"Le discours populiste s'est transformé en une haine des étrangers ou des minorités; la migration et le multiculturalisme ont continué d'être présentés comme une menace pour la cohésion sociale et pour la sécurité; les médias traditionnels et les réseaux sociaux ont encouragé l'auto-ségrégation et ont accentué les divisions sociales", indique l'ECRI en marge de la publication de son rapport annuel. "Les inquiétudes pour la sécurité ont été exploitées pour justifier d'énormes compromis sur les droits fondamentaux des migrants et d'autres groupes vulnérables".

Un point sensible pour lequel une amélioration a pu être constatée est celui de l'homophobie et la transphobie: des avancées ont été enregistrées, mais seulement dans certains pays. En revanche, la situation des juifs ne semble pas s'être améliorée, ni l'existence de préjugés négatifs à l'égard de l'islam, note l'ECRI.

"Le discours populiste s'est transformé en une haine des étrangers ou des minorités; la migration et le multiculturalisme ont continué d'être présentés comme une menace pour la cohésion sociale et pour la sécurité; les médias traditionnels et les réseaux sociaux ont encouragé l'auto-ségrégation et ont accentué les divisions sociales", indique l'ECRI en marge de la publication de son rapport annuel. "Les inquiétudes pour la sécurité ont été exploitées pour justifier d'énormes compromis sur les droits fondamentaux des migrants et d'autres groupes vulnérables". Un point sensible pour lequel une amélioration a pu être constatée est celui de l'homophobie et la transphobie: des avancées ont été enregistrées, mais seulement dans certains pays. En revanche, la situation des juifs ne semble pas s'être améliorée, ni l'existence de préjugés négatifs à l'égard de l'islam, note l'ECRI.