L'ancien président du Conseil fait partie des grands perdants du scrutin, même s'il a obtenu son siège de sénateur. Le Parti démocrate obtient moins de 20% à la Chambre des députés et au Sénat, selon des résultats presque définitifs.

Lors de sa déclaration à la presse, Matteo Renzi a partagé "sa fierté" pour le travail réalisé ces dernières années, lors de la dernière législature, mais a reconnu que les résultats des législatives "imposent une nouvelle page au Parti démocrate."

Il a donc décidé de quitter la tête du parti et réclame la préparation d'un nouveau congrès afin d'élire un nouveau secrétaire, après l'installation du Parlement élu dimanche et la formation d'un nouveau gouvernement.

Matteo Renzi a précisé que la place du Parti démocrate était dans l'opposition, il rejette toute alliance avec le Mouvement 5 Etoiles ou la coalition de droite. "Nous avons dit non à un gouvernement avec les extrémistes ou des extrémistes, nous n'avons pas changé d'avis."

D'après l'ancien président du Conseil, l'actuelle difficulté de former un gouvernement découle du rejet de ses réformes constitutionnelles lors du référendum de décembre 2016. "Ceux qui se sont opposés à cette réforme sont aujourd'hui les victimes de leur choix de refuser la modification de la loi électorale", a-t-il dénoncé.

L'ancien président du Conseil fait partie des grands perdants du scrutin, même s'il a obtenu son siège de sénateur. Le Parti démocrate obtient moins de 20% à la Chambre des députés et au Sénat, selon des résultats presque définitifs. Lors de sa déclaration à la presse, Matteo Renzi a partagé "sa fierté" pour le travail réalisé ces dernières années, lors de la dernière législature, mais a reconnu que les résultats des législatives "imposent une nouvelle page au Parti démocrate." Il a donc décidé de quitter la tête du parti et réclame la préparation d'un nouveau congrès afin d'élire un nouveau secrétaire, après l'installation du Parlement élu dimanche et la formation d'un nouveau gouvernement. Matteo Renzi a précisé que la place du Parti démocrate était dans l'opposition, il rejette toute alliance avec le Mouvement 5 Etoiles ou la coalition de droite. "Nous avons dit non à un gouvernement avec les extrémistes ou des extrémistes, nous n'avons pas changé d'avis." D'après l'ancien président du Conseil, l'actuelle difficulté de former un gouvernement découle du rejet de ses réformes constitutionnelles lors du référendum de décembre 2016. "Ceux qui se sont opposés à cette réforme sont aujourd'hui les victimes de leur choix de refuser la modification de la loi électorale", a-t-il dénoncé.