1800 universitaires, parlementaires, membres de think tanks, journalistes, en provenance de 75 pays, invités tous frais payés, et une armée de communicants, dont quelques Européens : avec le 18e forum international de Doha, le richissime Qatar a mis le paquet pour passer le message qu'il n'est pas déconnecté du monde, malgré le blocus imposé par voisins, mais aussi qu'il est devenu vertueux : non, il ne soutient pas le terrorisme, oui, il est pour la paix et le dialogue. La preuve, l'émirat vient de signer un chèque de 500 millions de dollars pour soutenir les programmes de l'ONU.
...