"Nous ne voulons pas être dans un dispositif d'escorte des navires, mais nous voulons assurer une présence dissuasive", a expliqué à l'AFP Mme Parly peu avant une réunion informelle avec ses homologues européens à Helsinki.

Mme Parly a implicitement confirmé le soutien de la France à l'idée de déployer une mission européenne d'observation dans la région.

Elle a toutefois souligné que le nombre de pays de l'UE prêts à s'engager se "compte sur les doigts d'une main".

"Nous allons essayer de passer à la deuxième main" au cours de la réunion d'Helsinki, a-t-elle ajouté. "Mais le dispositif se fera avec les moyens existants dont il faudra tirer le meilleur parti", a-t-elle insisté. La France maintient en permanence une frégate dans la région.

"L'objectif est de garantir la libre navigation et la sécurité des navires dans cette région vitale pour le transport des hydrocarbures", a-t-elle précisé.

"Il serait malencontreux de donner le sentiment que nous nous inscrivons dans l'initiative américaine de sanctions maximales", a-t-elle souligné.

Le ministre américain de la défense Mark Esper a annoncé mercredi le lancement de l'Opération Sentinel avec la participation du Royaume-Uni, de l'Australie et de Bahreïn.

"Le président Emmanuel Macron recherche la désescalade des tensions dans la région. Or nous sommes loin de l'objectif recherché", a déploré Florence Parly.

"Ce n'est pas parce que le président Donald Trump a laissé le président Macron pousser son initiative avec l'Iran que l'administration américaine a changé de position vis à vis de Téhéran", a-t-elle commenté.

Le président français a invité le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif en marge de la réunion des dirigeants du G7 à Biarritz le week-end dernier.

L'objectif est d'éviter que les décisions prises par les autorités iraniennes de s'affranchir des certains engagements de l'accord sur le nucléaire deviennent irréversibles. "Elles ne le sont pas encore", a dit à l'AFP un responsable européen. "L'Iran a vendu de l'eau lourde à la Chine et a consommé une partie de ses surplus", a-t-il expliqué.

Une délégation iranienne se rendra la semaine prochaine à Paris et une réunion est envisagée prochainement avec les négociateurs européens.

Téhéran pousse les Européens, qui veulent préserver l'accord international dont se sont retirés les Etats-Unis, à prendre des mesures pour passer outre aux sanctions américaines et lui permettre de pouvoir exporter son pétrole, importante source de revenus pour le pays.

Les autres signataires de l'accord sont la Chine, la Russie, l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni.