"Nous sommes prêts au dialogue et nous espérons que la Russie sera prête à revenir à la table des négociations. Nous saluons les rencontres bilatérales menées entre les Etats-Unis et la Russie, ainsi que la rencontre qui aura lieu demain à l'OSCE", a fait savoir le chef de l'Otan.

L'Otan s'est dit ouvert au dialogue avec Moscou sur le contrôle des armes concernant les missiles en Europe et être à l'écoute des inquiétudes de la Russie, tout en restant ferme. "Nous sommes pour un dialogue et contre de nouvelles confrontations."

Des sanctions politiques et économiques seront mises en place envers la Russie en cas d'escalade de la situation, a averti M. Stoltenberg. "Toutefois, si la Russie poursuit ses agissements, nous devrons étudier la possibilité de renforcer notre présence dans l'Est de l'Europe", selon M. Stoltenberg.

Le secrétaire général de l'Otan a plaidé pour un dialogue sérieux avec Moscou, mais a toutefois exigé une désescalade de la situation. Les États-Unis et leurs alliés européens se sont entretenus mercredi avec Moscou au siège de l'Otan pour tenter de désamorcer le risque d'un nouveau conflit en Ukraine, alors que Moscou a procédé à un renforcement militaire le long de la frontière ukrainienne. Il s'agissait du premier conseil Otan-Russie depuis 2019.

La Russie prend acte

La Russie a pris acte de la proposition faite par l'Otan de rétablir sa mission diplomatique à Moscou et la mission de la Russie à Bruxelles, a déclaré mercredi le ministère russe des Affaires étrangères.

Le ministère n'a toutefois pas confirmé les propos du secrétaire général de l'Alliance transatlantique, Jens Stoltenberg, concernant la reprise de l'activité des missions, selon des informations relayées par l'agence TASS. Il s'agissait d'une proposition de l'Otan, selon la diplomatie russe. "Elle a été prise en compte. La partie russe n'a pas encore donné de réponse", a précisé Moscou.

La Russie considère l'éventuelle adhésion de l'Ukraine à l'Alliance comme une menace.

La question de l'armement nucléaire en Europe a également été abordée lors du Conseil Otan-Russie. Un organe de négociation qui n'a plus été actif depuis près de 2 ans. Au terme de celui-ci, le chef de l'Otan s'est dit ouvert au dialogue avec la Russie et a déclaré qu'une série de rencontres pourraient avoir lieu prochainement, sans communiquer davantage de détails.

"Nous sommes prêts au dialogue et nous espérons que la Russie sera prête à revenir à la table des négociations. Nous saluons les rencontres bilatérales menées entre les Etats-Unis et la Russie, ainsi que la rencontre qui aura lieu demain à l'OSCE", a fait savoir le chef de l'Otan. L'Otan s'est dit ouvert au dialogue avec Moscou sur le contrôle des armes concernant les missiles en Europe et être à l'écoute des inquiétudes de la Russie, tout en restant ferme. "Nous sommes pour un dialogue et contre de nouvelles confrontations." Des sanctions politiques et économiques seront mises en place envers la Russie en cas d'escalade de la situation, a averti M. Stoltenberg. "Toutefois, si la Russie poursuit ses agissements, nous devrons étudier la possibilité de renforcer notre présence dans l'Est de l'Europe", selon M. Stoltenberg. Le secrétaire général de l'Otan a plaidé pour un dialogue sérieux avec Moscou, mais a toutefois exigé une désescalade de la situation. Les États-Unis et leurs alliés européens se sont entretenus mercredi avec Moscou au siège de l'Otan pour tenter de désamorcer le risque d'un nouveau conflit en Ukraine, alors que Moscou a procédé à un renforcement militaire le long de la frontière ukrainienne. Il s'agissait du premier conseil Otan-Russie depuis 2019. La Russie a pris acte de la proposition faite par l'Otan de rétablir sa mission diplomatique à Moscou et la mission de la Russie à Bruxelles, a déclaré mercredi le ministère russe des Affaires étrangères.Le ministère n'a toutefois pas confirmé les propos du secrétaire général de l'Alliance transatlantique, Jens Stoltenberg, concernant la reprise de l'activité des missions, selon des informations relayées par l'agence TASS. Il s'agissait d'une proposition de l'Otan, selon la diplomatie russe. "Elle a été prise en compte. La partie russe n'a pas encore donné de réponse", a précisé Moscou. La Russie considère l'éventuelle adhésion de l'Ukraine à l'Alliance comme une menace. La question de l'armement nucléaire en Europe a également été abordée lors du Conseil Otan-Russie. Un organe de négociation qui n'a plus été actif depuis près de 2 ans. Au terme de celui-ci, le chef de l'Otan s'est dit ouvert au dialogue avec la Russie et a déclaré qu'une série de rencontres pourraient avoir lieu prochainement, sans communiquer davantage de détails.