"Jean-Claude Mas a été interpellé au domicile de sa compagne à Six-Fours et placé en garde à vue", a indiqué cette source.

Le président-fondateur du groupe Poly Implant Prothèse (PIP), à l'origine des prothèses mammaires présumées défectueuses, avait reconnu en octobre dernier la "tromperie" devant les enquêteurs.

Entendu par les gendarmes de la Section de recherches de Marseille, Jean-Claude Mas avait reconnu les faits en ces termes: "Oui, je reconnais les infractions car j'étais au courant". "Je reconnais que PIP a volontairement dissimulé, bien que je ne sois plus le dirigeant, mais depuis 1993, à PIP on faisait comme ça...", avait déclaré Jean-Claude Mas.

Plusieurs médecins ont observé des déchirements dès 2008 sur des prothèses PIP, évaluant la durée de vie de ces implants "entre six mois et deux ans au lieu de 10 à 15 ans".

Levif.be, avec Belga

"Jean-Claude Mas a été interpellé au domicile de sa compagne à Six-Fours et placé en garde à vue", a indiqué cette source. Le président-fondateur du groupe Poly Implant Prothèse (PIP), à l'origine des prothèses mammaires présumées défectueuses, avait reconnu en octobre dernier la "tromperie" devant les enquêteurs. Entendu par les gendarmes de la Section de recherches de Marseille, Jean-Claude Mas avait reconnu les faits en ces termes: "Oui, je reconnais les infractions car j'étais au courant". "Je reconnais que PIP a volontairement dissimulé, bien que je ne sois plus le dirigeant, mais depuis 1993, à PIP on faisait comme ça...", avait déclaré Jean-Claude Mas. Plusieurs médecins ont observé des déchirements dès 2008 sur des prothèses PIP, évaluant la durée de vie de ces implants "entre six mois et deux ans au lieu de 10 à 15 ans". Levif.be, avec Belga