À en croire le blog War is Boring, les musulmans en Écosse se débrouillent mieux sur le plan économique que leurs coreligionnaires dans d'autres pays européens. En outre, ils vivent moins isolés du reste de la société.

"En Europe occidentale, beaucoup de gouvernements se demandent comment gérer les musulmans radicalisés. "En Belgique et en France, des centaines d'hommes ont rejoint l'État islamique." Beckhusen explique ce phénomène par la discrimination et le sentiment antimusulman de la population autochtone. "Pourtant, il est possible de créer une société inclusive, tolérante à l'égard des migrants en Europe occidentale, pour que la propagande de l'EI échoue", estime le sociologue Stefano Bonino. "Regardez l'Écosse."

Le Canada

Pour étayer ses propos, il cite une étude du sociologue Stefano Bonino parue dans une publication du Combat Terrorism Center. "L'Écosse réussit à créer un climat dans lequel les idées radicales, dont la propagande de l'EI, exercent moins d'emprise sur les jeunes. Aussi ceux qui combattent le terrorisme peuvent-ils tirer des leçons de l'approche écossaise."

Bonino compare l'Écosse au Canada. "Ce pays aussi prouve qu'une attitude tolérante face à l'immigration et des idées moins agressives au sujet de la politique étrangère diminuent les risques de jeunes frustrés attirés par la violence. "

L'auteur de l'article, le professeur Robert Beckhusen de l'Université britannique de Northumbria, souligne que la prudence est de mise. "Les idées radicales peuvent toujours se développer clandestinement." Ainsi, il y a des Écossais qui expriment de la sympathie à l'égard de l'EI et un petit groupe a effectivement rejoint le groupe terroriste.

Identité écossaise

La plus grande communauté musulmane d'Écosse est d'origine pakistanaise, et vient surtout de la province prospère de Punjab. "En Belgique, c'est le contraire, la communauté musulmane est plus pauvre et beaucoup plus ségréguée". Les Écossais pakistanais ont une image positive. "Ils ont semé eux-mêmes les graines de leur succès économique et sont donc considérés comme une communauté qui travaille dur avec une stabilité financière relative."

Le SNP, le Parti national écossais, expliquerait également ce succès. Celui-ci combine idées socio-démocrates et nationalisme séparatiste. Le parti n'a pas réussi à séparer l'Écosse du Royaume-Uni dans son référendum de 2014, mais il a gagné les élections de 2015. Le SNP a remporté 56 sur 59 sièges, soit 50 de plus par rapport à 2010. Labour, les Conservatives et les Lib Dems ont chacun obtenu un siège. Le SNP est très prisé par les musulmans. "Ils estiment que l'identité écossaise prime sur un front islamique", résume Bonino.

Voile

Cependant, la tolérance a ses limites. Après les attentats de Paris en novembre 2015, la BBC a fait état de racisme à l'encontre de musulmans à Glasgow. "Pour la première fois, les gens me traitaient autrement, simplement parce que je suis musulmane", raconte Asma Ali. "Les gens me fixent et marmonnent quand je passe devant eux." La stigmatisation touche surtout les femmes. "Comme je suis voilée, on m'identifie plus facilement comme musulmane", ajoute Asma Ali.

D'après les estimations, il y a environ 73 500 musulmans en Écosse, soit 1,5% de la population totale. (AVE)

À en croire le blog War is Boring, les musulmans en Écosse se débrouillent mieux sur le plan économique que leurs coreligionnaires dans d'autres pays européens. En outre, ils vivent moins isolés du reste de la société. "En Europe occidentale, beaucoup de gouvernements se demandent comment gérer les musulmans radicalisés. "En Belgique et en France, des centaines d'hommes ont rejoint l'État islamique." Beckhusen explique ce phénomène par la discrimination et le sentiment antimusulman de la population autochtone. "Pourtant, il est possible de créer une société inclusive, tolérante à l'égard des migrants en Europe occidentale, pour que la propagande de l'EI échoue", estime le sociologue Stefano Bonino. "Regardez l'Écosse."Le Canada Pour étayer ses propos, il cite une étude du sociologue Stefano Bonino parue dans une publication du Combat Terrorism Center. "L'Écosse réussit à créer un climat dans lequel les idées radicales, dont la propagande de l'EI, exercent moins d'emprise sur les jeunes. Aussi ceux qui combattent le terrorisme peuvent-ils tirer des leçons de l'approche écossaise."Bonino compare l'Écosse au Canada. "Ce pays aussi prouve qu'une attitude tolérante face à l'immigration et des idées moins agressives au sujet de la politique étrangère diminuent les risques de jeunes frustrés attirés par la violence. "L'auteur de l'article, le professeur Robert Beckhusen de l'Université britannique de Northumbria, souligne que la prudence est de mise. "Les idées radicales peuvent toujours se développer clandestinement." Ainsi, il y a des Écossais qui expriment de la sympathie à l'égard de l'EI et un petit groupe a effectivement rejoint le groupe terroriste.Identité écossaise La plus grande communauté musulmane d'Écosse est d'origine pakistanaise, et vient surtout de la province prospère de Punjab. "En Belgique, c'est le contraire, la communauté musulmane est plus pauvre et beaucoup plus ségréguée". Les Écossais pakistanais ont une image positive. "Ils ont semé eux-mêmes les graines de leur succès économique et sont donc considérés comme une communauté qui travaille dur avec une stabilité financière relative."Le SNP, le Parti national écossais, expliquerait également ce succès. Celui-ci combine idées socio-démocrates et nationalisme séparatiste. Le parti n'a pas réussi à séparer l'Écosse du Royaume-Uni dans son référendum de 2014, mais il a gagné les élections de 2015. Le SNP a remporté 56 sur 59 sièges, soit 50 de plus par rapport à 2010. Labour, les Conservatives et les Lib Dems ont chacun obtenu un siège. Le SNP est très prisé par les musulmans. "Ils estiment que l'identité écossaise prime sur un front islamique", résume Bonino. Voile Cependant, la tolérance a ses limites. Après les attentats de Paris en novembre 2015, la BBC a fait état de racisme à l'encontre de musulmans à Glasgow. "Pour la première fois, les gens me traitaient autrement, simplement parce que je suis musulmane", raconte Asma Ali. "Les gens me fixent et marmonnent quand je passe devant eux." La stigmatisation touche surtout les femmes. "Comme je suis voilée, on m'identifie plus facilement comme musulmane", ajoute Asma Ali. D'après les estimations, il y a environ 73 500 musulmans en Écosse, soit 1,5% de la population totale. (AVE)