Titulaire du prix Nobel d'Économie, Paul Krugman enseigne aux universités de Princeton et de Stanford. Il écrit des chroniques pour le New York Times depuis vingt ans et fustige régulièrement le président américain, Donald Trump.
...

Titulaire du prix Nobel d'Économie, Paul Krugman enseigne aux universités de Princeton et de Stanford. Il écrit des chroniques pour le New York Times depuis vingt ans et fustige régulièrement le président américain, Donald Trump.La politique de Trump s'est révélée un grand succès. L'économie américaine prospère, le chômage diminue et la Chine veut négocier le déficit commercial.Paul Krugman : L'économie suit son petit bonhomme de chemin, mais ce n'est pas fantastique. En fait, l'économie se poursuit au même rythme qu'avant les élections de 2016. Ce n'est pas parce que la politique de Trump ne nuit pas à l'économie qu'elle fait beaucoup de bien. La baisse drastique de l'impôt des sociétés était censée rapporter beaucoup plus d'investissements, mais il n'y a aucune trace.Dans le passé, vous avez souvent plaidé en faveur d'une augmentation des dépenses publiques. Trump se sert également de cet argument pour justifier sa réduction d'impôt.À l'heure actuelle, nous n'avons pas besoin d'une telle réduction d'impôt. Nous avons presque le plein emploi. Après la crise financière de 2008, le chômage avait grimpé à plus de 8 %. A l'époque, il était urgent de mettre en place un programme d'incitation, mais à cette époque, les républicains voulaient économiser. Maintenant, ils prétendent que nous vivons dans une économie mondiale et que la réduction de l'impôt des sociétés apportera beaucoup d'argent étranger aux États-Unis. Cela nous permettrait de produire davantage et de faire prospérer l'économie. Mais ces flux financiers ne se voient nulle part.Il faut tout de même que quelqu'un profite de ces baisses d'impôt ? Les gouvernements populistes des États-Unis et de l'Italie augmentent la dette publique. Cela leur permet de distribuer des cadeaux à la population. En Italie, ce sont peut-être des populistes, mais aux États-Unis, les républicains conservateurs sont au pouvoir. Ils font ce qu'ils font toujours : réduire les impôts des riches. De plus, je trouve ce débat sur la dette surfait.L'Union européenne s'est presque effondrée suite à la crise de la dette et la Grèce est toujours aux prises avec ses conséquences. N'est-il pas logique que de nombreux économistes s'inquiètent du déficit budgétaire de l'Italie ?Bien sûr que ce n'est pas fantastique d'avoir des dettes. Mais j'appelle cela l'hellénisation du débat économique. Chaque fois qu'un pays a un déficit budgétaire, on agite le spectre grec. Cependant, dans la plupart des pays industrialisés, ce danger n'existe pas, pas même en Italie.En 2019, nous serons confrontés à de nombreux problèmes majeurs : un Brexit dur, la guerre commerciale entre l'Amérique et la Chine, un déclin général de l'économie chinoise.En soi, aucune de ces questions n'est insurmontable. Le Brexit aura d'énormes conséquences négatives au cours des premiers mois, mais tout le monde s'adaptera. Une guerre commerciale majeure ne réduirait le PIB mondial que de 3%. L'économie chinoise est depuis longtemps déséquilibrée et je m'attends à des problèmes dans ce pays. La question est surtout de savoir ce qui se passera lorsque toutes ces choses se réuniront. Il est difficile de dire quand la prochaine crise arrivera, mais elle n'aura pas un, mais plusieurs déclencheurs.Comment pouvons-nous nous y préparer afin d'éviter que la crise financière de 2008 ne se reproduise ?Malheureusement, nous ne sommes pas préparés du tout. Normalement, les banques centrales baissent les taux d'intérêt dans une telle situation. Cependant, ils sont déjà au niveau le plus bas. Une inflation plus élevée aiderait, mais la banque centrale américaine y est allergique. Aujourd'hui, il s'avère vraiment problématique qu'il n'y ait pas de personnes compétentes au sein du gouvernement Trump. Les Européens ne disposent pas non plus d'une politique économique adéquate, surtout à cause de l'attitude terriblement obstinée des Allemands. En fin de compte, il s'agit d'un problème politique : nous avons les connaissances et les outils, mais pas la volonté politique de les utiliser à bon escient.La première étape consiste à empêcher la guerre commerciale mondiale d'empirer.À cet égard, je ne vois aucune raison de paniquer. Rien n'indique qu'une grande guerre commerciale aura lieu. Les relations entre l'UE et la Chine sont stables. Selon les sondages d'opinion, la plupart des électeurs n'ont pas d'aversion claire pour le libre-échange. De nombreuses entreprises, y compris ici aux États-Unis, protestent contre les mesures protectionnistes. Tout le débat sur la guerre commerciale ne porte que sur un seul homme et ses idées étranges.Donc, si Trump n'était plus président, les relations commerciales mondiales reviendraient-elles à la normale ? Ou le protectionnisme américain nuit-il aussi au libre-échange à long terme ?Je crains que le système du commerce mondial ne soit fondamentalement en train de s'endommager. Il a toujours été fondé sur le rôle des États-Unis en tant que garantie ultime de stabilité. Mais les États-Unis ne sont plus assez forts. Maintenant que nous nous sommes montré un partenaire peu fiable, un nouveau président favorable au libre-échange ne sera pas non plus en mesure de réparer les dégâts.Entre-temps, la puissance de la Chine grandit.La montée en puissance de la Chine est en effet un peu alarmante. Et Trump a raison lorsqu'il dit que les Chinois ne sont pas "les bons". Premièrement, ils ne respectent pas les règles du système économique international. Ils volent des connaissances et acquièrent des technologies en forçant des entreprises étrangères à s'associer à des entreprises chinoises. Il s'agit donc un régime autoritaire à la tête d'un pays qui, dans un avenir proche, sera la première puissance économique mondiale. Mais ce n'est pas une raison pour torpiller la croissance économique d'un pays. Certains en Europe craignent que la position entre deux géants économiques aussi forts que la Chine et les États-Unis ne limite leurs propres chances de croissance et de richesse. À juste titre ?Je ne crois pas, non. D'une manière générale, la croissance de la Chine fait également progresser la plupart des autres pays.Les économies occidentales profitent effectivement de cette croissance, mais ce n'est pas valable pour tout le monde. L'érosion de la classe moyenne est un problème majeur, en particulier aux États-Unis, et contribue grandement à l'agitation politique dans le pays. Comment arrêter cette évolution ?On peut regarder du côté européen, notamment les syndicats et un système de sécurité sociale mieux développé. Mais les inégalités se creusent également en Europe. C'est pourquoi nous voyons aujourd'hui les gilets jaunes dans les rues de France.Aux États-Unis, malgré toutes les inégalités, aucun manifestant ne descend dans la rue. Et même les électeurs protestataires parmi les adeptes de Trump, qui manifestement ne profitent pas de sa politique, le soutiennent toujours. Comment est-ce possible ?Les États-Unis sont essentiellement une question de politique identitaire : ces gens se considèrent comme membres d'une tribu. C'est pourquoi le déficit budgétaire ne joue pas un rôle aussi important pour eux que la couleur la peau.