Plus de la moitié (51%) des personnes interrogées estime que le Premier ministre Benjamin Netanyahu doit ordonner la reprise de la construction à l'issue de ce moratoire le 26 septembre.

39% sont favorables à la poursuite du gel partiel de la colonisation et 10% sont sans opinion.

La publication de ce sondage coïncide avec la reprise du dialogue entre M. Netanyahu et le président palestinien Mahmoud Abbas, mardi à Charm el-Cheikh (Egypte), en présence de la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton.

Plus de deux Israéliens sur trois (68%) sont d'avis que le contentieux sur la colonisation en Cisjordanie occupée va torpiller les négociations de paix, contre seulement 24% qui pensent le contraire.

Une large majorité (56%) doute du sérieux des intentions de M. Netanyahu de conclure un accord de paix avec les Palestiniens, et considère qu'il a accepté de participer à ces pourparlers "en raison de pressions américaines". 36% le jugent sincère.

Très pessimistes, 71% des Israéliens interrogés ne croient pas que les discussions directes relancées au début du mois sous la houlette des Etats-Unis déboucheront sur un accord de paix.

Ce sondage a été réalisé par l'Institut Minna Tzemach sur un échantillon de 501 personnes représentatives de la population adulte d'Israël, avec une marge d'erreur de 4,5%.

Levif.be avec Belga

Plus de la moitié (51%) des personnes interrogées estime que le Premier ministre Benjamin Netanyahu doit ordonner la reprise de la construction à l'issue de ce moratoire le 26 septembre. 39% sont favorables à la poursuite du gel partiel de la colonisation et 10% sont sans opinion. La publication de ce sondage coïncide avec la reprise du dialogue entre M. Netanyahu et le président palestinien Mahmoud Abbas, mardi à Charm el-Cheikh (Egypte), en présence de la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton. Plus de deux Israéliens sur trois (68%) sont d'avis que le contentieux sur la colonisation en Cisjordanie occupée va torpiller les négociations de paix, contre seulement 24% qui pensent le contraire. Une large majorité (56%) doute du sérieux des intentions de M. Netanyahu de conclure un accord de paix avec les Palestiniens, et considère qu'il a accepté de participer à ces pourparlers "en raison de pressions américaines". 36% le jugent sincère. Très pessimistes, 71% des Israéliens interrogés ne croient pas que les discussions directes relancées au début du mois sous la houlette des Etats-Unis déboucheront sur un accord de paix. Ce sondage a été réalisé par l'Institut Minna Tzemach sur un échantillon de 501 personnes représentatives de la population adulte d'Israël, avec une marge d'erreur de 4,5%. Levif.be avec Belga