"A 17H00, sur 70% de bureaux de vote remontés, nous passons le million de votants", a déclaré M. Borgel au siège du Parti socialiste.

"Avec toute la prudence nécessaire, nous pouvons faire une extrapolation sur tous les bureaux de vote: nous serions entre 1,3 million et 1,4 million de votants à 17H00", a-t-il ajouté.

"A deux heures de la fin du scrutin, nous sommes dans la trajectoire espérée, à savoir terminer entre 1,5 et 2 millions de votants" à la fermeture des bureaux à 19H00, s'est encore félicité M. Borgel.

En 2011, la participation au premier tour de la primaire socialiste était supérieure à 1,5 million de votants à 17H00, sur les 3/4 des 9.425 bureaux de vote mis en place à l'époque.

Le premier tour de la primaire de la droite en novembre avait de son côté attiré plus de 2,5 millions de votants à 17H00, sur environ 70% des quelque 10.500 bureaux de vote.

Les organisateurs du scrutin espéraient une forte participation afin de donner de l'élan au vainqueur, alors que les sondages placent généralement le candidat du camp socialiste, quel qu'il soit, en cinquième position de l'élection présidentielle, derrière l'ancien ministre Emmanuel Macron, le représentant de la "France insoumise" Jean-Luc Mélenchon et les candidats de la droite et de l'extrême-droite François Fillon et Marine Le Pen.

"A 17H00, sur 70% de bureaux de vote remontés, nous passons le million de votants", a déclaré M. Borgel au siège du Parti socialiste. "Avec toute la prudence nécessaire, nous pouvons faire une extrapolation sur tous les bureaux de vote: nous serions entre 1,3 million et 1,4 million de votants à 17H00", a-t-il ajouté. "A deux heures de la fin du scrutin, nous sommes dans la trajectoire espérée, à savoir terminer entre 1,5 et 2 millions de votants" à la fermeture des bureaux à 19H00, s'est encore félicité M. Borgel. En 2011, la participation au premier tour de la primaire socialiste était supérieure à 1,5 million de votants à 17H00, sur les 3/4 des 9.425 bureaux de vote mis en place à l'époque. Le premier tour de la primaire de la droite en novembre avait de son côté attiré plus de 2,5 millions de votants à 17H00, sur environ 70% des quelque 10.500 bureaux de vote. Les organisateurs du scrutin espéraient une forte participation afin de donner de l'élan au vainqueur, alors que les sondages placent généralement le candidat du camp socialiste, quel qu'il soit, en cinquième position de l'élection présidentielle, derrière l'ancien ministre Emmanuel Macron, le représentant de la "France insoumise" Jean-Luc Mélenchon et les candidats de la droite et de l'extrême-droite François Fillon et Marine Le Pen.