Ce chiffre est bien inférieur aux bilans établis par des organisations suivant le conflit dans ces deux pays.

"La coalition a mené 34.514 frappes entre août 2014 et la fin mai 2019", selon un communiqué.

Durant cette période, elle "évalue à au moins 1.319 le nombre de civils involontairement tués par des frappes de la coalition". Le précédent bilan en mars était de 1.257 civils tués.

La coalition, qui assure faire tout son possible pour épargner les civils, précise être encore en train d'évaluer 159 cas rapportés de victimes civiles.

Airwars, une ONG recensant les victimes civiles des frappes aériennes à travers le monde, estime quant à elle que plus de 8.000 civils ont été tués dans des raids de la coalition.

Les jihadistes du groupe Etat islamique avaient saisi de vastes pans de territoires en Irak et en Syrie en 2014, proclamant un "califat" dans ces zones.

Il n'existe plus aujourd'hui mais des jihadistes continuent de perpétrer des attaques meurtrières et de semer le trouble dans plusieurs régions.

"La coalition continuera de travailler avec les forces partenaires pour dénier au groupe Daech tout espace physique et toute influence dans la région ainsi que toutes ressources dont il aurait besoin" pour refaire surface, a-t-elle dit, utilisant un acronyme arabe de l'EI.

AFP

Ce chiffre est bien inférieur aux bilans établis par des organisations suivant le conflit dans ces deux pays."La coalition a mené 34.514 frappes entre août 2014 et la fin mai 2019", selon un communiqué.Durant cette période, elle "évalue à au moins 1.319 le nombre de civils involontairement tués par des frappes de la coalition". Le précédent bilan en mars était de 1.257 civils tués.La coalition, qui assure faire tout son possible pour épargner les civils, précise être encore en train d'évaluer 159 cas rapportés de victimes civiles.Airwars, une ONG recensant les victimes civiles des frappes aériennes à travers le monde, estime quant à elle que plus de 8.000 civils ont été tués dans des raids de la coalition.Les jihadistes du groupe Etat islamique avaient saisi de vastes pans de territoires en Irak et en Syrie en 2014, proclamant un "califat" dans ces zones.Il n'existe plus aujourd'hui mais des jihadistes continuent de perpétrer des attaques meurtrières et de semer le trouble dans plusieurs régions."La coalition continuera de travailler avec les forces partenaires pour dénier au groupe Daech tout espace physique et toute influence dans la région ainsi que toutes ressources dont il aurait besoin" pour refaire surface, a-t-elle dit, utilisant un acronyme arabe de l'EI.AFP