"Clairement, en Afrique du Sud, Omicron se transmet davantage", a-t-il dit lors d'une interview sur CNN, en se référant à la courbe "verticale" du nombre de nouveaux cas dans ce pays.

"Mais jusqu'ici, même s'il est trop tôt pour tirer des conclusions définitives, on ne dirait pas qu'il présente un haut degré de gravité", a-t-il déclaré. "Jusqu'ici, les signaux concernant la gravité sont un peu encourageants", a-t-il répété.

Les experts médicaux ont toutefois souligné ces derniers jours que la démographie de la population sud-africaine était particulièrement jeune, et que les cas graves pouvaient être attendus dans les prochaines semaines.

Les études en laboratoire sont en cours pour déterminer si et dans quelle mesure ce nouveau variant, qui présente de très nombreuses mutations inquiétant les scientifiques, est davantage transmissible, capable de résister à l'immunité induite par une première infection ou un vaccin, ou de provoquer des cas plus graves de la maladie.

"Je pense qu'il y a un réel risque que nous voyions une baisse d'efficacité des vaccins", a de son côté déclaré sur ABC dimanche Stephen Hoge, le président de Moderna, faisant écho à de précédentes déclarations du PDG de la société, Stéphane Bancel.

"Ce que je ne sais pas, c'est de quelle ampleur", a-t-il dit. "Est-ce que ce sera comme ce que l'on a vu avec Delta, contre lequel les vaccins sont restés efficaces, ou est-ce que l'on verra une baisse d'efficacité de l'ordre de 50%, ce qui signifierait que l'on doit les mettre à jour", a-t-il avancé.

Moderna, comme d'autres entreprises pharmaceutiques dont Pfizer, a déjà commencé les travaux pour adapter leur vaccin si nécessaire.

Omicron est désormais confirmé dans au moins 15 États américains, et quelque 40 pays dans le monde, après avoir d'abord été détecté en Afrique du Sud.

Les États-Unis ont depuis une semaine fermé leur frontière à ce pays ainsi qu'à sept autres d'Afrique australe. Anthony Fauci a dit dimanche espérer que cette interdiction soit levée "dans un délai raisonnable".

"Clairement, en Afrique du Sud, Omicron se transmet davantage", a-t-il dit lors d'une interview sur CNN, en se référant à la courbe "verticale" du nombre de nouveaux cas dans ce pays. "Mais jusqu'ici, même s'il est trop tôt pour tirer des conclusions définitives, on ne dirait pas qu'il présente un haut degré de gravité", a-t-il déclaré. "Jusqu'ici, les signaux concernant la gravité sont un peu encourageants", a-t-il répété. Les experts médicaux ont toutefois souligné ces derniers jours que la démographie de la population sud-africaine était particulièrement jeune, et que les cas graves pouvaient être attendus dans les prochaines semaines. Les études en laboratoire sont en cours pour déterminer si et dans quelle mesure ce nouveau variant, qui présente de très nombreuses mutations inquiétant les scientifiques, est davantage transmissible, capable de résister à l'immunité induite par une première infection ou un vaccin, ou de provoquer des cas plus graves de la maladie. "Je pense qu'il y a un réel risque que nous voyions une baisse d'efficacité des vaccins", a de son côté déclaré sur ABC dimanche Stephen Hoge, le président de Moderna, faisant écho à de précédentes déclarations du PDG de la société, Stéphane Bancel. "Ce que je ne sais pas, c'est de quelle ampleur", a-t-il dit. "Est-ce que ce sera comme ce que l'on a vu avec Delta, contre lequel les vaccins sont restés efficaces, ou est-ce que l'on verra une baisse d'efficacité de l'ordre de 50%, ce qui signifierait que l'on doit les mettre à jour", a-t-il avancé. Moderna, comme d'autres entreprises pharmaceutiques dont Pfizer, a déjà commencé les travaux pour adapter leur vaccin si nécessaire. Omicron est désormais confirmé dans au moins 15 États américains, et quelque 40 pays dans le monde, après avoir d'abord été détecté en Afrique du Sud. Les États-Unis ont depuis une semaine fermé leur frontière à ce pays ainsi qu'à sept autres d'Afrique australe. Anthony Fauci a dit dimanche espérer que cette interdiction soit levée "dans un délai raisonnable".