"Il y un momentum unique comme on n'a pas connu ces dernières années", a fait remarquer Charles Michel. "Depuis quelques années, l'Europe a subi crise sur crise." L'arrivée d'une nouvelle génération de dirigeants européens, à peu près du même âge et du même bord politique - libéral - ouvre une fenêtre d'opportunité supplémentaire pour relancer le projet européen.

"Nous n'avons pas connu la guerre, et nous aimons l'Europe, tous les trois", a souligné le Premier ministre luxembourgeois. Le président français a quant à lui dressé une liste d'une dizaine de "points fondamentaux" qui devraient permettre de relancer l'Europe, l'Union économique et monétaire, l'Europe sociale et de la Défense, etc. "Il y a une responsabilité toute particulière de notre génération, de refonder l'Europe", a-t-il relevé. Ses orientations rejoignent les propositions déjà faites par les trois pays du Benelux (Belgique, Pays-Bas et Luxembourg) en marge du sommet de Malte, au début de l'année.

Le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, était absent mardi soir à Luxembourg, où se retrouvaient Charles Michel, Xavier Bettel et Emmanuel Macron. Rien d'anormal à cela, assurent les trois dirigeants. "Le Benelux marche, et la réunion d'aujourd'hui n'est pas un club sélect de trois voisins", a affirmé Xavier Bettel, précisant avoir eu son collègue néerlandais au téléphone juste avant le début de la soirée. Emmanuel Macron a pour sa part précisé qu'il rencontrerait Mark Rutte jeudi à Paris pour discuter de ses propositions. Les trois dirigeants et leurs conjoints devaient dîner ensemble mardi soir au château de Senningen, près de Luxembourg.

"Il y un momentum unique comme on n'a pas connu ces dernières années", a fait remarquer Charles Michel. "Depuis quelques années, l'Europe a subi crise sur crise." L'arrivée d'une nouvelle génération de dirigeants européens, à peu près du même âge et du même bord politique - libéral - ouvre une fenêtre d'opportunité supplémentaire pour relancer le projet européen. "Nous n'avons pas connu la guerre, et nous aimons l'Europe, tous les trois", a souligné le Premier ministre luxembourgeois. Le président français a quant à lui dressé une liste d'une dizaine de "points fondamentaux" qui devraient permettre de relancer l'Europe, l'Union économique et monétaire, l'Europe sociale et de la Défense, etc. "Il y a une responsabilité toute particulière de notre génération, de refonder l'Europe", a-t-il relevé. Ses orientations rejoignent les propositions déjà faites par les trois pays du Benelux (Belgique, Pays-Bas et Luxembourg) en marge du sommet de Malte, au début de l'année. Le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, était absent mardi soir à Luxembourg, où se retrouvaient Charles Michel, Xavier Bettel et Emmanuel Macron. Rien d'anormal à cela, assurent les trois dirigeants. "Le Benelux marche, et la réunion d'aujourd'hui n'est pas un club sélect de trois voisins", a affirmé Xavier Bettel, précisant avoir eu son collègue néerlandais au téléphone juste avant le début de la soirée. Emmanuel Macron a pour sa part précisé qu'il rencontrerait Mark Rutte jeudi à Paris pour discuter de ses propositions. Les trois dirigeants et leurs conjoints devaient dîner ensemble mardi soir au château de Senningen, près de Luxembourg.