Depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche, les républicains veulent abroger et remplacer la loi santé mise en place par Barack Obama. Le 24 mars dernier, faute de consensus au sein du parti républicain, le premier vote n'avait pas eu lieu. Les plus modérés s'inquiétaient de ce projet qui laissait la possibilité aux États de ne plus obliger les assureurs à couvrir tous les patients de la même façon. Donald Trump a vécu cet échec comme un réel affront, il s'en était d'ailleurs pris aux membres de son parti par l'intermédiaire de tweets violents, et il ne comptait pas en rester là : depuis, un groupe de parlementaires a travaillé sur une nouvelle version du texte.

Des réunions ont eu lieu hier au Capitole entre la Maison-Blanche et les différents chefs de groupes pour négocier et élaborer un texte qui puisse recueillir une majorité au moment du vote.Actuellement la chambre est composée de 193 démocrates pour 238 républicains. Ces derniers devront donc rassembler 216 voix pour faire adopter le nouveau texte. Aucun démocrate ne soutient ce projet, "Ce texte lâche va faire du mal à beaucoup, beaucoup plus d'Américains", a assuré sur MSNBC le sénateur démocrate Cory Booker, mais une grande partie des républicains indécis du 24 mars seraient plus enclins à voter pour la nouvelle version.

Toutefois, il ne faut pas oublier que si le projet obtient la majorité aujourd'hui, il devra encore être examiné et amendé dans les prochaines semaines par le Sénat.

La confiance semble bien là pour Kevin Mc Carthy, le chef de la majorité républicaine, qui a assuré sur une chaîne de télévision américaine avoir les voix suffisantes pour pouvoir adopter cette nouvelle version: "Ça va passer. C'est un bon texte", dit-il.

Depuis la création de l'Obamacare en 2010, 21 millions d'Américains supplémentaires ont eu accès à une assurance maladie. L'objectif de cette loi visait à interdire la discrimination entre les assurées. Depuis le départ, les républicains trouvent cette loi trop interventionniste et trop coûteuse, ils veulent donc la remplacer par l'Américain Health Care Act. Ce programme prévoit de lever les mêmes taxes que celle prévue avec l'Obamacare, mais il prévoit aussi de diminuer le financement d'assurance maladie pour les familles modestes.La réforme républicaine ne toucherait que les Américains qui s'assurent sur le marché dit "individuel" des assurances santé. La majorité de la population est assurée par les employeurs ou des couvertures publiques non concernées par ce type de réforme.

Aucun chiffre n'est encore sorti pour ce programme, mais une étude réalisée en mars estimait que d'ici dix ans, 24 millions de personnes supplémentaires se retrouveraient sans assurance par rapport à la loi actuellement en vigueur.

Trump s'était attaqué à l'Obamacare dès premier jour en tant que président.

Depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche, les républicains veulent abroger et remplacer la loi santé mise en place par Barack Obama. Le 24 mars dernier, faute de consensus au sein du parti républicain, le premier vote n'avait pas eu lieu. Les plus modérés s'inquiétaient de ce projet qui laissait la possibilité aux États de ne plus obliger les assureurs à couvrir tous les patients de la même façon. Donald Trump a vécu cet échec comme un réel affront, il s'en était d'ailleurs pris aux membres de son parti par l'intermédiaire de tweets violents, et il ne comptait pas en rester là : depuis, un groupe de parlementaires a travaillé sur une nouvelle version du texte.Des réunions ont eu lieu hier au Capitole entre la Maison-Blanche et les différents chefs de groupes pour négocier et élaborer un texte qui puisse recueillir une majorité au moment du vote.Actuellement la chambre est composée de 193 démocrates pour 238 républicains. Ces derniers devront donc rassembler 216 voix pour faire adopter le nouveau texte. Aucun démocrate ne soutient ce projet, "Ce texte lâche va faire du mal à beaucoup, beaucoup plus d'Américains", a assuré sur MSNBC le sénateur démocrate Cory Booker, mais une grande partie des républicains indécis du 24 mars seraient plus enclins à voter pour la nouvelle version.Toutefois, il ne faut pas oublier que si le projet obtient la majorité aujourd'hui, il devra encore être examiné et amendé dans les prochaines semaines par le Sénat.Depuis la création de l'Obamacare en 2010, 21 millions d'Américains supplémentaires ont eu accès à une assurance maladie. L'objectif de cette loi visait à interdire la discrimination entre les assurées. Depuis le départ, les républicains trouvent cette loi trop interventionniste et trop coûteuse, ils veulent donc la remplacer par l'Américain Health Care Act. Ce programme prévoit de lever les mêmes taxes que celle prévue avec l'Obamacare, mais il prévoit aussi de diminuer le financement d'assurance maladie pour les familles modestes.La réforme républicaine ne toucherait que les Américains qui s'assurent sur le marché dit "individuel" des assurances santé. La majorité de la population est assurée par les employeurs ou des couvertures publiques non concernées par ce type de réforme.Aucun chiffre n'est encore sorti pour ce programme, mais une étude réalisée en mars estimait que d'ici dix ans, 24 millions de personnes supplémentaires se retrouveraient sans assurance par rapport à la loi actuellement en vigueur.Trump s'était attaqué à l'Obamacare dès premier jour en tant que président.