"Nous devrons vivre avec les blessures de ses actes pour le reste de notre existence. Lui, il ne devra jamais affronter les conséquences de ses crimes. " Jennifer Araoz, qui accuse le milliardaire de l'avoir violée après l'avoir recrutée à l'âge de 14 ans devant son lycée de Manhattan, en 2001, a mis des mots sur le désarroi des victimes de Jeffrey Epstein. A l'annonce de la mort en prison du richissime sexagénaire, le 10 août, des dizaines de femmes, cibles de ses agressions sexuelles, ont dû, comme elle, enrager à l'idée que leur bourreau ne paierait jamais pour ses crimes. Le suicide apparent d'Epstein laisse planer le doute sur l'étendue de ses méfaits et des complicités qui les ont facilités. Une fois de plus, relèvent en outre les médias américains, une figure de l'élite échappe à l'obligation de rendre des comptes.
...