Le gouvernement américain a notifié mercredi le Congrès d'une vente "importante" d'avions et d'hélicoptères militaires à l'Arabie Saoudite, qui pourrait atteindre 60 milliards de dollars, a annoncé un haut responsable de la diplomatie américaine. Le plan prévoit d'autoriser la vente de dizaines de chasseurs bombardiers F-15 et de trois types d'hélicoptères (Apache, Black Hawk et Little Birds), a indiqué Andrew Shapiro, sous-secrétaire d'Etat chargé des Affaires politico-militaires.

Il a précisé que cette vente "ne devrait pas dépasser 60 milliards", ce qui en ferait, si l'ensemble du contrat était réalisé, la vente d'armes la plus importante jamais réalisée par les Etats-Unis. L'accord permet en particulier la vente de 84 F-15 neufs et la rénovation de 79 autres. La livraison des armes sera échelonnée sur 15 à 20 ans.

Le porte-parole du département d'Etat, Philip Crowley, avait justifié en septembre la coopération militaire avec Ryad par "les inquiétudes bien compréhensibles que l'Arabie saoudite et d'autres pays ont au sujet de l'émergence de l'Iran".

Le Congrès a la possibilité d'amender et de retarder cet accord. M. Shapiro a dit ne pas s'attendre à une opposition d'Israël à la vente.

LeVif.be, avec Belga

Le gouvernement américain a notifié mercredi le Congrès d'une vente "importante" d'avions et d'hélicoptères militaires à l'Arabie Saoudite, qui pourrait atteindre 60 milliards de dollars, a annoncé un haut responsable de la diplomatie américaine. Le plan prévoit d'autoriser la vente de dizaines de chasseurs bombardiers F-15 et de trois types d'hélicoptères (Apache, Black Hawk et Little Birds), a indiqué Andrew Shapiro, sous-secrétaire d'Etat chargé des Affaires politico-militaires. Il a précisé que cette vente "ne devrait pas dépasser 60 milliards", ce qui en ferait, si l'ensemble du contrat était réalisé, la vente d'armes la plus importante jamais réalisée par les Etats-Unis. L'accord permet en particulier la vente de 84 F-15 neufs et la rénovation de 79 autres. La livraison des armes sera échelonnée sur 15 à 20 ans. Le porte-parole du département d'Etat, Philip Crowley, avait justifié en septembre la coopération militaire avec Ryad par "les inquiétudes bien compréhensibles que l'Arabie saoudite et d'autres pays ont au sujet de l'émergence de l'Iran". Le Congrès a la possibilité d'amender et de retarder cet accord. M. Shapiro a dit ne pas s'attendre à une opposition d'Israël à la vente. LeVif.be, avec Belga