"Nous allons travailler ensemble pour une solution intergouvernementale ou multi-gouvernementale avec plusieurs Etats membres qui sont concernés", a dit Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse avec Angela Merkel près de Berlin.

L'accord vise à ce que les demandeurs d'asile "puissent être repris le plus vite possible dans le pays où ils ont été enregistrés", a-t-il ajouté.

La plupart des migrants arrivant en Allemagne ou en France sont à l'heure actuelle arrivés depuis la Libye via l'Italie, qui doit les enregistrer dans la base de données EURODAC.

En vertu des règles européennes, c'est le pays d'enregistrement qui doit en principe traiter leur dossier d'asile mais depuis la crise migratoire de 2015, ce système n'est de facto pas respecté afin de préserver des pays comme l'Italie et la Grèce, principales portes d'entrée en Europe.

Cette question est centrale dans la crise gouvernementale allemande en cours. Et si les négociations évoquées par M. Macron devaient aboutir, elles pourraient permettre à Angela Merkel de la résoudre et d'éviter un éclatement de sa coalition au pouvoir depuis seulement trois mois.

La chancelière refuse jusqu'ici la demande de son ministre de l'Intérieur Horst Seehofer, membre d'un parti très conservateur, qui veut que l'Allemagne applique sans l'accord de ses voisins cette règlementation de refoulement des migrants vers le pays d'entrée.

"Nous sommes pour une action coordonnée, au niveau européen ce serait le mieux mais c'est très difficile, alors la coopération de certains pays doit être une option aussi", a confirmé Mme Merkel, alors que nombre d'Etats membres, Pologne et Hongrie en tête, combattent les idées de partage du fardeau migratoire de la chancelière.

Elle a aussi appelé à une "hausse notable du personnel de Frontex", l'agence chargée de la surveillance des frontières extérieures de l'UE.

Mme Merkel a dès lors appelé au "soutien des pays les plus concernés", citant en particulier l'Italie.

Elle a aussi, avec M. Macron, évoqué la possibilité de "mécanismes" pour bloquer la venue des migrants économiques dans les pays de transit vers l'UE comme la Libye. Ils pourraient prendre la forme de centres sur place en Afrique du Nord, sous contrôle de l'ONU.

Le gouvernement italien, une alliance entre extrême droite et populistes, a fermé ses ports aux navires d'ONG transportant des migrants naufragés sauvés en mer, une décision qui provoqué l'errance d'un bateau chargé de 629 personnes pendant une semaine.

Cette décision a aussi provoqué une dispute entre Rome et Paris, M. Macron ayant dénoncé le "cynisme et d'irresponsabilité du gouvernement italien". C'est finalement l'Espagne qui aura accueilli les naufragés.

Globalement, selon M. Macron, l'Europe est confrontée à "un choix de civilisation" face aux discours anti-européens et nationalistes.

La rencontre franco-allemande de mardi intervient "à un moment de vérité pour chacun de nos Etats et pour notre continent. C'est même peut-être un choix de civilisation", a dit Emmanuel Macron, entre d'un côté "celles et ceux qui voudraient dire (...) que cette Europe est bonne a détricoter" et ceux, comme lui et Angela Merkel, qui veulent "faire avancer cette Europe".

Le patron du HCR prône la "coopération" pour résoudre Crise migratoire en Europe

Le Haut-Commissaire des Nations unies pour les réfugiés (HCR), Filippo Grandi, en visite en Libye, a prôné mardi la "coopération" pour résoudre la crise migratoire en Europe.

"Ce problème peut être résolu par la coopération et non pas pays par pays", a déclaré M. Grandi lors d'une conférence de presse à Tripoli. "J'ai écrit hier (lundi) à la présidence de l'UE, offrant l'expertise du HCR dans la recherche de nouvelles solutions essentielles mais aussi pratiques pour répondre à ces flux de personnes et cela doit inclure le sauvetage en mer et le débarquement", a-t-il dit.

"Il faut trouver le système qui sera accepté par tous les pays méditerranéens", a-t-il dit.

L'Italie, en première ligne depuis des années face à l'afflux des migrants et demandeurs d'asile, a déclenché une nouvelle crise dans l'UE après la décision de son ministre de l'Intérieur Matteo Salvini de refuser l'accueil à un bateau chargé de migrants venus d'Afrique.

Après une odyssée d'une semaine en Méditerranée, les 630 migrants de l'Aquarius sont finalement arrivés dimanche en Espagne.

