"Rien n'a changé, nous continuons à travailler", a-t-il dit lors d'une conférence de presse à l'issue d'une rencontre à Washington avec les ministres japonais des Affaires étrangères et de la Défense.

Les négociations sont actuellement dans l'impasse depuis l'échec du deuxième sommet entre le président des Etats-Unis Donald Trump et le numéro un de la Corée du Nord Kim Jong Un, en février à Hanoï.

Le régime de Pyongyang a accusé jeudi Mike Pompeo de contribuer à une "mauvaise" atmosphère et de manquer de "maturité", demandant tout bonnement qu'il cesse de participer aux négociations en cas de reprise de dialogue. Sinon, "les discussions vont à nouveau s'engluer", a prévenu un haut responsable de la diplomatie nord-coréenne, Kwon Jong Gun.

Le secrétaire d'Etat, qui s'est rendu à quatre reprises dans la capitale nord-coréenne, est pourtant en première ligne depuis un an dans le rapprochement spectaculaire entre les deux pays ennemis.

"Le président Trump est évidemment à la tête de l'effort global, mais mon équipe", menée par l'émissaire Stephen Biegun, "va continuer à diriger l'effort américain pour obtenir ce à quoi le président Kim s'est engagé", à savoir la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne, a assuré Mike Pompeo. "Je suis convaincu que nous avons toujours une vraie chance de parvenir à ce résultat, et notre équipe diplomatique va continuer à diriger cet effort", a-t-il ajouté.