est tombé dans une embuscade et "a essuyé des tirs d'éléments soupçonnés d'appartenir aux Forces démocratiques alliées (ADF)" (rebelles ougandais). L'ONU rappelle qu'un autre incident est survenu le 4 mai, quand un hélicoptère de la Monusco a été touché par des tirs en provenance d'éléments armés non-identifiés dans la même zone. M. Ban "condamne également de la manière la plus ferme les atrocités qui continuent d'être commises par les ADF contre les populations civiles sans défense dans la région de Beni". Les Nations unies "restent déterminées à prendre toutes les mesures nécessaires afin de protéger les civils et neutraliser les groupes armés à l'est de la RDC, en conformité avec la résolution 2211 (2015) du Conseil de sécurité", conclut le communiqué.