Les eurodéputés se sont prononcés pour ce report lundi à Strasbourg, en ouverture d'une semaine par ailleurs très riche en actualité politique. A la demande du parti populaire européen (PPE), une courte majorité a approuvé un renvoi en décembre. Le vote devait normalement se tenir jeudi, sur base d'une résolution dont le contenu devait être négocié dans les prochains jours. Tant les partisans que les opposants du report s'accordent sur la nécessité de dégager un large consensus.

La question palestinienne est revenue au premier plan de l'actualité politique européenne depuis que la Suède est devenue le premier Etat membre à reconnaître l'Etat palestinien fin octobre. Le parlement espagnol a voté à la quasi unanimité une résolution appelant le gouvernement à en faire de même. Plusieurs autres Etats sont sur le point de leur emboîter le pas.

Les eurodéputés se sont prononcés pour ce report lundi à Strasbourg, en ouverture d'une semaine par ailleurs très riche en actualité politique. A la demande du parti populaire européen (PPE), une courte majorité a approuvé un renvoi en décembre. Le vote devait normalement se tenir jeudi, sur base d'une résolution dont le contenu devait être négocié dans les prochains jours. Tant les partisans que les opposants du report s'accordent sur la nécessité de dégager un large consensus.La question palestinienne est revenue au premier plan de l'actualité politique européenne depuis que la Suède est devenue le premier Etat membre à reconnaître l'Etat palestinien fin octobre. Le parlement espagnol a voté à la quasi unanimité une résolution appelant le gouvernement à en faire de même. Plusieurs autres Etats sont sur le point de leur emboîter le pas.