Au début de sa carrière de diplomate, les balles lui volent littéralement aux oreilles à Beyrouth. Dans le Bagdad de Saddam Hussein, il doit gérer une crise d'otages. Mais la Syrie est le pays où tout commence et se termine pour Nikolaos van Dam. Jeune chercheur, il écrit une thèse sur le système politique sous Hafez-al Assad. Près d'un demi-siècle plus tard, La Haye le sort de sa retraite afin d'harmoniser le soutien néerlandais à l'opposition syrienne en tant qu'envoyé spécial de la Turquie. Dans son livre, Van Dam revient sur sa carrière, et particulièrement sur le Moyen-Orient, une région toujours en proies aux troubles.
...

Au début de sa carrière de diplomate, les balles lui volent littéralement aux oreilles à Beyrouth. Dans le Bagdad de Saddam Hussein, il doit gérer une crise d'otages. Mais la Syrie est le pays où tout commence et se termine pour Nikolaos van Dam. Jeune chercheur, il écrit une thèse sur le système politique sous Hafez-al Assad. Près d'un demi-siècle plus tard, La Haye le sort de sa retraite afin d'harmoniser le soutien néerlandais à l'opposition syrienne en tant qu'envoyé spécial de la Turquie. Dans son livre, Van Dam revient sur sa carrière, et particulièrement sur le Moyen-Orient, une région toujours en proies aux troubles.Depuis l'explosion dévastatrice dans le port de Beyrouth début août, le Liban est au bord de l'implosion totale, selon les observateurs. Avez-vous une impression de déjà-vu ?Non, la situation est trop différente. La guerre civile libanaise (1975-1990) était chaotique. Très différente de la crise du régime actuel, qui est principalement due à des facteurs économiques. Le Liban est toujours une société sectaire, mais l'équilibre des pouvoirs a radicalement changé. Pendant la guerre civile, les chiites jouaient un rôle modeste ; ils pesaient moins lourd que les phalangistes chrétiens et les Druzes. Aujourd'hui, le Hezbollah chiite est le facteur dominant, avec sa propre milice qui est beaucoup plus forte que l'armée libanaise. Au fait, il est remarquable de voir comment le mouvement a gardé un profil bas depuis l'explosion. Peut-être sous l'influence de l'Iran, dont le Hezbollah a besoin pour consolider son influence en Syrie. Une nouvelle guerre civile au Liban serait très gênante pour Téhéran et Damas.Le président français Emmanuel Macron se présente comme un grand conciliateur au Liban. Vous pensez que le salut viendra de la France?Sa visite peut donner une impulsion supplémentaire pour former rapidement un nouveau gouvernement libanais, mais ne résout pas grand-chose. Il est beaucoup plus important de mettre fin à la corruption et au népotisme endémiques, et d'abolir le système sectaire. Malheureusement, c'est plus facile à dire qu'à faire. On peut également se demander dans quelle mesure les partis libanais veulent laisser leurs anciens colonisateurs dicter la loi. Les chrétiens maronites ont les liens les plus forts avec la France, mais ce sont eux qui ont le plus à perdre de l'abolition de la clé de répartition sectaire des fonctions politiques. Pour un parti chiite tel que le Hezbollah, c'est l'inverse qui est vrai. Ce sera difficile. Des changements profonds dans le système politique nécessitent la coopération des politiciens qui ont un grand intérêt à maintenir le statu quo.La guerre civile en Syrie dure depuis 9 ans. Pourquoi cet épisode du Printemps arabe s'est-il si horriblement mal passé ?Je n'ai jamais aimé le nom de "Printemps arabe". Il dégage une euphorie que je n'ai jamais comprise. Pas même après la Révolution du Jasmin en Tunisie, quand tout le monde semblait croire que les régimes autoritaires du Moyen-Orient allaient tomber comme des dominos. Ces attentes élevées ignoraient complètement le fait que les pays arabes différaient énormément les uns des autres. Ce n'est pas un hasard si seule la révolution tunisienne peut être décrite comme un succès relatif. Par rapport à ses pays voisins, la Tunisie a déjà fait un sacré bout de chemin depuis 2011. Les femmes y ont plus de droits et il y a place pour le débat. Mais en Égypte, les militaires n'ont jamais abandonné leur emprise sur le pouvoir. Sous Abdul Fatah al-Sissi, le pays n'a jamais été un État policier aussi répressif.En Libye et en Syrie, c'est malheureusement encore pire, ces pays ont plongé dans le chaos et la violence, sans aucune perspective de redressement. Tout comme l'Irak huit ans plus tôt, quand il n'y avait pas de Printemps arabe. Pourtant, je vois un parallèle : tant en Irak et en Libye qu'en Syrie, la communauté internationale a complètement échoué. Les interventions de l'Occident, ou plutôt les tentatives de forcer des changements de régime depuis l'extérieur, n'ont causé que de la misère.L'Occident voulait aider les citoyens opprimés à se libérer du joug de dictateurs et