"C'est votre tour", prévient ce message, qui précise que les journalistes vont être découpés "à la hache", affirme le Canard dans son édition à paraître mercredi. "Vu le contexte", écrit le Canard, "la surveillance a été renforcée" et la justice a ouvert une enquête. Ces menaces ont été reçues par mail le 8 janvier, au lendemain de l'attaque contre l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, qui a fait 12 morts dont huit collaborateurs du journal. Dans son édition à paraître mercredi, le Canard dont la devise est "La liberté de la presse ne s'use que quand on ne s'en sert pas", fait sa Une en titrant: "Le message de Cabu (l'un des dessinateurs tués mercredi dernier: ndlr): Allez les gars, ne vous laissez pas abattre ! ".

"C'est votre tour", prévient ce message, qui précise que les journalistes vont être découpés "à la hache", affirme le Canard dans son édition à paraître mercredi. "Vu le contexte", écrit le Canard, "la surveillance a été renforcée" et la justice a ouvert une enquête. Ces menaces ont été reçues par mail le 8 janvier, au lendemain de l'attaque contre l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, qui a fait 12 morts dont huit collaborateurs du journal. Dans son édition à paraître mercredi, le Canard dont la devise est "La liberté de la presse ne s'use que quand on ne s'en sert pas", fait sa Une en titrant: "Le message de Cabu (l'un des dessinateurs tués mercredi dernier: ndlr): Allez les gars, ne vous laissez pas abattre ! ".