Longtemps, "le Serpent" a su échapper à ses poursuivants, tout en tétanisant du regard ses rivaux et ses partenaires. Longtemps, il s'est cru un partenaire "incontournable" de la communauté internationale, un pilier de la "stabilité régionale" des Balkans. L'ancien militant des cercles clandestins de la diaspora albanaise en Suisse, l'ancien porte-parole de l'Armée de libération du Kosovo (UÇK) avait fait sa première apparition publique le 5 février 1999, arrivant en jeep à l'aéroport de Pristina pour s'envoler en direction de Paris: totalement inconnu de l'opinion publique, ce jeune homme né en 1968 allait prendre la direction de la délégation albanaise lors des négociations menées au château de Rambouillet avec les représentants du régime serbe de Slobodan Milo¨evi?. C'est de ce même aéroport qu'Hashim Thaçi s'est envolé, le jeudi 5 novembre, à destination de La Haye, après avoir annoncé sa démission de la présidence de la République et sa mise en accusation par les Chambres spécialisées du tribunal chargé de juger les crimes imputés à l'ancienne guérilla...
...

Longtemps, "le Serpent" a su échapper à ses poursuivants, tout en tétanisant du regard ses rivaux et ses partenaires. Longtemps, il s'est cru un partenaire "incontournable" de la communauté internationale, un pilier de la "stabilité régionale" des Balkans. L'ancien militant des cercles clandestins de la diaspora albanaise en Suisse, l'ancien porte-parole de l'Armée de libération du Kosovo (UÇK) avait fait sa première apparition publique le 5 février 1999, arrivant en jeep à l'aéroport de Pristina pour s'envoler en direction de Paris: totalement inconnu de l'opinion publique, ce jeune homme né en 1968 allait prendre la direction de la délégation albanaise lors des négociations menées au château de Rambouillet avec les représentants du régime serbe de Slobodan Milo¨evi?. C'est de ce même aéroport qu'Hashim Thaçi s'est envolé, le jeudi 5 novembre, à destination de La Haye, après avoir annoncé sa démission de la présidence de la République et sa mise en accusation par les Chambres spécialisées du tribunal chargé de juger les crimes imputés à l'ancienne guérilla... En vérité, c'est le 24 juin 2020 que le destin d'Hashim Thaçi s'est brisé. Alors qu'un sommet "historique" devait réunir trois jours plus tard le président du Kosovo et son homologue serbe Aleksandar Vu?i? à la Maison-Blanche, autour de Donald Trump, ces Chambres spécialisées ont annoncé sa mise en accusation pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité. Selon la procédure complexe de cette juridiction ad hoc rattachée au système judiciaire du Kosovo, mais composée de magistrats internationaux et "délocalisée" aux Pays-Bas, l'acte d'accusation, élaboré fin avril, devait être confirmé par la justice dans un délai de six mois, qui tombait à échéance fin octobre. En avril, l'acte d'accusation n'avait pas été rendu public et la décision de le divulguer le 24 juin avait certainement pour but de compromettre la rencontre de Washington: l'administration américaine voulait imposer un accord "définitif" entre le Kosovo et la Serbie qui aurait été basé sur une "redéfinition des frontières", en clair des échanges de territoires, une option à laquelle l'Allemagne et plusieurs pays européens étaient résolument opposés. Hashim Thaçi, pour sa part, avait accepté de s'engager dans un face-à-face hasardeux avec Aleksandar Vu?i?. Un processus de "dialogue technique" entre Belgrade et Pristina se poursuit pourtant depuis des années sous l'égide de l'Union européenne et, selon la constitution du Kosovo, le président de la République n'a aucun mandat pour mener des négociations internationales. L'administration américaine avait fait le forcing pour mettre en place ce dialogue direct entre Hashim Thaçi et Aleksandar Vu?i?: qui réunir de mieux que l'ancien porte-parole de la guérilla et un ancien ultranationaliste serbe devenu "proeuropéen" pour conclure un accord "historique" supposant des compromis "difficiles"? Dans l'entourage des deux hommes, du reste, certains conseillers rêvaient tout haut de voir leurs patrons récompensés du prix Nobel de la paix. Au vrai, Hashim Thaçi n'avait pas d'autre choix que de s'engager dans ce dialogue avec Vu?i?. L'épée de Damoclès de la justice planait au-dessus de sa tête depuis que le député suisse Dick Marty avait présenté devant l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, en décembre 2010, un retentissant rapport sur les crimes imputés à l'UÇK: enlèvements et meurtres de civils serbes ou roms, mais aussi élimination systématique des militants albanais issus des factions rivales à l'UÇK, notamment de la Ligue démocratique du Kosovo (LDK)... Le rapport pointait le rôle du noyau central de la direction de la guérilla, le "groupe de la Drenica", du nom de la région dont étaient originaires ses principaux membres, à commencer par Hashim Thaçi. C'est sur la base de ce rapport qu'ont été créées les Chambres spécialisées. Dans l'espoir d'échapper à la justice, Hashim Thaçi croyait qu'il était bon de se rendre indispensable à la communauté internationale, d'autant que sa marge de manoeuvre politique était de plus en plus réduite. Après la fin de la guerre, l'ancienne guérilla a donné naissance au Parti démocratique du Kosovo (PDK), qui a mis le pays en coupes réglées, malgré le déploiement d'une lourde tutelle internationale, civile et militaire, poursuivant l'élimination de ses rivaux politiques, accaparant les actifs économiques du pays à la faveur des privatisations, gardant la haute main sur tous les trafics illégaux. Si l'UÇK reste auréolée du prestige de la lutte contre le régime serbe, la corruption et la dérive clientéliste du PDK passaient de plus en plus mal. En février 2016, le Parlement du Kosovo avait élu Hashim Thaçi président de la République dans une ambiance d'émeute. Et l'opinion publique n'était nullement prête à le suivre dans la voie d'un compromis territorial avec Belgrade. L'éviction d'Hashim Thaçi de la vie politique n'aura guère de conséquences. Un "accord économique", baroque et incohérent, avait finalement été signé par le Kosovo et la Serbie le 4 septembre dernier dans le bureau ovale de la Maison- Blanche, prévoyant notamment la reconnaissance mutuelle d'Israël et du Kosovo ainsi que le transfert de l'ambassade de Serbie à Jérusalem, mais cet accord a toute chance d'être caduc dès lors que Donald Trump n'est plus président. L'option d'un échange de territoires n'est plus à l'ordre du jour et la "normalisation" des relations entre Belgrade et Pristina dépend donc de la poursuite du dialogue que l'Union européenne a relancé. Comme le prévoit la Constitution du Kosovo, c'est la présidente du Parlement, Vjosa Osmani (LDK), qui assure la charge de présidente de la République ad interim, et il reviendra au Parlement d'élire un nouveau chef de l'Etat. Comme aucune majorité claire ne devrait se dégager, des élections législatives anticipées semblent inévitables, et elles risquent de confirmer la marginalisation du PDK, même si celui-ci tentera de jouer la carte de la victimisation. Il n'est pas certain que cet argumentaire parvienne à mobiliser les électeurs, même si la société du Kosovo a encore beaucoup de chemin à faire pour se réconcilier avec son propre passé et accepter de reconnaître la réalité des crimes commis par certains au nom de lutte de libération. Un article de Jean-Arnault Dérens.