La ville de Maastricht veut d'abord chasser les touristes de la drogue pendant une période test. Pour ce faire, elle a demandé un subside de 1,4 million d'euros au ministère de l'Intérieur, a écrit Het Belang van Limburg.

La commune de Maastricht devance ainsi un jugement éventuellement positif du Conseil d'Etat sur le critère de résidence, qui stipule que les coffeeshops ne seraient plus accessibles qu'aux personnes qui habitent aux Pays-Bas.

La chance d'avoir un jugement positif a augmenté maintenant que l'avocat-général de la Cour européenne de Justice ne voit pas de dispositions légales qui entraveraient l'application de cette mesure.

Maastricht veut désormais faire un état des lieux des nuisances actuelles et de la fréquentation des coffeeshops. Cette étude sera également menée dans des communes belges frontalières comme Lanaken, Fourons et Riemst. Une campagne sera également élaborée pour informer les étrangers qu'ils ne peuvent plus entrer dans les coffeeshops.

Le Vif.be, avec Belga

La ville de Maastricht veut d'abord chasser les touristes de la drogue pendant une période test. Pour ce faire, elle a demandé un subside de 1,4 million d'euros au ministère de l'Intérieur, a écrit Het Belang van Limburg. La commune de Maastricht devance ainsi un jugement éventuellement positif du Conseil d'Etat sur le critère de résidence, qui stipule que les coffeeshops ne seraient plus accessibles qu'aux personnes qui habitent aux Pays-Bas. La chance d'avoir un jugement positif a augmenté maintenant que l'avocat-général de la Cour européenne de Justice ne voit pas de dispositions légales qui entraveraient l'application de cette mesure. Maastricht veut désormais faire un état des lieux des nuisances actuelles et de la fréquentation des coffeeshops. Cette étude sera également menée dans des communes belges frontalières comme Lanaken, Fourons et Riemst. Une campagne sera également élaborée pour informer les étrangers qu'ils ne peuvent plus entrer dans les coffeeshops.Le Vif.be, avec Belga