"Le président a ramené ces belles oeuvres historiques, qui appartiennent aux Américains, jusqu'aux Etats-Unis pour qu'elles soient exposées dans la maison du peuple", la Maison Blanche, a confirmé dimanche à l'AFP un des porte-parole de l'exécutif, Judd Deere.

Lors d'une visite en France en novembre 2018 pour commémorer les 100 ans de la fin de la Première Guerre mondiale, le dirigeant républicain avait annulé son déplacement dans un cimetière américain près de Paris, expliquant que les mauvaises conditions météorologiques rendaient impossible la visite.

Un article paru jeudi dans le mensuel The Atlantic affirme que le milliardaire n'en voyait tout simplement pas l'intérêt, qualifiant de "losers" et de "crétins" les soldats américains morts au combat.

La Maison Blanche dément fermement.

Rater cette visite avait donné à Donald Trump "six heures de temps libre à la résidence de l'ambassadeur", l'Hôtel de Pontalba dans le 8e arrondissement de Paris où de nombreuses oeuvres d'art sont exposées, explique Bloomberg.

Le lendemain, "Trump avait envie de plusieurs oeuvres (...) et sur un coup de tête, a demandé à ce qu'elles soient retirées et embarquées dans Air Force One", l'avion du président américain, écrivent les journalistes en citant plusieurs sources anonymes.

Amusement et de stupéfaction

Sur sa liste: un buste et un portrait de Benjamin Franklin, l'un des Pères fondateurs des Etats-Unis et le premier ambassadeur américain en France, ainsi qu'un ensemble de statuettes.

Donald Trump avait plus tard plaisanté que son ambassadeur pourrait les récupérer "dans six ans", après un second mandat qu'il briguera le 3 novembre, selon Bloomberg.

"L'incident a été perçu avec un mélange d'amusement et de stupéfaction sur le moment, mais a provoqué des maux de tête pour les employés de la Maison Blanche et du département d'Etat", poursuit l'article.

Après un "furieux échange d'emails" aux Etats-Unis, il a été déterminé que ce transfert était légal, "puisque les oeuvres appartiennent au gouvernement américain".

Les oeuvres avaient d'abord été estimées à 750.000 dollars. Mais, selon Bloomberg, une experte a plus tard jugé que les figurines étaient des "faux" et que les buste et portrait de Franklin étaient des répliques.

"Le président a ramené ces belles oeuvres historiques, qui appartiennent aux Américains, jusqu'aux Etats-Unis pour qu'elles soient exposées dans la maison du peuple", la Maison Blanche, a confirmé dimanche à l'AFP un des porte-parole de l'exécutif, Judd Deere.Lors d'une visite en France en novembre 2018 pour commémorer les 100 ans de la fin de la Première Guerre mondiale, le dirigeant républicain avait annulé son déplacement dans un cimetière américain près de Paris, expliquant que les mauvaises conditions météorologiques rendaient impossible la visite. Un article paru jeudi dans le mensuel The Atlantic affirme que le milliardaire n'en voyait tout simplement pas l'intérêt, qualifiant de "losers" et de "crétins" les soldats américains morts au combat. La Maison Blanche dément fermement. Rater cette visite avait donné à Donald Trump "six heures de temps libre à la résidence de l'ambassadeur", l'Hôtel de Pontalba dans le 8e arrondissement de Paris où de nombreuses oeuvres d'art sont exposées, explique Bloomberg. Le lendemain, "Trump avait envie de plusieurs oeuvres (...) et sur un coup de tête, a demandé à ce qu'elles soient retirées et embarquées dans Air Force One", l'avion du président américain, écrivent les journalistes en citant plusieurs sources anonymes.Sur sa liste: un buste et un portrait de Benjamin Franklin, l'un des Pères fondateurs des Etats-Unis et le premier ambassadeur américain en France, ainsi qu'un ensemble de statuettes. Donald Trump avait plus tard plaisanté que son ambassadeur pourrait les récupérer "dans six ans", après un second mandat qu'il briguera le 3 novembre, selon Bloomberg. "L'incident a été perçu avec un mélange d'amusement et de stupéfaction sur le moment, mais a provoqué des maux de tête pour les employés de la Maison Blanche et du département d'Etat", poursuit l'article. Après un "furieux échange d'emails" aux Etats-Unis, il a été déterminé que ce transfert était légal, "puisque les oeuvres appartiennent au gouvernement américain". Les oeuvres avaient d'abord été estimées à 750.000 dollars. Mais, selon Bloomberg, une experte a plus tard jugé que les figurines étaient des "faux" et que les buste et portrait de Franklin étaient des répliques.