"Officiellement enregistré dans l'Arkansas pour être sur le bulletin de la primaire démocrate", a tweeté le milliardaire de 77 ans. "Nous devons battre Trump. Il nous a trompés à chaque étape".

Son entrée en lice viendrait bouleverser la primaire démocrate, en menaçant surtout les candidats modérés, en premier lieu l'ancien vice-président Joe Biden, favori mais en perte de vitesse.

Fondateur de l'agence d'informations financières portant son nom, maire de New York de 2002 à 2013, Michael Bloomberg est l'une des dix plus grandes fortunes du monde, avec plus de 50 milliards de dollars, selon le magazine Forbes.

Il avait déposé vendredi sa candidature pour la primaire dans l'Alabama, l'un des Etats qui bouclent en premier les listes de candidats, mais sans s'y rendre en personne.

Cette fois, "Mike voulait y aller et s'enregistrer lui-même", a déclaré au New York Times son porte-parole Jason Schechter. "S'il se présente, il va aller dans des Etats où les démocrates ne vont jamais lors de la campagne des primaires. Nous commençons aujourd'hui avec l'Arkansas".

L'Alabama et l'Arkansas organiseront leurs primaires lors du "Super Tuesday", le 3 mars, une journée potentiellement décisive pour la course avec une quinzaine d'Etats votant en même temps.

Le président républicain Donald Trump avait réagi vendredi avec dédain à l'annonce d'une possible candidature de Michael Bloomberg, septuagénaire et milliardaire comme lui.

"Le petit Michael échouera", a-t-il assuré en référence à la taille de l'ex-maire, environ 1,70 mètre, tout en affirmant qu'il adorerait le défier dans les urnes.

"Je pense qu'il va en fait nuire à Biden", qui occupe le même créneau modéré, avait-il ajouté.

Joe Biden, 76 ans, s'était lui montré confiant, souhaitant la "bienvenue" à Michael Bloomberg, tout en se présentant comme le meilleur rempart contre Donald Trump.