BELGIQUE: le Premier ministre Charles Michel a présenté ses condoléances aux proches des victimes qui ont péri dans six explosions simultanées au Sri Lanka. "Lorsque la terreur essaie de nous diviser, nous ne pouvons que rester unis", a-t-il écrit sur le réseau social Twitter. "Nous sommes côte à côte avec le Sri Lanka après les horribles attaques qui ont frappé le pays le jour de la fête de Pâques. Nous pleurons la perte de tant de victimes et nous adressons nos condoléances aux familles et aux amis des victimes. Lorsque la terreur essaie de nous diviser, nous ne pouvons que rester unis", a réagi le Premier ministre.

VATICAN: le pape François exprime sa "tristesse" face à ces "graves attentats, qui précisément aujourd'hui, jour de Pâques, ont porté deuil et douleur dans plusieurs églises et autres lieux de réunion au Sri Lanka" et se dit proche de "toutes les victimes d'une si cruelle violence".

UNION EUROPEENNE: le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker exprime son "horreur" et sa "tristesse" face à ces attentats ayant frappé des personnes "qui s'étaient rassemblées pour prier pacifiquement ou venir visiter ce beau pays". "De tels actes de violence en ce jour saint sont des actes de violence contre toutes les croyances", affirme de son côté la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini.

ETATS-UNIS: le président américain Donald Trump a condamné sur Twitter "les attaques terroristes horribles contre des églises et des hôtels". "Sincères condoléances du peuple des Etats-Unis au peuple du Sri Lanka", ajoute-t-il, assurant: "nous sommes prêts à apporter notre aide!". Dans son message, il écrit par erreur que "138 millions de personnes" ont été tuées dans ces attaques.

ALLEMAGNE: la chancelière allemande Angela Merkel a affirmé dimanche que "la haine religieuse et l'intolérance qui se sont manifestées de façon terrible aujourd'hui ne doivent pas l'emporter". Elle a déploré que "des gens rassemblés pour célébrer Pâques aient été ciblés délibérément", dans un télégramme de condoléances publié par une porte-parole sur Twitter.

GRANDE-BRETAGNE: la Première ministre Theresa May, dont le pays a colonisé le Sri Lanka (1796-1948), dénonce des "actes de violence (...) réellement effroyables" et estime que "nous devons nous unir pour faire en sorte que personne ne doive jamais avoir à pratiquer sa foi dans la peur".

FRANCE: Emmanuel Macron a "fermement" condamné dimanche les attentats "odieux" au Sri Lanka où au moins 207 personnes ont été tuées, alors que la Tour Eiffel sera éteinte à minuit en hommage aux victimes. "toute notre solidarité avec le peuple sri-lankais et nos pensées pour tous les proches des victimes en ce jour de Pâques", affirme le président français Emmanuel Macron, faisant part de sa "profonde tristesse" après ces "actes odieux".

"Profonde tristesse après les attaques terroristes contre des églises et des hôtels au Sri Lanka. Nous condamnons fermement ces actes odieux. Toute notre solidarité avec le peuple sri lankais et nos pensées pour tous les proches des victimes en ce jour de Pâques", a écrit le chef de l'Etat sur Twitter.

Le ministère français des Affaires étrangères a également condamné "de la manière la plus ferme" ces "attaques épouvantables" dans lesquelles au moins 35 étrangers sont morts, sans préciser à ce stade si des Français figuraient parmi les victimes.

"Nous adressons nos plus sincères condoléances aux proches des victimes et exprimons notre solidarité avec les autorités et le peuple sri-lankais dans cette tragédie", ajoute le Quai d'Orsay qui a ouvert une cellule de crise joignable au 01.43.17.51.00.

Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a dénoncé des "actes inqualifiables".

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a annoncé que la Tour Eiffel serait éteinte "dimanche soir à minuit pour rendre hommage aux victimes", comme cela est fait régulièrement en pareille circonstance.

"Tristesse infinie. J'adresse toutes mes pensées aux Sri-Lankais et aux Chrétiens, confrontés à la folie du terrorisme en ces fêtes de Pâques. Paris est à vos côtés", a tweeté la maire de la capitale française, frappée par plusieurs attentats meurtriers ces dernières années.

