Auteur, en 2017, du très remarqué Les Routes de la Soie qui présentait une nouvelle vision historique du monde centrée sur l'Asie et ces réseaux d'échanges reliant la Chine à la Méditerranée romaine, l'historien Peter Frankopan décrypte aujourd'hui dans Les Nouvelles Routes de la Soie (Nevicata, 226 p.) leur v...

Auteur, en 2017, du très remarqué Les Routes de la Soie qui présentait une nouvelle vision historique du monde centrée sur l'Asie et ces réseaux d'échanges reliant la Chine à la Méditerranée romaine, l'historien Peter Frankopan décrypte aujourd'hui dans Les Nouvelles Routes de la Soie (Nevicata, 226 p.) leur version contemporaine, c'est-à-dire le projet chinois " Une ceinture (les relations terrestres), une route (les liaisons maritimes) ". Le professeur de l'université d'Oxford insiste sur la différence de dynamique à l'oeuvre sur les deux continents : " Là où l'Asie se soucie d'accroître les connexions, d'améliorer les collaborations et de les approfondir, on parle en Europe de séparation, d'installation de barrières et de "reprise en main du contrôle" ". Pour autant, Peter Frankopan n'élude pas les dangers du partenariat proposé par Pékin, pour certains déjà perceptibles : la militarisation des nouvelles infrastructures, leur impact sur l'environnement, la corruption, l'affaiblissement des économies locales, l'accroissement de la dette des pays partenaires, voire le recul des droits humains. Il n'en reste pas moins que ce chapelet de réalisations à finalité économique accroîtra encore le " décentrage " du monde vers l'Asie. Aussi l'auteur s'étonne-t-il de " voir combien peu d'amis les Etats-Unis et l'Occident ont le long des Routes de la Soie ". Un essai utile sur une question centrale de politique internationale, même si Peter Frankopan est certainement plus virtuose dans l'éclairage historique que dans le commentaire d'actualité.