C'est seulement la deuxième fois depuis que l'OMS compile ces chiffres que le nombre de cas confirmés (307.930) dépasse les 300.000. Le 6 septembre, le compte avait atteint 306.857 personnes. Avec 214.810 cas confirmés le 1er septembre marque le niveau le plus bas ce mois-ci.

Ce chiffre à lui seul ne donne pas une idée exacte de l'état de la pandémie puisqu'il peut être influencé par la multiplication de tests, qui permettent de détecter plus de cas que quand ces moyens de dépistage étaient rares ou peu usités.

Dimanche, 5.537 personnes sont mortes de l'infection, soit 246 de moins que la veille pour porter le total à près de 922.000. 3.903 personnes sont mortes le 9 septembre, le chiffre le plus bas jusqu'ici depuis le début du mois qui a connu un pic le 7 avec 8.639 morts.

"Nous sommes loin d'êtres tirés d'affaires", a reconnu lundi, le patron de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d'une visioconférence consacrée à la pandémie sur le continent européen.

"Heureusement, le nombre de décès semble rester à un niveau relativement bas, pour le moment", a souligné M. Tedros.

C'est seulement la deuxième fois depuis que l'OMS compile ces chiffres que le nombre de cas confirmés (307.930) dépasse les 300.000. Le 6 septembre, le compte avait atteint 306.857 personnes. Avec 214.810 cas confirmés le 1er septembre marque le niveau le plus bas ce mois-ci.Ce chiffre à lui seul ne donne pas une idée exacte de l'état de la pandémie puisqu'il peut être influencé par la multiplication de tests, qui permettent de détecter plus de cas que quand ces moyens de dépistage étaient rares ou peu usités. Dimanche, 5.537 personnes sont mortes de l'infection, soit 246 de moins que la veille pour porter le total à près de 922.000. 3.903 personnes sont mortes le 9 septembre, le chiffre le plus bas jusqu'ici depuis le début du mois qui a connu un pic le 7 avec 8.639 morts."Nous sommes loin d'êtres tirés d'affaires", a reconnu lundi, le patron de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d'une visioconférence consacrée à la pandémie sur le continent européen."Heureusement, le nombre de décès semble rester à un niveau relativement bas, pour le moment", a souligné M. Tedros.