à réaliser leurs aspirations démocratiques. Ce sont de nobles intentions, n'est-ce pas ?De nobles intentions sans un plan réfléchi pour les réaliser me semblent fausses. Les Américains et les Britanniques ont destitué Saddam Hussein sans se demander d'abord ce qu'il faut faire avec l'Irak. Comme s'il suffisait de remettre le pouvoir aux chiites pour mettre une société démocratique sur les rails. Regardez le résultat : des centaines de milliers de morts, l'Irak est devenu le terreau d'Al-Qaida et de l'EI. En Libye, l'intervention occidentale a été encore plus téméraire. Nous avons bombardé le pays dans le cadre de l'OTAN pour se débarrasser de Mouammar Kadhafi, afin de nous dégager le plus rapidement possible. Les Libyens ont été autorisés à se battre entre eux. C'est une violation flagrante de notre responsabilité de protéger, un principe reconnu par les États membres des Nations unies. Si vous intervenez dans un pays pour renverser un régime, vous devez également être prêt à y rester pour le suivi, jusqu'à ce que le pays soit suffisamment stable pour voler de ses propres ailes.Cette négligence coupable a-t-elle également joué dans la guerre civile en Syrie ?Absolument. Je me souviens de la naïveté sans limites du début: à l'été 2012 Bachar al-Assad démissionnerait. Pour ceux d'entre nous qui connaissaient le système syrien, cette diligence était étonnante. Nous savions à qui nous avions affaire, non ? Pensions-nous vraiment qu'Assad plierait pour des protestations civiles à grande échelle ? Le fils et successeur de Hafez al-Assad, un dictateur cruel qui avait réprimé un soulèvement à Hama en 1982 en massacrant des milliers de civils ? Bachar qui quitterait tout simplement le terrain, sans stratégie de sortie pour sa famille et son entourage ? Alors qu'on demandait son exécution dans la rue? Partir de ce principe, c'est pire que de la naïveté, c'est une illustration du wishful thinking qui caractérise toute notre politique au Moyen-Orient.Que voulez-vous dire par là ? Partout dans le monde arabe, nous vendons des slogans ronflants sur la démocratie et les droits de l'homme. Mais en fin de compte, nous ne sommes pas prêts à nous salir les mains pour réaliser ces idéaux. Nous pouvons applaudir les étudiants qui protestent à Alep ou à Homs. Mais envoyer des troupes pour les protéger des représailles du régime syrien ? Attention! Là, on va beaucoup trop loin. Écoutez, c'est ce que j'appelle de l'hypocrisie. Nous souhaitons des changements de régime, mais nous n'avons ni stratégie ni moyens pour y parvenir. Alors il vaut mieux se taire.Et abandonner les étudiants qui protestent et les soldats qui se révoltent en Syrie à leur sort ?Non, depuis le début, je préconise les négociations. Beaucoup de gens me l'ont reproché, comme si j'étais du côté d'Assad. C'est absurde, je considérais les négociations comme une première étape nécessaire dans un processus de transition. Au bout d'un certain temps, lorsqu'il s'est avéré qu'Assad était installé beaucoup plus solidement qu'on ne le pensait au départ, on s'est rendu compte que des négociations devaient effectivement avoir lieu. Une de mes missions en tant qu'envoyé spécial pour la Syrie était d'aider à unifier l'opposition. Pendant un instant, il a semblé que cela allait réussir, la déclaration commune de Riad de 2015 a été reçue comme prometteuse. Un obstacle continue cependant à bloquer la voie des négociations : la plupart des mouvements d'opposition ont défini la démission d'Assad une condition préalable. Bien sûr, ce n'est pas ainsi que cela fonctionne, en tant que partie faible à la table des négociations, vous ne pouvez pas imposer une telle condition. Malheureusement, cette attitude irréaliste a été fortement encouragée par la diplomatie américaine, qui a également insisté sur le départ immédiat d'Assad. Cela, en revanche, était inacceptable pour la Russie, qui, dès le début, s'est engagée fortement aux côtés du régime. La guerre civile dure depuis neuf ans maintenant et je ne pense pas qu'elle se terminera de sitôt.Dans la question israélo-palestinienne, vous étiez diamétralement opposé à la politique néerlandaise, qui a longtemps été considérée comme ouvertement pro-israélienne. Pourriez-vous faire cela en tant que diplomate ?Le silence aurait été plus facile parfois, mais je ne suis pas comme ça. Lorsque j'ai commencé au ministère des Affaires étrangères du Moyen-Orient en 1976, la question israélo-palestinienne était examinée à travers un certain prisme. Les gens parlaient d'"équidistance", c'est-à-dire de l'égalité de traitement entre des parties égales. Mais ce point de départ n'a aucun sens, les deux parties ne sont pas du tout égales. Israël est dominant à tous égards, les Palestiniens n'ont aucun moyen de pression. Dans un tel conflit