Des condoléances et des appels à défendre la liberté religieuse se sont multipliés dans le monde en réaction aux attentats sanglants qui ont endeuillé le Sri Lanka, frappant des hôtels et des églises où des chrétiens célébraient Pâques.

PAYS-BAS: "terribles informations du Sri Lanka sur des attaques sanglantes contre des hôtels et des églises en ce dimanche de Pâques", tweete le Premier ministre Mark Rutte, dont le pays avait colonisé le Sri Lanka en 1658 avant l'arrivée des Britanniques.

ESPAGNE: "ma condamnation la plus énergique envers les terribles attentats au Sri Lanka", réagit le chef du gouvernement Pedro Sanchez. "Des dizaines de victimes qui célébraient la Pâque de la Résurrection nous font pleurer. La terreur et la barbarie ne nous feront jamais plier". Le ministre des Affaires étrangères Josep Borrell apporte son "soutien à la société sri-lankaise dans cette attaque cruelle contre la coexistence et la liberté religieuse". - ITALIE: le vice-Premier ministre Matteo Salvini adresse "(sa) prière, celle du gouvernement et de tous les Italiens pour les morts innocents massacrés par des terroristes au Sri Lanka".

IRAN: "le crime d'aujourd'hui montre une fois de plus que le phénomène détesté du terrorisme est devenu un problème mondial, indépendamment de toute frontière, race, nationalité ou religion, et qu'il ne peut être éradiqué que par la volonté de fer de tous les pays", affirme le porte-parole de la diplomatie iranienne, Abbas Mousavi.

PALESTINIENS: le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas dénonce des attentats "horribles et criminels". "Le terrorisme se répand comme une épidémie dans le monde entier", constate-t-il, appelant "les pays du monde à coopérer pour éradiquer le terrorisme".

Lire aussi: Sri Lanka: le pape proche de "toutes les victimes d'une si cruelle violence"

