Son père, Fred Trump Jr, le frère aîné de Donald Trump, est mort en 1981. Dans son livre Too Much and Never Enough, Mary Trump décrit comment Donald Trump a appris à mentir et à tricher dès son plus jeune âge. Plus de 1,4 million d'exemplaires ont été vendus aux États-Unis.
...

Son père, Fred Trump Jr, le frère aîné de Donald Trump, est mort en 1981. Dans son livre Too Much and Never Enough, Mary Trump décrit comment Donald Trump a appris à mentir et à tricher dès son plus jeune âge. Plus de 1,4 million d'exemplaires ont été vendus aux États-Unis.Vous qualifiez Donald Trump d'"homme le plus dangereux du monde". Que voulez-vous dire par là ? La combinaison de ses syndromes et de son pouvoir est particulièrement dangereuse. Tout homme ou femme dans cette position est potentiellement dangereux, mais mon oncle n'a manifestement ni la capacité intellectuelle ni la capacité de contrôler ses impulsions pour mériter beaucoup de confiance.Qu'avez-vous pensé lorsqu'il a été élu président en 2016 ?J'étais dévastée. Curieusement, je l'ai pris personnellement. J'étais fière de mon nom de famille, il sonnait bien. Maintenant, mon nom est lié à un homme qui fait tant de choses horribles. J'avais la sensation d'une attaque physique.C'était comment de grandir dans la famille Trump ?C'était tout à fait normal, parce que nous vivions dans notre propre monde. Je passais les week-ends chez mes grands-parents, où je m'amusais.Votre arrière-grand-père, Friedrich Trump, est né dans le village allemand de Kallstadt et est mort à New York lors de la pandémie de grippe de 1918. Parlait-on de son décès dans la famille ou de l'ascendance allemande de la famille ?Non. Mon grand-père ne parlait jamais de son père. Je ne pense pas que sa mort ait eu beaucoup d'importance pour lui. Mon grand-père était un Américain de la première génération. Cela signifiait une assimilation totale. On n'était pas fier de votre pays d'origine. Et Donald Trump préférait ne pas évoquer ses ancêtres allemands parce qu'en affaires, il fréquentait beaucoup de juifs. Il ne semblait pas réaliser que les gens peuvent faire la différence entre quelqu'un qui a des racines allemandes et un nazi.Normalement, votre père, Fred Jr., le frère aîné de Donald, aurait repris l'empire immobilier de la famille. Mais votre grand-père a fait de Donald son héritier.Il n'y avait aucun lien affectif entre mon grand-père et ses enfants. Il était incapable de chaleur humaine. Pire encore, il n'utilisait les gens que pour réaliser ses plans. Lorsqu'il ne pouvait pas les utiliser à ses propres fins, il les laissait tomber, tout comme mon père. Il ne pouvait y avoir qu'un seul gagnant dans ma famille. Et au fil des ans, il est devenu évident que ce ne serait pas mon père Freddy. Donald a fait tout ce qu'il a pu pour s'assurer qu'il était ce gagnant. Peu importe qui il devait piétiner pour cela.Votre père est devenu pilote au lieu de se lancer dans l'entreprise familiale.Mon père était humilié presque tous les jours. Il était pilote professionnel, mais mon grand-père le grondait constamment, disant qu'il ne valait pas mieux qu'un chauffeur de bus. Mon père n'a pas réussi à être le fils que mon grand-père voulait. Mon grand-père était impitoyable quand il s'agissait de réaliser ses projets. Quand j'ai finalement compris cela, en tant qu'adulte et aussi grâce à ma formation de psychiatre, j'ai réalisé que mon grand-père était un sociopathe. Je n'exagère pas. Je veux dire cela dans un sens clinique.Votre père est devenu alcoolique. Comment la famille gérait-elle ce problème ? Si l'alcoolisme n'est pas considéré comme une maladie à forte composante génétique, mais comme un échec moral, la personne malade ne pourra jamais être guérie - d'autant plus que mon père n'a été aidé par personne. Pour Donald, qui avait sept ans de moins, c'était un avantage que l'exemple de mon père lui montre ce qu'il ne devait