asymétrique, l'équidistance signifie que vous vous tenez de facto derrière le parti le plus fort. Je l'ai dénoncé à plusieurs reprises, ce que le puissant lobby pro-israélien des Pays-Bas a beaucoup reproché. Non pas que je me laissais facilement intimider. En 1998, j'ai publié un livre avec le journaliste du Volkskrant Jan Keulen : De vrede die niet kwam (La paix qui ne venait pas) : "Israël s'en tire de presque tout". En attendant, vous pouvez supprimer ce "presque".Le lobby pro-israélien va se réveiller. Vous défendez la campagne internationale pour le boycott et les sanctions contre la politique d'occupation israélienne. De plus, vous appelez l'Europe à suspendre l'accord d'association avec Israël. Êtes-vous si en colère ?Il est urgent que l'Europe fasse preuve d'un peu plus de respect de soi. Cela fait cinquante ans que nous crions que l'occupation des territoires palestiniens est inacceptable. C'est devenu un rituel creux, plus personne n'écoute. Je ne suis pas un défenseur aveugle des sanctions, mais il arrive que des mesures proportionnées soient justifiées. Un accord d'association européen ne concerne pas seulement les relations commerciales, il contient également des conditions telles que le respect des droits de l'homme et des traités internationaux. Pour Israël, elles ne semblent pas s'appliquer, même les crimes de guerre et le nettoyage ethnique restent sans conséquence. Si un pays partenaire comme le Maroc se permettait ça, l'accord d'association aurait été suspendu depuis longtemps.La cause palestinienne n'est-elle pas perdue à jamais ? Le plan américain "Peace to Prosperity" fait de Jérusalem la capitale indivisible de l'État juif et légitime l'occupation de la Cisjordanie. Les Palestiniens voient leur État indépendant réduit à une série de zones reliées à des corridors et tunnels sous contrôle israélien permanent.Les Palestiniens sont plus mal lotis que jamais, c'est vrai. Ce soi-disant "Deal du Siècle" a été conclu dans leur dos, une illustration des rapports de force asymétriques. Avec le soutien inconditionnel de Washington, Israël se sent inaccessible, et cela ne changera pas de sitôt, même si Trump perd les élections. Joe Biden a déjà fait des efforts pour confirmer sa loyauté envers Israël. Aller à l'encontre du lobby pro-israélien est un suicide politique en Amérique, tout le monde le sait.Après l'Égypte et la Jordanie, les Émirats arabes unis (EAU) deviendront le troisième État arabe à reconnaître Israël. D'autres pays, comme l'Arabie Saoudite, suivront-ils bientôt ?Je ne pense pas. Cette reconnaissance est surtout un cadeau pour Trump, qui aurait grand besoin d'un succès diplomatique. Son ministre des Affaires étrangères, Mike Pompeo, s'est vanté de la reconnaissance d'Israël dans tout le Moyen-Orient, jusqu'au Soudan. Avec peu de succès, en Arabie Saoudite surtout, le rejet était clair. La cause palestinienne est toujours sensible, après tout, Riad est le gardien des plus importants sanctuaires islamiques. Même aux EAU, les sentiments mitigés dominent, surtout maintenant que la récompense espérée n'arrive pas. Les EAU veulent acheter des F-35 américains, mais Israël continue d'y opposer son veto.Vous avez été ambassadeur en Indonésie de 2005 à 2010, une destination de choix pour les diplomates néerlandais. Lors d'une cérémonie de commémoration d'un massacre causé par les troupes coloniales néerlandaises, vous avez offert vos excuses de votre propre initiative. Politiquement, La Haye n'était pas contente, mais vous avez ouvert un procès. En février, le roi Willem-Alexander a présenté ses excuses à Jakarta pour la violence excessive qui a marqué la lutte indonésienne pour l'indépendance. Un exemple pour le roi Philippe de Belgique, qui a exprimé ses regrets, mais ne s'est pas encore excusé auprès de la population congolaise ?Je n'ai jamais été au Congo, mais j'ai lu des choses à ce sujet, notamment le livre de David Van Reybrouck. Il me semble absolument nécessaire que la Belgique s'excuse le plus rapidement possible de son passé colonial, même si j'ai constaté combien c'est difficile en Indonésie. Mes excuses lors de la cérémonie de commémoration à Rawagede ont provoqué beaucoup d'agitation. Le ministre des Affaires étrangères de l'époque, Maxime Verhagen, était furieux. Le souvenir de la violence et des abus dans les Indes orientales néerlandaises a été longtemps réprimé. L'ignorance est encore grande, j'étais ambassadeur, mais je suis tombé d'une surprise à l'autre. Je savais l'une ou l'autre chose, mais je n'ai jamais pensé que c'était si grave. À Rawagede, plus de 400 hommes ont été assassinés en 1947, par frustration parce qu'ils refusaient de trahir un combattant fugitif pour l'indépendance. L'officier responsable n'a jamais été puni. Plus tard, il a même reçu une distinction royale.