"Nous sommes sur la bonne voie", a commenté le secrétaire général de l'organisation, Jens Stoltenberg, en présentant devant la presse le sommet des chefs d'Etat et de gouvernement des trente pays alliés qui se tiendra lundi à Bruxelles, avec la participation du président américain Joe Biden.

Il faisait référence à l'engagement pris par les alliés en 2014, lors d'un sommet au Pays de Galles, de consacrer dans les dix ans 2% de leur Produit intérieur brut (PIB) aux dépenses de défense et 20% de leur budget militaire à l'achat de matériels majeurs.

M. Stoltenberg a insisté vendredi sur les sept années consécutives de hausse des dépenses de défense par les alliés européens et le Canada.

"D'ici la fin de cette année, ils auront accru leurs budgets de défense de 260 milliards de dollars depuis 2014", s'est-il félicité, tout en appelant les alliés à "investir plus encore, mieux et ensemble afin d'atteindre notre haut niveau d'ambition.

Selon les chiffres publiés par l'Otan dans son rapport semestriel intitulé "Données économiques et financières concernant la défense de l'Otan", dix alliés devraient atteindre ce seuil des 2% cette année.

La Grèce, qui a multiplié les achats de matériels militaires, se trouve en tête de ce classement, avec 3,82%, devançant les Etats-Unis, première puissance militaire mondiale, avec 3,52% - un curieux renversement des positions depuis le mois de mars dernier. Suivent la Croatie (2,79%), le Royaume-Uni (2,29%), l'Estonie (2,28%), la Lettonie (2,27%), la Pologne (2,1%), la Lituanie (2,03%), la Roumanie (2,02%), la France (2,1%).

La Belgique continue toutefois à se situer en queue de peloton - à l'antépénultième place, avant le Luxembourg (0,57%) et l'Espagne (1,2%). Elle consacrera, selon la dernière estimation, 1,12% de son PIB aux dépenses de défense, une notion recouvrant à la fois le budget de la Défense et, parmi quelques autres, les pensions des militaires. Mais c'est davantage que le 1,05% de 2020, alors que la trajectoire fixée par le gouvernement prévoit d'atteindre 1,24% en 2024.

Les Etats-Unis fournissent à eux seuls 71% du 1,174 billion de dollars que les trente pays membres de l'Alliance affectent à leur défense (soit 811 milliards). Les Européens et le Canada ont des budgets militaires cumulés estimés à 363 milliards de dollars.

La Belgique consacrera cette année, a calculé l'Otan, 5,337 milliards d'euros à ses dépenses de défense, en hausse de 582 millions d'euros par rapport à l'an dernier.

En ce qui concerne la ventilation de ces dépenses, la Belgique devrait consacrer en 2021 56,31% de ce budget au personnel, 23,99% aux opérations, à l'entraînement et à l'entretien de son matériel, 1,67% aux infrastructures et 18,03% aux équipements majeurs, en incluant des dépenses de recherche et de développement (R&D).

L'Otan chiffre à 24.800 le nombre de militaires en Belgique, soit environ 2,2 militaires par 10.000 habitants, l'une des plus faibles proportions parmi les trente pays alliés.

"Nous sommes sur la bonne voie", a commenté le secrétaire général de l'organisation, Jens Stoltenberg, en présentant devant la presse le sommet des chefs d'Etat et de gouvernement des trente pays alliés qui se tiendra lundi à Bruxelles, avec la participation du président américain Joe Biden. Il faisait référence à l'engagement pris par les alliés en 2014, lors d'un sommet au Pays de Galles, de consacrer dans les dix ans 2% de leur Produit intérieur brut (PIB) aux dépenses de défense et 20% de leur budget militaire à l'achat de matériels majeurs. M. Stoltenberg a insisté vendredi sur les sept années consécutives de hausse des dépenses de défense par les alliés européens et le Canada. "D'ici la fin de cette année, ils auront accru leurs budgets de défense de 260 milliards de dollars depuis 2014", s'est-il félicité, tout en appelant les alliés à "investir plus encore, mieux et ensemble afin d'atteindre notre haut niveau d'ambition. Selon les chiffres publiés par l'Otan dans son rapport semestriel intitulé "Données économiques et financières concernant la défense de l'Otan", dix alliés devraient atteindre ce seuil des 2% cette année. La Grèce, qui a multiplié les achats de matériels militaires, se trouve en tête de ce classement, avec 3,82%, devançant les Etats-Unis, première puissance militaire mondiale, avec 3,52% - un curieux renversement des positions depuis le mois de mars dernier. Suivent la Croatie (2,79%), le Royaume-Uni (2,29%), l'Estonie (2,28%), la Lettonie (2,27%), la Pologne (2,1%), la Lituanie (2,03%), la Roumanie (2,02%), la France (2,1%).La Belgique continue toutefois à se situer en queue de peloton - à l'antépénultième place, avant le Luxembourg (0,57%) et l'Espagne (1,2%). Elle consacrera, selon la dernière estimation, 1,12% de son PIB aux dépenses de défense, une notion recouvrant à la fois le budget de la Défense et, parmi quelques autres, les pensions des militaires. Mais c'est davantage que le 1,05% de 2020, alors que la trajectoire fixée par le gouvernement prévoit d'atteindre 1,24% en 2024. Les Etats-Unis fournissent à eux seuls 71% du 1,174 billion de dollars que les trente pays membres de l'Alliance affectent à leur défense (soit 811 milliards). Les Européens et le Canada ont des budgets militaires cumulés estimés à 363 milliards de dollars.La Belgique consacrera cette année, a calculé l'Otan, 5,337 milliards d'euros à ses dépenses de défense, en hausse de 582 millions d'euros par rapport à l'an dernier. En ce qui concerne la ventilation de ces dépenses, la Belgique devrait consacrer en 2021 56,31% de ce budget au personnel, 23,99% aux opérations, à l'entraînement et à l'entretien de son matériel, 1,67% aux infrastructures et 18,03% aux équipements majeurs, en incluant des dépenses de recherche et de développement (R&D). L'Otan chiffre à 24.800 le nombre de militaires en Belgique, soit environ 2,2 militaires par 10.000 habitants, l'une des plus faibles proportions parmi les trente pays alliés.