pas faire et comment il ne devait pas être.Donald imitait-il son père ?Au niveau du caractère, ils se ressemblent moins qu'on ne le pense. Mon grand-père était très compétent. C'était un homme d'affaires prospère. Donald n'est ni l'un ni l'autre. Il est incompétent et n'a jamais eu de succès en tant qu'homme d'affaires. Mais mon grand-père s'est rendu compte que Donald pouvait manipuler les médias. Il voyait Donald comme quelqu'un qui était prêt à tout pour gagner : prêt à mentir, à tricher, à escroquer les gens, à voler.Il n'y avait aucun facteur atténuant ? Votre grand-mère ?C'est l'un des aspects fascinants de cette histoire : il n'y avait pas de facteur atténuant. Enfant, Donald a été abandonné par sa mère. Elle n'y pouvait rien. Elle était gravement malade et absente à un moment crucial de sa vie. À partir de ce moment, Donald a connu une solitude énorme. Le seul lien humain chaleureux lui a été enlevé. Cela a marqué son caractère. Alors que le grand-père de mon père pensait qu'il devait être meilleur que tous les autres, le gagnant, il est allé plus loin avec Donald. Donald n'était pas seulement le meilleur, il avait toujours raison.Cela explique-t-il le mythe de Trump en tant que leader puissant et manager à succès ?Donald devait trouver un moyen de survivre, et je le dis littéralement. Il est incroyable de voir le nombre de personnes et d'institutions qui ont accepté de se joindre au "projet Donald" de mon grand-père et de soutenir cet homme, même s'il n'est pas digne de ce soutien. Il a commencé à la fin des années 70 et 80 avec les médias et s'est poursuivi avec les banques et le Parti républicain.Votre grand-père savait-il ce qu'allait devenir son fils?Je ne pense pas que mon grand-père ait immédiatement réalisé à quel point Donald allait être mauvais. Ce n'est qu'après le fiasco d'Atlantic City qu'il ne pouvait plus nier que Donald était un désastre total en affaires.Donald Trump a mis en faillite plusieurs casinos à Atlantic City.Donald ne semblait pas comprendre le jeu. Au lieu de gérer un casino qui aurait pu avoir du succès, il en gérait trois à la fois, se cannibalisant mutuellement. Et il les gérait mal. Peu après l'ouverture de son troisième casino, le Taj Mahal, il a eu des ennuis. Mon grand-père a envoyé un chauffeur à Atlantic City avec 3,35 millions de dollars pour acheter des jetons et les sortir du casino. C'était illégal car il s'agissait d'un prêt personnel sur lequel personne ne payait d'intérêts. Mon grand-père a été condamné à une amende, mais quelques jours plus tard, il a fait la même chose dans l'un des autres casinos de Donald.Et il a laissé votre père mourir dans la pauvreté et la solitude.Mon grand-père détestait qu'on lui rappelle l'existence de mon père. Lorsque mon père a perdu son emploi de pilote, il l'a engagé comme agent d'entretien chez Trump Management, un empire qui vaut des centaines de millions de dollars et qui aurait dû être repris par mon père. Mais mon grand-père le laissait rouler en camion. Il n'y a rien de mal à cela en soi, mais symboliquement, c'est l'une des choses les plus terribles qui lui ait été faite - même si ce n'est pas la seule. Quand j'avais 39 ans, mon père est tombé très malade. Il n'avait pas vraiment mené une vie saine et a dû subir une opération du coeur. Seulement, il ne s'est pas remis, il est resté alité. Mon grand-père avait des relations dans plusieurs hôpitaux. A l'hôpital de Jamaïque, une aile porte le nom de mes grands-parents parce qu'ils ont donné des millions de dollars. Mais mon père a fini dans un hôpital du Queens, où il est mort. Et il n'y avait personne près de lui.Pas même son frère ?Ce jour-là, Donald est allé au cinéma avec sa soeur Elizabeth.Donald Trump a exprimé ses regrets d'avoir fait pression sur votre père, mais pas de l'avoir laissé seul sur son lit de mort.Je ne pense pas que cela le dérangeait que son frère meure