Le commerce de l'opium, à partir duquel est fabriquée l'héroïne, est l'une des activités économiques les plus importantes en Afghanistan. En 2017, une production record de 9.900 tonnes a été enregistrée, générant un revenu de 1,4 milliard de dollars pour les agriculteurs concernés, ce qui représente environ 7 % du produit intérieur brut de l'Afghanistan.
...

Le commerce de l'opium, à partir duquel est fabriquée l'héroïne, est l'une des activités économiques les plus importantes en Afghanistan. En 2017, une production record de 9.900 tonnes a été enregistrée, générant un revenu de 1,4 milliard de dollars pour les agriculteurs concernés, ce qui représente environ 7 % du produit intérieur brut de l'Afghanistan.Cependant, l'Afghanistan a bien plus à offrir. Le sol contient de très grandes quantités de minéraux, tels que le cuivre, le cobalt, le néodyme, le lanthane, le cérium, l'argent, l'or, le mercure et d'autres éléments précieux. Mais le minéral le plus important dans le sol afghan est de loin le lithium. Le pays où les talibans sont de nouveau au pouvoir dispose donc d'une matière première qui fait envie à tout le monde.Le lithium est un métal alcalin blanc argenté qui est un très bon conducteur. En outre, c'est le métal le plus léger qui existe. Il est utilisé dans la fabrication du verre et de céramique, et forme avec l'aluminium un alliage que l'on retrouve souvent dans les cadres de bicyclettes et les avions. Cependant, le lithium est le plus recherché, car il est utilisé pour fabriquer des batteries rechargeables, nécessaires aux smartphones, aux ordinateurs portables et aux voitures électriques. Si nous voulons passer des combustibles fossiles aux voitures électriques, le lithium est essentiel.1000 milliards en terre afghane Depuis septembre dernier, le métal figure sur la liste des matières premières critiques de la Commission européenne, mais à première vue le lithium n'est pas une denrée rare. On estime qu'il existe aujourd'hui quelque 21 millions de tonnes de lithium disponibles, ce qui, selon les experts, devrait suffire pour faire face au passage aux voitures électriques dans les décennies à venir. Et comme c'est presque toujours le cas pour les matières premières, ces réserves sont un concept malléable : elles représentent la quantité qui peut être extraite de manière économique aux prix et avec la technologie d'aujourd'hui. En général, lorsque la demande augmente, les réserves augmentent également.En principe, il y a donc suffisamment de lithium pour répondre à la demande croissante et il est également extrait dans de nombreux pays, par exemple en Argentine, en Australie, au Brésil, au Chili, en Chine, aux États-Unis et au Zimbabwe. Mais les plus grandes réserves se trouvent en Afghanistan. En 2010, des géologues américains ont calculé que le sol afghan contenait plus de 1 000 milliards de dollars de lithium. L'Afghanistan a donc été baptisé "l'Arabie saoudite du lithium".Presque rien n'a été extrait de cette riche ressource, en raison de la guerre, de la corruption et du chaos bureaucratique. L'Afghanistan manque également d'infrastructures et le lithium n'est pas facile à extraire. Il ne peut être exploité directement, mais doit être extrait du sel ou de la pegmatite, une roche dure. Cela nécessite souvent des méthodes d'extraction complexes et coûteuses, qui impliquent de gros investissements. Aujourd'hui, l'extraction du lithium nécessite également de grandes quantités d'énergie et/ou d'eau, ce qui crée des problèmes environnementaux. Par conséquent, le lithium est tout de même plutôt rare.En même temps, les experts s'attendent à ce que la demande augmente de 10 à 14 % par an au cours des prochaines années, notamment en raison de la forte hausse de la demande de véhicules électriques. Selon un rapport récent de l'Agence internationale de l'énergie, aucun autre métal critique ne connaît une augmentation aussi rapide de la demande.Tesla, le constructeur de voitures électriques de l'entrepreneur spatial Elon Musk, produit ses propres batteries et veut extraire son propre lithium dans l'État américain du Nevada.D'autres constructeurs automobiles tentent également de s'assurer cette matière première vitale pour eux. Fin 2019, par exemple, BMW a acheté une grande quantité de lithium pour 540 millions d'euros, pour laquelle elle a passé un contrat avec la société chinoise Ganfeng Lithium. Récemment, le constructeur automobile allemand a également signé un accord avec la société américaine Livent, pour un lot de lithium d'une valeur de 285 millions d'euros. BMW estime que ses besoins en lithium augmenteront de 700 % d'ici 2025.Géopolitique La question qui préoccupe de nombreuses personnes ces jours-ci est de savoir ce qu'il adviendra du lithium sur le sol afghan, à présent qu'il est repassé sous la bannière des talibans. La Chine a été remarquablement rapide pour dire qu'elle voulait parler au nouveau régime et les talibans ont accueilli sa demande avec complaisance.La Chine est un acteur dominant sur le marché mondial des métaux rares, dont le lithium. Les chiffres de l'U.S. Geological Survey montrent que la deuxième plus grande économie du monde détient environ 35 % des réserves mondiales de terres rares. Si la Chine parvient à extraire du lithium en Afghanistan, elle renforcera énormément sa position et son pouvoir. Pour les talibans, ce serait une source de revenus importante et constante.La question est bien sûr de savoir si la situation en Afghanistan permettra de réaliser les investissements nécessaires dans les infrastructures au cours des prochaines années. En tout cas, l'Europe ne mise pas sur l'approvisionnement afghan de l'or blanc. En Europe, le lithium est principalement extrait dans le nord du Portugal. Mais tout ce qui est extrait là-bas finit en céramique. Donc, pour l'instant, nous sommes définitivement dépendants de l'approvisionnement d'autres continents pour la production de batteries.La Commission européenne a déjà fait savoir qu'elle voulait faire tout ce qui est en son pouvoir pour que l'Europe puisse s'occuper de son propre lithium. Lorsque le métal alcalin est apparu sur la liste des matières premières critiques l'année dernière, le commissaire européen Maros Sefcovic a déclaré: "Un approvisionnement sûr et durable en matières premières est une condition préalable à une économie résiliente. L'Europe aura besoin de dix-huit fois plus de lithium en 2030 et de soixante fois plus en 2050, uniquement pour les batteries des voitures électriques et le stockage de l'énergie. Nous ne pouvons pas échanger notre dépendance actuelle vis-à-vis des combustibles fossiles contre une dépendance vis-à-vis des matières premières essentielles".L'objectif est que, d'ici cinq ans, l'Europe extraie elle-même environ 80 % du lithium dont elle a besoin. La société Vulcan Energy, avec laquelle Renault a déjà signé des contrats, répond à la demande de la Commission européenne et souhaite extraire le lithium de la vallée allemande du Rhin d'ici 2024.Qui sait, la Chine et l'Afghanistan nous devanceront peut-être dans l'extraction de ce métal. Une chose est sûre : le lithium ne jouera pas seulement un rôle important dans les années à venir dans la transition vers des modes de vie plus durables, le métal sera également crucial sur le plan géopolitique.