Qui sont les lauréats du Prix de l'inventeur européen 2017 ?

16/06/17 à 14:37 - Mise à jour à 14:36

Depuis 12 ans, l'Office Européen des Brevets (OEB) décerne des prix à des inventeurs européens. Qui sont les lauréats 2017 ?

Qui sont les lauréats du Prix de l'inventeur européen 2017 ?

Les lauréats du Prix de l'inventeur européen 2017 à la remise de prix à Venise, avec le président de l'OEB Benoit Battistelli o © European Inventor Award 2017

Environ 600 invités issus du monde politique, des affaires, du secteur de la propriété intellectuelle et de la recherche se sont rendus à la remise des prix des inventeurs européens à Venise. Créée en 2006, cette compétition récompense, individuellement ou en équipe, les inventeurs dont les innovations ont contribué à répondre aux grands défis de notre temps.

A l'occasion de cette 12e cérémonie, le Président de l'OEB, Benoît Battistelli, a déclaré à propos des lauréats : " Ces inventeurs ont non seulement contribué au progrès technologique, mais leurs inventions brevetées ont aussi eu un impact majeur sur le plan social et technologique. Ils ont contribué à faire avancer la médecine, à protéger l'environnement ou encore à améliorer le guidage par satellite. Autant de progrès susceptibles de nous rapprocher les uns des autres ".

Les prix sont divisés en plusieurs catégories: "Industrie", "Recherche", "Pays non membres de l'OEB", "Petites et Moyennes Entreprises", "Prix du Public" et "OEuvre d'une vie".

Cette année, les 15 finalistes ont été sélectionnés parmi plus de 450 candidatures.

Catégorie "Industrie"

Une personne décède toutes les 12 secondes de la malaria. Une maladie mortelle qui n'est pourtant diagnostiqué que dans 10% des cas. L'hématologue néerlandais Jan van den Boogaart et le biochimiste autrichien Oliver Hayden ont développé un test permettant de diagnostiquer les infections de cette maladie tropicale avec une plus grande précision.

Catégorie" Recherche"

Laurent Lestarquit (France), José Ángel Ávila Rodríguez (Espagne), Günter Hein (Allemagne), Jean-Luc Issler (France) et Lionel Ries (Belgique/France) ont été récompensés à Venise pour leurs technologies de signalisation primaire destinées au système européen Galileo de géonavigation par satellite (GNSS). Leurs inventions dans le domaine de la navigation satellitaire permettent une plus grande précision dans l'émission des signaux satellites, et une réduction des risques d'interférence entre les 50 satellites en orbite. Elles permettent également de réduire les besoins des satellites en électricité. Leur projet sera opérationnel en 2020.

Catégorie "Pays non-OEB"

Les ingénieurs américains James G. Fujimoto et Éric A. Swanson et le physicien allemand Robert Huber ont mis au point une technique d'imagerie (dite TCO) permettant aux médecins de créer des images en temps réel des tissus humains. Cette invention permet une meilleure détection précoce du cancer, ainsi que les maladies oculaires.

Cette innovation a contribué à réduire les coûts pour les patients et le personnel soignant de par sa grande disponibilité. De plus, la capacité de cette technologie à produire des images en temps réel lors d'une opération chirurgicale a augmenté la sécurité dans les blocs opératoires. Elle a également contribué au développement de produits pharmaceutiques et à une meilleure compréhension de la cause des maladies.

Catégorie "Petites et moyennes entreprises" (PME)

L'allemand Günter Hufschmid a reçu le Prix de l'inventeur européen 2017 dans la catégorie PME pour sa super-éponge contre les déversements de pétrole. Pouvant absorber jusqu'à sept fois son poids, cire synthétique est un nouveau moyen redoutable pour lutter contre les déversements de pétrole et de produits chimiques.

Catégorie "Prix du public"

L'augmentation de la résistance des bactéries est un problème de taille pour la santé mondiale. Adnane Remmal, un biologiste marocain, a gagné le prix du public grâce à son invention qui consiste en l'augmentation de la capacité des antibiotiques via l'utilisation des propriétés médicinales naturelles de plantes aux vertus bactéricides. Cette innovation contribue à diminuer les résistances bactériennes dues à l'abus d'antibiotiques.

Pour Benoît Battistelli, le biologiste "a montré que les antibiotiques traditionnels et les huiles essentielles naturelles pouvaient être combinés pour décupler leurs effets. Avec son travail, il contribue largement à développer la recherche pharmaceutique dans son pays natal, le Maroc".

Catégorie "OEuvre d'une vie"

C'est au chercheur italien Rino Rappuoli que l'on doit les vaccins de nouvelle génération contre la méningite, la coqueluche et d'autres infections. Il a mis au point a des "vaccins conjugués" qui ont permis de pratiquement éradiquer des pays développés les maladies infectieuses telles que la diphtérie, la méningite bactérienne et la coqueluche. Ces vaccins sont génétiquement modifiés et provoquent une plus forte réaction immunitaire que les vaccins utilisés auparavant.

Nos partenaires