Elles ont lancé le 17 octobre une vaste opération pour chasser l'EI de la deuxième ville d'Irak dont les djihadistes s'étaient emparés il y a deux ans et demi.

Depuis le lancement de cette offensive, les forces irakiennes ont repris plusieurs quartiers dans l'est de la ville, sur la rive gauche du Tigre.

L'ouest de la cité, de l'autre côté du fleuve, plus densément peuplé reste lui totalement aux mains des djihadistes.

Les forces du contre-terrorisme, en première ligne dans la bataille contre l'EI, "sont à environ 500 mètres du quatrième pont", a déclaré aux journalistes leur porte-parole Sabah al-Noman, en référence au pont sur le Tigre situé le plus au sud dans Mossoul.

Les soldats irakiens ont progressé vendredi dans le quartier d'Al-Muthannah qu'elles ont repris aux djihadistes, a poursuivi Sabah al-Noman, s'exprimant depuis Bartalla, une localité à l'est de Mossoul.

"Nous travaillions sur cette opération depuis près d'une semaine(...) elle a surpris l'ennemi", a-t-il ajouté.

Les Forces d'intervention rapide du ministère de l'Intérieur sont aussi aux avant-postes de la bataille contre les djihadistes dans Mossoul.

Elles ont repris à l'EI l'hôpital Al-Salam au sud-est de Mossoul où l'armée irakienne avait été encerclée et attaquée par les djihadistes début décembre, a indiqué samedi un commandant.

L'EI, sur la défensive à Mossoul, avait pris le contrôle de vastes territoires de l'Irak en 2014 à la faveur d'une offensive éclair.

Le groupe ultraradical a depuis perdu plus de la moitié du terrain conquis face aux forces irakiennes soutenues par la coalition internationale antiterroriste dirigée par les Etats-Unis.