Susan Neiman est considérée comme une star mondiale parmi les philosophes. Avec ses livres Moral Clarity, Why Grow Up?, et Widerstand der Vernunft, elle a écrit de véritables best-sellers. En tant que directrice du Forum Einstein à Potsdam, elle enquête sur la façon dont l'Allemagne gère son passé de guerre.
...

Susan Neiman est considérée comme une star mondiale parmi les philosophes. Avec ses livres Moral Clarity, Why Grow Up?, et Widerstand der Vernunft, elle a écrit de véritables best-sellers. En tant que directrice du Forum Einstein à Potsdam, elle enquête sur la façon dont l'Allemagne gère son passé de guerre.Le 9 novembre, elle se produira à la Nuit du Libre-penseur à Gand, elle répondra aux questions de la philosophe belgo-polonaise Alicja Gescinska. Elle veut souligner l'importance de la pensée critique à une époque où nous sommes constamment submergés par le mensonge, la propagande et les fake news."C'est un problème plus ancien que l'imprimerie", nous dit Neiman au téléphone. "La grande différence, c'est qu'aujourd'hui, il n'y a plus de gardiens. Les penseurs des réseaux sociaux - et j'utilise le terme "penser" au sens le plus large du terme - se considéraient comme des défenseurs de la démocratie. Ils pensaient qu'il serait bénéfique pour la démocratie d'éliminer les gardiens. Ils n'ont jamais pensé que leurs plates-formes seraient utilisées pour répandre délibérément des mensonges."Les gens d'aujourd'hui sont-ils moins capables de lire de façon critique?Susan Neiman : Cela me semble assez évident. Avez-vous une explication à cela ? Sommes-nous collectivement devenus plus bêtes ?Effectivement. Nous sommes surtout plus impatients pour les longs textes. Je constate que moi-même j'ai plus de difficultés à lire et à comprendre des textes longs. Si c'est le cas pour moi, alors cela s'applique certainement aux natifs du numérique qui ont grandi avec l'Internet. Internet est une machine à perturber le cerveau.Vous n'exagérez pas ? Je ne suis pas anti-internet, mais il est clair qu'il y a d'énormes inconvénients à l'utilisation permanente d'Internet. C'est un peu comme l'alcool : il n'y a pas de mal à prendre un verre, mais on peut devenir dépendant. Au Japon et en Corée du Sud, les psychiatres ont récemment défini la dépendance à Internet comme une maladie mentale. De plus, l'Internet, et surtout les réseaux sociaux, sont simplement conçus pour nous rendre dépendants. Mais vous ne pouvez le savoir que si vous faites une pause numérique de temps en temps.Comment gérez-vous internet ?Il devient de plus en plus difficile de trouver des endroits hors ligne. Autrefois, il m'arrivait de louer une maison de vacances à la campagne, sans aucun type d'accès ou de connexion Internet. Là, je lisais et j'écrivais pendant six semaines d'affilée, et une fois par semaine, je me rendais dans le village le plus proche pour faire quelques courses. C'était extrêmement utile. Mais c'est de plus en plus difficile.Les gouvernements réagissent généralement par des lois et des règlements. Mais pensez-vous que nous devrions d'abord et avant tout travailler sur nous-mêmes ?Ne vous méprenez pas : les gouvernements doivent renforcer leur réglementation. C'est pourquoi il est inquiétant que le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, ait récemment déclaré devant la Chambre des représentants américaine qu'il ne ferait rien contre l'équipe de campagne de Donald Trump. Cela veut dire que lors de ces élections présidentielles, elle pourra diffuser de la fausse propagande via Facebook. Apparemment, Zuckerberg ne trouve pas du tout problématique que l'équipe de Trump envoie des publicités visant spécifiquement les Afro-Américains, par exemple, pour les encourager à ne pas voter. C'est de la véritable propagande mensongère, contre laquelle seuls les gouvernements peuvent agir.Vous n'avez pas une haute opinion de Mark Zuckerberg comme intellectuel.Nous savons tous comment Facebook a commencé. Zuckerberg était un étudiant de Harvard qui voulait créer un site web où lui et ses camarades cotaient les femmes : qui est sexy et qui ne l'est pas. Cela vous semble-t-il être le projet d'un penseur profond ? Eh bien, depuis lors il n'a pas donné une seule preuve de sa faculté de penser.Quiconque suit un peu le débat social a l'impression que les gens n'y attachent plus beaucoup d'importance, que les événements soient vrais ou non. Pourquoi est-ce que c'est comme ça ?Je vois trois tendances intellectuelles qui oeuvrent ensemble. Premièrement, il y a le néolibéralisme, qui réduit toute forme de valeur à une question économique. Ironiquement, les néo-libéraux partagent cette conviction avec leur adversaire le plus fort, car même les marxistes réduisent toute forme de valeur à une valeur économique. Deuxièmement, il y a la psychologie de l'évolution, qui explique toute forme de comportement humain en termes de ce que nos ancêtres ont fait pour se reproduire. Une thèse carrément ridicule, mais largement acceptée. Et troisièmement, bien sûr, il y a le postmodernisme, qui affirme que toute recherche de vérité est en fait une recherche de pouvoir. C'est certainement vrai dans certains cas, mais les disciples de Michel Foucault sont allés beaucoup trop loin. Ces tendances sont si omniprésentes aujourd'hui que nous ne les voyons plus comme des tendances mais comme des lois. Et bien sûr, il y a aussi la paresse humaine.Comment expliquez-vous que ces tendances soient aussi suivies ?Eh bien, Foucault a raison quand il dit que nous sommes constamment induits en erreur. Et il y a des événements, comme la guerre en Irak, où nous avons été massivement induits en erreur. (Réfléchit) Je trouve toujours remarquable que de nombreux Européens semblent encore penser que George Bush Jr. avait sincèrement l'intention d'apporter la démocratie en Irak ou de renverser un dictateur en colère. Cela n'a jamais été le cas : il ne s'agissait littéralement que de pétrole. Les Américains, surtout à gauche, en sont beaucoup plus conscients.Même si l'Amérique de gauche échangerait sans doute immédiatement son président actuel contre George Bush Jr.Nous savons à quel point Bush était terrible, mais bien sûr, nous n'aurions pas pu imaginer que les choses allaient empirer. Ce que je veux dire, c'est que si l'on vous ment ainsi, il est évidemment très tentant de soupçonner que tous les politiciens et experts ne défendent que leurs propres intérêts.Comment éveiller l'intérêt des gens pour la vérité ?En appliquant constamment des normes de sérieux, de factualité et de preuve. Je le compare parfois au monde juridique. Il y a des processus dans lesquels les juges écoutent les arguments pour et contre, et finalement rendent un jugement. On fait ça tout le temps.En général, je trouve utile de confronter les gens qui disent que la vérité n'a pas d'importance avec l'intérêt de la vérité dans leur propre vie. Les gens trouvent-ils important de savoir si un médicament fonctionne vraiment ? Pensent-ils qu'il est important que les aliments qu'ils consomment contiennent vraiment ce qu'il y a sur l'emballage ? Nos vies dépendent vraiment de beaucoup de petites banalités où la vérité est importante. D'après mon expérience, cet exercice de réflexion aide à convaincre les gens que la vérité compte vraiment.