Un "meeting virtuel" pour marquer le coup et... c'est tout: l'anniversaire de LREM sera sobre, mardi, loin de la fougue du 6 avril 2016 à Amiens, lorsqu'Emmanuel Macron avait lancé En marche!, "un truc, un mouvement de jeunesse", tel que l'avait minimisé le ministre de l'Economie d'alors à son patron, le président François Hollande.

Devenu le premier parti de France par sa fortune (23 millions d'euros), voire par son nombre d'adhérents (420.000 revendiqués, mais sans cotisation), La République en marche a depuis connu les splendeurs des législatives puis les misères des municipales, avant des régionales redoutées en juin prochain.

"Oui, on n'est pas ancré dans les territoires", reconnaît l'un de ses porte-parole, le député Roland Lescure, "mais nous avons une capacité à porter les forces militantes, une dynamique et une agilité qu'on peut nous envier et qui peut nous permettre de survivre aux élections".

La République en marche n'est pourtant pas devenue ce qu'elle entendait être: le rêve d'un grand parti démocrate à l'américaine s'est évanoui au lendemain du triomphe d'Emmanuel Macron à la présidentielle de 2017.

"Lorsqu'on a changé de nom en passant d'En marche! à La République en marche, c'était déjà pour devenir une grande plate-forme de toute la majorité. Mais le MoDem (parti centriste) a refusé de se dissoudre...", rappelle l'un de ses cadres.

Le grand mouvement autoproclamé "central", qui devait réunir centre gauche et centre droit, a depuis régulièrement étalé ses divergences, du revenu minimum pour les moins de 25 ans aux questions de laïcité, en même temps qu'il a vu une quarantaine de ses députés quitter le navire, alors que les contours du "progressisme" macronien peinent toujours à être définis.

Corrida et LGBT

Régulièrement promise à une disparition imminente, La République en marche est toutefois parvenue à survivre et demeure au centre du jeu avec ses partenaires centristes du MoDem, d'Agir et des sociaux-démocrates de Territoires de progrès, notamment dans la constitution des listes de la majorité aux régionales.

Reste à déterminer à quoi peut servir LREM dans la campagne présidentielle de 2022. Réputé éloigné de sa machine à gagner de 2017, Emmanuel Macron avait fait une apparition surprise en "visio" lors des voeux du parti à ses militants il y a trois mois - certains espèrent qu'il en sera de même mardi.

"On sait très bien que LREM ne sera qu'une composante de ce qui portera la candidature d'Emmanuel Macron", avance un haut cadre. Mais, fait observer Roland Lescure, "si on n'a pas le monopole de la macronie, le sous-sol et le rez-de-chaussée que nous sommes sont bien larges".

D'ici à la présidentielle, le parti entend par ailleurs se renouveler en incitant ses militants à s'engager pour diverses causes, de l'interdiction de la corrida à la défense des droits LGBT en passant par l'intégration dans les quartiers, autant de sujets parfois portés par des "associations satellites" ou des structures déjà existantes.

Le mois dernier, une nouvelle structure, "Pour une renaissance européenne", a ainsi été créée, promise à être imitée.

Suffisant pour créer un socle programmatique cohérent? "Tout le monde se fiche de ce que pense La République en marche", évacue un ministre. "LREM, ça sert à distribuer des tracts. Tout le reste, les idées, c'est le président de la République qui le porte".

Un "meeting virtuel" pour marquer le coup et... c'est tout: l'anniversaire de LREM sera sobre, mardi, loin de la fougue du 6 avril 2016 à Amiens, lorsqu'Emmanuel Macron avait lancé En marche!, "un truc, un mouvement de jeunesse", tel que l'avait minimisé le ministre de l'Economie d'alors à son patron, le président François Hollande.Devenu le premier parti de France par sa fortune (23 millions d'euros), voire par son nombre d'adhérents (420.000 revendiqués, mais sans cotisation), La République en marche a depuis connu les splendeurs des législatives puis les misères des municipales, avant des régionales redoutées en juin prochain."Oui, on n'est pas ancré dans les territoires", reconnaît l'un de ses porte-parole, le député Roland Lescure, "mais nous avons une capacité à porter les forces militantes, une dynamique et une agilité qu'on peut nous envier et qui peut nous permettre de survivre aux élections".La République en marche n'est pourtant pas devenue ce qu'elle entendait être: le rêve d'un grand parti démocrate à l'américaine s'est évanoui au lendemain du triomphe d'Emmanuel Macron à la présidentielle de 2017."Lorsqu'on a changé de nom en passant d'En marche! à La République en marche, c'était déjà pour devenir une grande plate-forme de toute la majorité. Mais le MoDem (parti centriste) a refusé de se dissoudre...", rappelle l'un de ses cadres.Le grand mouvement autoproclamé "central", qui devait réunir centre gauche et centre droit, a depuis régulièrement étalé ses divergences, du revenu minimum pour les moins de 25 ans aux questions de laïcité, en même temps qu'il a vu une quarantaine de ses députés quitter le navire, alors que les contours du "progressisme" macronien peinent toujours à être définis.Régulièrement promise à une disparition imminente, La République en marche est toutefois parvenue à survivre et demeure au centre du jeu avec ses partenaires centristes du MoDem, d'Agir et des sociaux-démocrates de Territoires de progrès, notamment dans la constitution des listes de la majorité aux régionales.Reste à déterminer à quoi peut servir LREM dans la campagne présidentielle de 2022. Réputé éloigné de sa machine à gagner de 2017, Emmanuel Macron avait fait une apparition surprise en "visio" lors des voeux du parti à ses militants il y a trois mois - certains espèrent qu'il en sera de même mardi."On sait très bien que LREM ne sera qu'une composante de ce qui portera la candidature d'Emmanuel Macron", avance un haut cadre. Mais, fait observer Roland Lescure, "si on n'a pas le monopole de la macronie, le sous-sol et le rez-de-chaussée que nous sommes sont bien larges".D'ici à la présidentielle, le parti entend par ailleurs se renouveler en incitant ses militants à s'engager pour diverses causes, de l'interdiction de la corrida à la défense des droits LGBT en passant par l'intégration dans les quartiers, autant de sujets parfois portés par des "associations satellites" ou des structures déjà existantes.Le mois dernier, une nouvelle structure, "Pour une renaissance européenne", a ainsi été créée, promise à être imitée.Suffisant pour créer un socle programmatique cohérent? "Tout le monde se fiche de ce que pense La République en marche", évacue un ministre. "LREM, ça sert à distribuer des tracts. Tout le reste, les idées, c'est le président de la République qui le porte".