La question a agité la France cet été. Le gouvernement proposait une loi " relative à la lutte contre les fausses informations ". L'exposé des motifs montrait d'emblée à quel point la proposition réagissait aux événements puisqu'il débutait par l'affirmation selon laquelle " l'actualité électorale récente a démontré l'existence de campagnes massives de diffusion de fausses informations destinées à modifier le cours normal du processus électoral par l'intermédiaire des services de communication en ligne ". Cela se référait bien entendu aux rumeurs faisant état d'une intervention russe sur les réseaux sociaux pour influencer le cours des élections américaines. Or, il n'est jamais bon de légiférer à chaud, en réaction à l'émoi ou dans l'urgence. Montesquieu disait à juste titre " qu'il ne faut toucher aux lois qu'avec des mains tremblantes "...
...