Le Royaume-Uni veut se passer des énergies fossiles dans sa production d'électricité d'ici 2035, a annoncé lundi le gouvernement de Boris Johnson, au moment où le pays fait face à une flambée des prix du gaz. Ce nouvel objectif doit également permettre de ne plus dépendre de la volatilité de prix des énergies fossiles, selon un communiqué du parti du dirigeant conservateur, qui tient son congrès annuel à Manchester jusqu'à mercredi.

Le renouvelable comme source

Grâce aux sources d'énergies renouvelables, le stockage de carbone, l'hydrogène, "nous pensons que nous pouvons parvenir à une production d'énergie totalement propre d'ici 2035", a déclaré ce lundi aux télévisions britanniques Boris Johnson, qui accueille dans un mois la COP26 sur le climat à Glasgow en Ecosse.

"L'avantage, c'est que pour la première fois le Royaume-Uni ne dépendra pas des hydrocarbures venant de l'étranger, avec tous les aléas des prix des hydrocarbures et les risques que cela pose pour le portefeuille des gens et pour les consommateurs", a-t-il souligné.

Selon lui, le fait pour le Royaume-Uni de ne dépendre que de sa production d'énergie propre permettra également de limiter les prix.

Attachement au nucléaire

Dans un communiqué, l'organisation écologiste Greenpeace a salué ce nouvel objectif de décarboner la production d'électricité d'ici à 2035, mais a déploré l'attachement "malsain" du gouvernement au nucléaire.

Le nucléaire fournit environ 20% de l'électricité du pays et les pouvoirs publics veulent maintenir cette part afin d'atteindre la neutralité carbone en 2050. Il y a actuellement 15 réacteurs au Royaume-Uni sur huit sites, mais beaucoup sont en fin de vie.

Plusieurs projets sont en cours de développement notamment celui de Sizewell C où EDF est le principal acteur, et où le gouvernement est en négociations pour potentiellement évincer le chinois CGN.

Fin septembre, 14 grandes entreprises britanniques avaient appelé dans une lettre au gouvernement à accélérer l'abandon des combustibles fossiles dans la production d'électricité.

Particulièrement affecté

Le Royaume-Uni, très dépendant du gaz pour produire de l'électricité, est particulièrement affecté par la flambée des prix en Europe.

La situation nourrit aussi des inquiétudes de fortes hausses de prix pour les consommateurs pendant l'hiver et les prix ont déjà provoqué la faillite de plusieurs petits fournisseurs d'énergie ces dernières semaines.

Selon le parti majoritaire des "Tories", le Royaume-Uni a diminué de 70% ses émissions dans la production d'énergie depuis 2010, le taux le plus rapide des pays du G7, et la part du charbon dans la production d'électricité est passée de 40% en 2012 à moins de 2% aujourd'hui.

Pour aller plus loin >Pourquoi votre facture d'énergie va exploser (et comment la réduire)

Le Royaume-Uni veut se passer des énergies fossiles dans sa production d'électricité d'ici 2035, a annoncé lundi le gouvernement de Boris Johnson, au moment où le pays fait face à une flambée des prix du gaz. Ce nouvel objectif doit également permettre de ne plus dépendre de la volatilité de prix des énergies fossiles, selon un communiqué du parti du dirigeant conservateur, qui tient son congrès annuel à Manchester jusqu'à mercredi.Grâce aux sources d'énergies renouvelables, le stockage de carbone, l'hydrogène, "nous pensons que nous pouvons parvenir à une production d'énergie totalement propre d'ici 2035", a déclaré ce lundi aux télévisions britanniques Boris Johnson, qui accueille dans un mois la COP26 sur le climat à Glasgow en Ecosse. "L'avantage, c'est que pour la première fois le Royaume-Uni ne dépendra pas des hydrocarbures venant de l'étranger, avec tous les aléas des prix des hydrocarbures et les risques que cela pose pour le portefeuille des gens et pour les consommateurs", a-t-il souligné.Selon lui, le fait pour le Royaume-Uni de ne dépendre que de sa production d'énergie propre permettra également de limiter les prix.Dans un communiqué, l'organisation écologiste Greenpeace a salué ce nouvel objectif de décarboner la production d'électricité d'ici à 2035, mais a déploré l'attachement "malsain" du gouvernement au nucléaire.Le nucléaire fournit environ 20% de l'électricité du pays et les pouvoirs publics veulent maintenir cette part afin d'atteindre la neutralité carbone en 2050. Il y a actuellement 15 réacteurs au Royaume-Uni sur huit sites, mais beaucoup sont en fin de vie.Plusieurs projets sont en cours de développement notamment celui de Sizewell C où EDF est le principal acteur, et où le gouvernement est en négociations pour potentiellement évincer le chinois CGN.Fin septembre, 14 grandes entreprises britanniques avaient appelé dans une lettre au gouvernement à accélérer l'abandon des combustibles fossiles dans la production d'électricité.Le Royaume-Uni, très dépendant du gaz pour produire de l'électricité, est particulièrement affecté par la flambée des prix en Europe.La situation nourrit aussi des inquiétudes de fortes hausses de prix pour les consommateurs pendant l'hiver et les prix ont déjà provoqué la faillite de plusieurs petits fournisseurs d'énergie ces dernières semaines.Selon le parti majoritaire des "Tories", le Royaume-Uni a diminué de 70% ses émissions dans la production d'énergie depuis 2010, le taux le plus rapide des pays du G7, et la part du charbon dans la production d'électricité est passée de 40% en 2012 à moins de 2% aujourd'hui.Pour aller plus loin >Pourquoi votre facture d'énergie va exploser (et comment la réduire)