Les images de la télévangéliste Paula White priant, à l'occasion d'un prêche habité, pour la victoire de Donald Trump à l'élection américaine font le tour du monde. Cette télévangéliste, devenue l'année passée "conseillère spirtituelle" de président sortant, exhorte Dieu à lui venir en secours, alors que sa défaite à l'élection présidentielle devient de plus en plus certaine et qu'il multiplie les recours pour l'éviter.
...

Les images de la télévangéliste Paula White priant, à l'occasion d'un prêche habité, pour la victoire de Donald Trump à l'élection américaine font le tour du monde. Cette télévangéliste, devenue l'année passée "conseillère spirtituelle" de président sortant, exhorte Dieu à lui venir en secours, alors que sa défaite à l'élection présidentielle devient de plus en plus certaine et qu'il multiplie les recours pour l'éviter."Les anges arrivent ici au nom de Jésus, ils viennent d'Afrique, d'Amérique du Sud", scande-t-elle sur des rythmes chaloupés. Reprenant les propos de Donald Trump selon lesquels les démocrates seraient en train de voler les élections, elle affirme combattre ce qu'elle nomme les "confédérations démoniaques" qui tentent de voler les sondages. En agitant les mains de manière très énergique, elle a conclu son discours en répétant à plusieurs reprises la même phrase: "J'entends un son de victoire. Le Seigneur dit que c'est fait. Car j'entends, victoire, victoire, victoire!"La vidéo a été vu des millions de fois. Derrière elle, un homme passe à plusieurs reprises, indifférent au spectacle.La séquence, assez hallucinante mais entraînante, a fait également l'objet de plusieurs détournements rythmés. La prière de Paula White s'apparente en effet à du slam ou du rap. Un certain Capitaine OSEF s'excuse auprès du célèbre rappeur Eminem, opposant notoire à Donald Trump, d'avoir pris les devants avec une version, il est vrai, irrésistible.Paula White est à la tête du projet Faith and Opportunity qui fait le lien entre le président américain et les différentes communautés religieuses. Habituée des plateaux télévisés, elle incarne cette droite ultra-chrétienne qui soutient Donald Trump, corps et âme. Une alliance purement opportuniste: la lecture du livre de Mary J. Trump, la nièce du président, met en évidence le fait que le président américain, s'il invoque souent la religion, ne croit fondamentalement... qu'en lui-même.Devenue conseillère du président à la Maison Blanche en octobre 2019, Paula White souligne que "dire non à Donald Trump aurait été dire non à Dieu". Elle a, dit-elle, "guidé bon nombre de personnalités de premier plan vers le Seigneur". L'amitié entre la télévangéliste et donald Trump, qui a participé à des émission de télé-réalité, remonte au début des années 2000. Les évangéliques blancs constituent un soutien indéfectible pour lui: ils avaient voté en sa faveur à plus de 80% en 2016 et leur soutien depuis ne montre pas de signe d'affaiblissement.Leur alliance objective passe par un désir partagé pour la richesse et des biens matériels: la télévangéliste détient notamment un jet privé et une maison à 3,6 millions de dollars. Elle suscite aussi des critiques indignées de la part de leurs détracteurs qui épinglent son manque total de crédibilité et son manque de formation. La vidéo, là encore, a multiplié les réactions effarées.