BELGIQUE: le Premier ministre Charles Michel a présenté ses condoléances aux proches des victimes qui ont péri dans six explosions simultanées au Sri Lanka. "Lorsque la terreur essaie de nous diviser, nous ne pouvons que rester unis", a-t-il écrit sur le réseau social Twitter. "Nous sommes côte à côte avec le Sri Lanka après les horribles attaques qui ont frappé le pays le jour de la fête de Pâques. Nous pleurons la perte de tant de victimes et nous adressons nos condoléances aux familles et aux amis des victimes. Lorsque la terreur essaie de nous diviser, nous ne pouvons que rester unis", a réagi le Premier ministre. VATICAN: le pape François exprime sa "tristesse" face à ces "graves attentats, qui précisément aujourd'hui, jour de Pâques, ont porté deuil et douleur dans plusieurs églises et autres lieux de réunion au Sri Lanka" et se dit proche de "toutes les victimes d'une si cruelle violence". UNION EUROPEENNE: le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker exprime son "horreur" et sa "tristesse" face à ces attentats ayant frappé des personnes "qui s'étaient rassemblées pour prier pacifiquement ou venir visiter ce beau pays". "De tels actes de violence en ce jour saint sont des actes de violence contre toutes les croyances", affirme de son côté la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini. ETATS-UNIS: le président américain Donald Trump a condamné sur Twitter "les attaques terroristes horribles contre des églises et des hôtels". "Sincères condoléances du peuple des Etats-Unis au peuple du Sri Lanka", ajoute-t-il, assurant: "nous sommes prêts à apporter notre aide!". Dans son message, il écrit par erreur que "138 millions de personnes" ont été tuées dans ces attaques. ALLEMAGNE: la chancelière allemande Angela Merkel a affirmé dimanche que "la haine religieuse et l'intolérance qui se sont manifestées de façon terrible aujourd'hui ne doivent pas l'emporter". Elle a déploré que "des gens rassemblés pour célébrer Pâques aient été ciblés délibérément", dans un télégramme de condoléances publié par une porte-parole sur Twitter. GRANDE-BRETAGNE: la Première ministre Theresa May, dont le pays a colonisé le Sri Lanka (1796-1948), dénonce des "actes de violence (...) réellement effroyables" et estime que "nous devons nous unir pour faire en sorte que personne ne doive jamais avoir à pratiquer sa foi dans la peur". FRANCE: Emmanuel Macron a "fermement" condamné dimanche les attentats "odieux" au Sri Lanka où au moins 207 personnes ont été tuées, alors que la Tour Eiffel sera éteinte à minuit en hommage aux victimes. "toute notre solidarité avec le peuple sri-lankais et nos pensées pour tous les proches des victimes en ce jour de Pâques", affirme le président français Emmanuel Macron, faisant part de sa "profonde tristesse" après ces "actes odieux"."Profonde tristesse après les attaques terroristes contre des églises et des hôtels au Sri Lanka. Nous condamnons fermement ces actes odieux. Toute notre solidarité avec le peuple sri lankais et nos pensées pour tous les proches des victimes en ce jour de Pâques", a écrit le chef de l'Etat sur Twitter.Le ministère français des Affaires étrangères a également condamné "de la manière la plus ferme" ces "attaques épouvantables" dans lesquelles au moins 35 étrangers sont morts, sans préciser à ce stade si des Français figuraient parmi les victimes."Nous adressons nos plus sincères condoléances aux proches des victimes et exprimons notre solidarité avec les autorités et le peuple sri-lankais dans cette tragédie", ajoute le Quai d'Orsay qui a ouvert une cellule de crise joignable au 01.43.17.51.00.Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a dénoncé des "actes inqualifiables".La maire de Paris, Anne Hidalgo, a annoncé que la Tour Eiffel serait éteinte "dimanche soir à minuit pour rendre hommage aux victimes", comme cela est fait régulièrement en pareille circonstance."Tristesse infinie. J'adresse toutes mes pensées aux Sri-Lankais et aux Chrétiens, confrontés à la folie du terrorisme en ces fêtes de Pâques. Paris est à vos côtés", a tweeté la maire de la capitale française, frappée par plusieurs attentats meurtriers ces dernières années.Des condoléances et des appels à défendre la liberté religieuse se sont multipliés dans le monde en réaction aux attentats sanglants qui ont endeuillé le Sri Lanka, frappant des hôtels et des églises où des chrétiens célébraient Pâques.PAYS-BAS: "terribles informations du Sri Lanka sur des attaques sanglantes contre des hôtels et des églises en ce dimanche de Pâques", tweete le Premier ministre Mark Rutte, dont le pays avait colonisé le Sri Lanka en 1658 avant l'arrivée des Britanniques. ESPAGNE: "ma condamnation la plus énergique envers les terribles attentats au Sri Lanka", réagit le chef du gouvernement Pedro Sanchez. "Des dizaines de victimes qui célébraient la Pâque de la Résurrection nous font pleurer. La terreur et la barbarie ne nous feront jamais plier". Le ministre des Affaires étrangères Josep Borrell apporte son "soutien à la société sri-lankaise dans cette attaque cruelle contre la coexistence et la liberté religieuse". - ITALIE: le vice-Premier ministre Matteo Salvini adresse "(sa) prière, celle du gouvernement et de tous les Italiens pour les morts innocents massacrés par des terroristes au Sri Lanka". IRAN: "le crime d'aujourd'hui montre une fois de plus que le phénomène détesté du terrorisme est devenu un problème mondial, indépendamment de toute frontière, race, nationalité ou religion, et qu'il ne peut être éradiqué que par la volonté de fer de tous les pays", affirme le porte-parole de la diplomatie iranienne, Abbas Mousavi. PALESTINIENS: le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas dénonce des attentats "horribles et criminels". "Le terrorisme se répand comme une épidémie dans le monde entier", constate-t-il, appelant "les pays du monde à coopérer pour éradiquer le terrorisme". Lire aussi: Sri Lanka: le pape proche de "toutes les victimes d'une si cruelle violence"