seul. Regardez ce qui se passe dans notre pays en ce moment. Des gens meurent parce que Donald a échoué.Qu'a fait Donald Trump quand votre père est tombé malade ? Il travaillait sur la Trump Tower (NDLR : gratte-ciel de New York), ou plutôt, il a commencé à utiliser l'argent, le pouvoir et les relations de mon grand-père pour faire passer sa Trump Tower. Donald semblait toujours incroyablement riche, mais jusqu'alors tout était financé par mon grand-père.N'y a-t-il rien que vous appréciez chez votre oncle ?Il y a longtemps, il semblait avoir quelque chose de bon en lui. Mais il n'en reste rien.Allait-il à l'église ? De nombreux croyants évangéliques le soutiennent.Il n'a aucune croyance religieuse. Et ce n'est même pas le problème. Le problème, c'est l'hypocrisie. Le problème est qu'il est prêt à utiliser les croyances des autres pour les convaincre qu'il est attaché à leurs intérêts. C'est comme une secte.Vous êtes titulaire d'un doctorat en psychologie clinique. Comment voyez-vous votre oncle d'un point de vue professionnel ?Dans mon livre, je ne voulais pas tout de suite diagnostiquer un syndrome. Je voulais aider les lecteurs à comprendre son comportement. De nombreux diagnostics sont faits sur mon oncle - trouble de la personnalité narcissique, narcissisme malveillant, etc. Mais nous devons également nous pencher sur d'autres choses que les troubles de la personnalité, comme les troubles du sommeil et les difficultés d'apprentissage.Troubles d'apprentissage?Il semble avoir de grandes difficultés à traiter l'information. Il est très probable qu'enfant, il a eu un trouble de l'apprentissage qui n'a jamais été diagnostiqué et donc jamais traité correctement.Dans votre livre, vous le traitez de raciste, mais vous ne citez aucune preuve concrète. L'avez-vous déjà entendu, lui ou un autre membre de sa famille, faire des déclarations racistes ?Oui, mais je ne dis pas que ma famille était plus raciste ou antisémite que les autres familles de New York à l'époque. Les déclarations antisémites et "le mot en N" allaient de soi. C'était ainsi.Vous avez caché à la famille que vous aviez une liaison avec une femme. Pourquoi ?Ma famille ne s'intéressait pas à ma vie privée. L'homophobie n'était pas à l'ordre du jour parce que l'homosexualité n'était pas un problème. Il n'y avait pas de preuve immédiate que ma famille était homophobe. Ce n'est que lorsque ma grand-mère a parlé avec dédain d'Elton John et l'a traité de "petit pédé", que j'ai réalisé qu'il fallait vraiment que je garde ça pour moi.Le journal New York Times a révélé en 2018 que les Trump ont magouillé avec votre héritage.J'ai toujours su que quelque chose n'allait pas. Il semblait peu probable que l'héritage de mon grand-père ne soit que de 30 millions de dollars à sa mort. Le New York Times a révélé qu'il s'élevait à plus de 970 millions de dollars. Mes oncles et tantes, qui avaient été nommés conservateurs après la mort de mon père, avaient utilisé leur pouvoir pour m'escroquer. C'était terrible de découvrir cela.Cela n'a-t-il pas été rectifié?Donald Trump, ne paie jamais. Un crime en suit un autre, et à la fin, il n'a plus à rendre compte de rien. C'est comme ça depuis qu'il est enfant.Vous avez écrit ce livre pour vous venger ?Je voulais le publier avant les élections de 2016, mais je savais que mon histoire n'aurait aucun effet. Personne ne m'aurait écouté. Personne n'était prêt à parler de ces choses. Certainement pas dans notre famille.Pourquoi maintenant? Je ne veux pas que les électeurs commettent à nouveau les mêmes erreurs qu'en 2016. Je ne veux pas que quelqu'un qui aille voter en novembre fasse semblant de ne pas savoir ce qui se passe.Vous mettez en garde contre "la fin de la démocratie américaine" si Donald Trump est réélu.Nous sommes tellement affaiblis par son incompétence et par les personnes qui le soutiennent. L'issue est très incertaine. C'est terrifiant.