"Il est clair que quelque soit le débat politique, si les gens sont en détresse en mer, ils doivent être sauvés (...) C'est la loi de la mer", a estimé M. Grandi.

"Bien que je ne pense pas que la fermeture des ports -comme l'Italie l'a fait- soit la bonne réponse, je pense aussi que l'Italie a raison de dire qu'elle a reçu la plupart des gens traversant la Méditerranée" et de demander "une distribution plus équilibrée des débarquements" de migrants.

M. Grandi achevait une visite de deux jours en Libye et devait se rendre au Niger accompagné de 131 réfugiés. Le HCR a installé un centre de transit au Niger où les dossiers des réfugiés évacués de Libye sont examinés par les pays d'accueil.

M. Grandi a indiqué que sur les 40.000 places demandées pour les réfugiés venant des pays sur la route de la Méditerranée centrale, le HCR a reçu des promesses pour 25.000 places, a-t-il dit.

Jusqu'ici, seulement moins de 2.000 migrants ont été admis dans les pays d'accueil, a-t-il déploré, appelant ces pays à accélérer les procédures d'installation de ces demandeurs d'asile.

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye, en proie au chaos et à l'insécurité, est devenue une plaque tournante de l'immigration clandestine vers les côtes européennes.

"Nous allons travailler ensemble pour une solution intergouvernementale ou multi-gouvernementale avec plusieurs Etats membres qui sont concernés", a dit Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse avec Angela Merkel près de Berlin.L'accord vise à ce que les demandeurs d'asile "puissent être repris le plus vite possible dans le pays où ils ont été enregistrés", a-t-il ajouté.La plupart des migrants arrivant en Allemagne ou en France sont à l'heure actuelle arrivés depuis la Libye via l'Italie, qui doit les enregistrer dans la base de données EURODAC. En vertu des règles européennes, c'est le pays d'enregistrement qui doit en principe traiter leur dossier d'asile mais depuis la crise migratoire de 2015, ce système n'est de facto pas respecté afin de préserver des pays comme l'Italie et la Grèce, principales portes d'entrée en Europe.Cette question est centrale dans la crise gouvernementale allemande en cours. Et si les négociations évoquées par M. Macron devaient aboutir, elles pourraient permettre à Angela Merkel de la résoudre et d'éviter un éclatement de sa coalition au pouvoir depuis seulement trois mois.La chancelière refuse jusqu'ici la demande de son ministre de l'Intérieur Horst Seehofer, membre d'un parti très conservateur, qui veut que l'Allemagne applique sans l'accord de ses voisins cette règlementation de refoulement des migrants vers le pays d'entrée."Nous sommes pour une action coordonnée, au niveau européen ce serait le mieux mais c'est très difficile, alors la coopération de certains pays doit être une option aussi", a confirmé Mme Merkel, alors que nombre d'Etats membres, Pologne et Hongrie en tête, combattent les idées de partage du fardeau migratoire de la chancelière.Elle a aussi appelé à une "hausse notable du personnel de Frontex", l'agence chargée de la surveillance des frontières extérieures de l'UE.Mme Merkel a dès lors appelé au "soutien des pays les plus concernés", citant en particulier l'Italie. Elle a aussi, avec M. Macron, évoqué la possibilité de "mécanismes" pour bloquer la venue des migrants économiques dans les pays de transit vers l'UE comme la Libye. Ils pourraient prendre la forme de centres sur place en Afrique du Nord, sous contrôle de l'ONU. Le gouvernement italien, une alliance entre extrême droite et populistes, a fermé ses ports aux navires d'ONG transportant des migrants naufragés sauvés en mer, une décision qui provoqué l'errance d'un bateau chargé de 629 personnes pendant une semaine. Cette décision a aussi provoqué une dispute entre Rome et Paris, M. Macron ayant dénoncé le "cynisme et d'irresponsabilité du gouvernement italien". C'est finalement l'Espagne qui aura accueilli les naufragés. Globalement, selon M. Macron, l'Europe est confrontée à "un choix de civilisation" face aux discours anti-européens et nationalistes.La rencontre franco-allemande de mardi intervient "à un moment de vérité pour chacun de nos Etats et pour notre continent. C'est même peut-être un choix de civilisation", a dit Emmanuel Macron, entre d'un côté "celles et ceux qui voudraient dire (...) que cette Europe est bonne a détricoter" et ceux, comme lui et Angela Merkel, qui veulent "faire avancer cette Europe".