Les Nations Unies ont averti que la pause actuelle dans la violence terroriste internationale pourrait bientôt prendre fin, avec une nouvelle vague d'attaques possibles avant la fin de l'année.

Dans un rapport, des observateurs spécialisés du Conseil de sécurité de l'ONU brossent un tableau inquiétant d'un mouvement islamiste extrémiste mondial qui continue de représenter une menace importante malgré ses récents revers.

Les auteurs s'inquiètent du fait que jusqu'à 30 000 étrangers se sont rendus au "califat" pour combattre et qu'ils sont peut-être encore en vie. "Leurs perspectives d'avenir seront une préoccupation internationale dans un avenir proche ", indique le rapport. "Certains peuvent rejoindre Al-Qaïda ou d'autres marques terroristes qui pourraient émerger. Certains deviendront des leaders ou des radicalisateurs."

Le rapport s'appuie sur des informations fournies par les services de renseignement des États membres de l'ONU et donne un aperçu de la réflexion collective des services de sécurité du monde entier.

Le rapport note encore que, bien que le califat géographique de l'État islamique ait cessé d'exister, les États membres conviennent que bon nombre des facteurs sous-jacents qui ont donné naissance à[l'État islamique] existent toujours, ce qui donne à penser que la menace que représente Al-Qaida ou d'autres groupes similaires ne risque pas de diminuer davantage. Bien qu'il y ait eu moins d'attentats réussis depuis 2015 et 2016, lorsque des extrémistes ont tué des centaines de personnes en France, en Belgique et en Allemagne, la menace pour l'Europe "reste élevée" dit encore The Guardian.

Une préoccupation majeure est la radicalisation de la prison ainsi que la libération imminente d'une partie de la première vague de rapatriés emprisonnés après leur retour du califat de l'État islamique, qui a été établi sur une bande de terre en Iraq et en Syrie en 2014. Les États européens estiment que jusqu'à 6 000 de leurs citoyens se sont rendus en Irak et en Syrie pour rejoindre Isis ou d'autres groupes extrémistes. Environ un tiers d'entre eux ont été tués, tandis qu'un autre tiers est toujours détenu dans la région ou ont voyagé ailleurs. Deux mille ou plus sont peut-être retournés en Europe, selon le rapport.

Selon le rapport, L'EI aurait encore entre 50 et 300 millions de dollars de trésor de guerre et veille jalousement la réputation du groupe en tant que principale marque terroriste mondiale en tant que "califat virtuel".

"Lorsqu'il aura le temps et l'espace nécessaires pour réinvestir dans une capacité d'opérations extérieures, l'État islamique dirigera et facilitera les attaques internationales en plus des attaques inspirées par Isil qui continuent de se produire dans de nombreux endroits dans le monde..... La réduction actuelle de ces attaques pourrait donc ne pas durer longtemps, peut-être même pas jusqu'à la fin de 2019", dit encore le rapport.

Reprise à Doha de négociations cruciales entre Washington et les talibans afghans

Les Etats-Unis et les taliban afghans ont repris samedi à Doha des négociations cruciales pour un accord qui ouvrirait la voie à un retrait des troupes américaines d'Afghanistan après 18 ans d'intervention, une promesse de campagne de Donald Trump. Il s'agit du huitième round de négociations à Doha entre les insurgés afghans et les Etats-Unis, représentés par l'émissaire américain Zalmay Khalilzad. Washington met les bouchées doubles afin d'arracher un accord politique avec les talibans avant l'élection présidentielle afghane, prévue le 28 septembre. "Nous avons fait beaucoup de progrès. Nous parlons", a assuré vendredi M. Trump aux journalistes.

En échange de leur désengagement militaire, les Etats-Unis exigent des talibans qu'ils s'engagent à un cessez-le-feu et coupent tout lien avec le groupe jihadiste Al-Qaïda. Selon le Washington Post, la proposition d'accord sur la table prévoit de réduire le nombre de soldats américains en Afghanistan à 8.000, contre 14.000 actuellement. Les Etats-Unis et leurs alliés de l'OTAN sont engagés depuis le 7 octobre 2001 dans une vaste opération militaire en Afghanistan. Elle avait été lancée après les attentats du 11 septembre aux Etats-Unis, pour frapper les camps d'Al-Qaeda et son leader Oussama ben Laden abrités en Afghanistan. Chassés du pouvoir par cette intervention, les talibans mènent depuis une insurrection meurtrière dans le pays.

L'éventuel accord entre les Etats-Unis et les talibans , préalable à un dialogue interafghan, suscite toutefois des doutes chez les spécialistes. Pour Bruce Hoffman, expert de la lutte contre le terrorisme, les talibans seront plus que réticents à rompre tout lien avec Al-Qaïda. Il est difficile de "se fier aux promesses d'organisations terroristes", estime-t-il. "Al-Qaïda va poursuivre les combats et miser sur le fait qu'une fois les Etats-Unis partis, ils ne reviendront pas", ajoute-t-il. "Al-Qaïda et les talibans auront les mains libres." En outre, il laissera irrésolues plusieurs questions épineuses: celle d'un éventuel partage du pouvoir avec les talibans, l'avenir du gouvernement Ghani, mais aussi le rôle de l'Inde et du Pakistan dans le conflit afghan et sa résolution. Pour de nombreux jeunes Afghans, ces négociations risquent de ne pas mener à une paix véritable. Beaucoup craignent que Washington, pressé de mettre un terme à la plus longue guerre de l'histoire des Etats-Unis, conclue hâtivement un accord de retrait de ses troupes qui permettrait aux insurgés de retrouver une forme de pouvoir. Alors même qu'ils avaient affirmé en juillet à Doha vouloir réduire les victimes civiles à "zéro", les talibans ont continué leurs attaques. Mercredi, au moins 34 personnes, en majorité des femmes et des enfants, ont été tuées lorsque leur bus a sauté sur un engin explosif posé selon les autorités par les insurgés. Le bilan de juillet est le plus lourd depuis mai 2017, avec plus de 1.500 civils tués ou blessés, selon l'ONU. En dépit des discussions visant à mettre fin à la guerre, les civils continuent de mourir à un rythme "inacceptable", a dénoncé mardi la Mission de l'ONU en Afghanistan.