Selon Weforum, la plupart des jeunes dans le monde sont heureux, c'est ce que révèle l'étude Generation Z: Global Citizenship Survey - What the World's Young People Think and Feel, de la Varkey Foundation, Organisme luttant pour une éducation de qualité pour les enfants défavorisés à travers le monde. Les résultats démontrent que près de sept jeunes sur dix à travers le monde (68%) se sentent satisfaits de leur vie, même si les variations sont grandes entre les pays étudiés. Les chercheurs ont interrogé 20 000 jeunes, qu'ils appelleront génération Z, âgés de 15 à 21 ans, dans 20 pays. Le sondage leur demandait de répondre à la question "en prenant tout en considération, à quel mesure êtes-vous satisfait ou insatisfait de votre vie à l'heure actuelle ? ". Leurs réponses pouvaient se situer sur une échelle de 1 (très heureux) à 5 (très malheureux).

Des résultats... inattendus.

Étonnamment, l'Indonésie figure en haut du classement où les jeunes se sentent le plus heureux avec 90%, suivie par le Nigéria (78%) et l'Inde (72%) en troisième place. Dans le bas de l'échelle du bonheur, c'est la France que l'on retrouve (57%), avec le Royaume-Uni (57%), l'Australie (56%) et le Japon (28%).

Varkey Foundation
© Varkey Foundation

L'étude rapporte notamment que la génération Z se sent moins heureuse en vieillissant. 52% des 19-21 ans ont affirmé être heureux, en comparaison avec leurs cadets de 15 à 16 ans (68%). Enfin, il y a un déséquilibre au niveau des sexes : les jeunes femmes étaient moins susceptibles de dire qu'elles étaient heureuses (56%) par rapport aux jeunes hommes (62%).

Varkey Foundation
© Varkey Foundation

Ce qui rend heureux

La cause de leur bonheur varie évidemment en fonction des cultures. La santé est la priorité absolue, à la fois mentale et physique. 84% des interrogés avouent que leur santé était l'atout le plus précieux qu'ils possédaient. Le facteur le moins important pour les jeunes était au contraire leur foi ou leur engagement dans la religion. Moins de la moitié des répondants considèrent la religion comme importante pour leur bonheur.

Varkey Foundation
© Varkey Foundation

Citoyens du monde avant tout

La génération Z est composée de jeunes nés en 1995 et 2001, autrement dit, les premiers enfants du numérique. Baignés dans ce monde où internet est roi depuis leur naissance, les membres de cette génération sont les premiers enfants susceptibles de voir le 22e siècle. Le rapport soutient qu'elle sera la première véritable génération de citoyens du monde. Selon Weforum, dans l'enquête annuelle de la Global Shapers Community, qui se penche sur les opinions des 18-35 ans, la majorité estime qu'ils sont citoyens du monde avant tout (36%). En effet, dans l'enquête menée par la Varkey Foundation, plus de deux tiers des jeunes (67%) pensent globalement à apporter une large contribution à la société. Vikas Pota, le PDG de Varkey Foundation croit que "le monde sera entre de bonnes mains, car la génération Z grandit et se déplace vers des rôles de leadership ".

Tout est subjectif

L'étude révèle beaucoup, mais le bonheur reste quelque chose de subjectif, il reste difficile à mesurer de manière uniforme, compte tenu des différentes cultures. Certains psychologues ont mis en doute l'exactitude de la méthode utilisée, loin d'être parfaite, étant donné que la vision que nous avons de notre vie peut facilement transiter et reste très subjective. Plusieurs facteurs influencent le bonheur : la génétique, la personnalité et même la chance. Néanmoins, l'enquête reste un bon moyen pour découvrir de quel facteur les jeunes ont besoin pour se sentir heureux.

Selon Weforum, la plupart des jeunes dans le monde sont heureux, c'est ce que révèle l'étude Generation Z: Global Citizenship Survey - What the World's Young People Think and Feel, de la Varkey Foundation, Organisme luttant pour une éducation de qualité pour les enfants défavorisés à travers le monde. Les résultats démontrent que près de sept jeunes sur dix à travers le monde (68%) se sentent satisfaits de leur vie, même si les variations sont grandes entre les pays étudiés. Les chercheurs ont interrogé 20 000 jeunes, qu'ils appelleront génération Z, âgés de 15 à 21 ans, dans 20 pays. Le sondage leur demandait de répondre à la question "en prenant tout en considération, à quel mesure êtes-vous satisfait ou insatisfait de votre vie à l'heure actuelle ? ". Leurs réponses pouvaient se situer sur une échelle de 1 (très heureux) à 5 (très malheureux).Étonnamment, l'Indonésie figure en haut du classement où les jeunes se sentent le plus heureux avec 90%, suivie par le Nigéria (78%) et l'Inde (72%) en troisième place. Dans le bas de l'échelle du bonheur, c'est la France que l'on retrouve (57%), avec le Royaume-Uni (57%), l'Australie (56%) et le Japon (28%).L'étude rapporte notamment que la génération Z se sent moins heureuse en vieillissant. 52% des 19-21 ans ont affirmé être heureux, en comparaison avec leurs cadets de 15 à 16 ans (68%). Enfin, il y a un déséquilibre au niveau des sexes : les jeunes femmes étaient moins susceptibles de dire qu'elles étaient heureuses (56%) par rapport aux jeunes hommes (62%).La cause de leur bonheur varie évidemment en fonction des cultures. La santé est la priorité absolue, à la fois mentale et physique. 84% des interrogés avouent que leur santé était l'atout le plus précieux qu'ils possédaient. Le facteur le moins important pour les jeunes était au contraire leur foi ou leur engagement dans la religion. Moins de la moitié des répondants considèrent la religion comme importante pour leur bonheur.La génération Z est composée de jeunes nés en 1995 et 2001, autrement dit, les premiers enfants du numérique. Baignés dans ce monde où internet est roi depuis leur naissance, les membres de cette génération sont les premiers enfants susceptibles de voir le 22e siècle. Le rapport soutient qu'elle sera la première véritable génération de citoyens du monde. Selon Weforum, dans l'enquête annuelle de la Global Shapers Community, qui se penche sur les opinions des 18-35 ans, la majorité estime qu'ils sont citoyens du monde avant tout (36%). En effet, dans l'enquête menée par la Varkey Foundation, plus de deux tiers des jeunes (67%) pensent globalement à apporter une large contribution à la société. Vikas Pota, le PDG de Varkey Foundation croit que "le monde sera entre de bonnes mains, car la génération Z grandit et se déplace vers des rôles de leadership ".L'étude révèle beaucoup, mais le bonheur reste quelque chose de subjectif, il reste difficile à mesurer de manière uniforme, compte tenu des différentes cultures. Certains psychologues ont mis en doute l'exactitude de la méthode utilisée, loin d'être parfaite, étant donné que la vision que nous avons de notre vie peut facilement transiter et reste très subjective. Plusieurs facteurs influencent le bonheur : la génétique, la personnalité et même la chance. Néanmoins, l'enquête reste un bon moyen pour découvrir de quel facteur les jeunes ont besoin pour se sentir heureux.