Face à la détermination du pouvoir, qui semble parier sur l'essoufflement du mouvement et reste inflexible sur le coeur de sa réforme, le recul de 60 à 62 ans pour l'âge minimum de départ et de 65 à 67 ans pour la retraite à taux plein, les initiatives en faveur de grèves reconductibles fleurissent ces derniers jours.

La CGT, premier syndicat de la régie des transports parisiens RATP, a déjà déposé un préavis de grève illimitée dans les bus et métros de la capitale à compter du 12 octobre, date de la nouvelle journée d'action organisée par les syndicats, la quatrième depuis début septembre.

Après avoir réussi à faire descendre dans la rue samedi entre 900.000 et 3 millions de personnes (selon les sources) pour la troisième fois en moins d'un mois, les syndicats estiment disposer d'un large soutien populaire: 71% des Français soutenaient la manifestation de samedi selon un sondage.

"Cette réforme est trop importante (...), nous irons jusqu'au bout", a-t-il promis mercredi au micro de la radio France Info, estimant que seule la "détermination" des salariés peut faire reculer le gouvernement.

Levif.be avec Belga

Face à la détermination du pouvoir, qui semble parier sur l'essoufflement du mouvement et reste inflexible sur le coeur de sa réforme, le recul de 60 à 62 ans pour l'âge minimum de départ et de 65 à 67 ans pour la retraite à taux plein, les initiatives en faveur de grèves reconductibles fleurissent ces derniers jours. La CGT, premier syndicat de la régie des transports parisiens RATP, a déjà déposé un préavis de grève illimitée dans les bus et métros de la capitale à compter du 12 octobre, date de la nouvelle journée d'action organisée par les syndicats, la quatrième depuis début septembre. Après avoir réussi à faire descendre dans la rue samedi entre 900.000 et 3 millions de personnes (selon les sources) pour la troisième fois en moins d'un mois, les syndicats estiment disposer d'un large soutien populaire: 71% des Français soutenaient la manifestation de samedi selon un sondage. "Cette réforme est trop importante (...), nous irons jusqu'au bout", a-t-il promis mercredi au micro de la radio France Info, estimant que seule la "détermination" des salariés peut faire reculer le gouvernement. Levif.be avec Belga