"Face à l'ampleur de la crise et à la souffrance des gens, je peux annoncer aujourd'hui que nous en ferons davantage, en accueillant des milliers de réfugiés syriens supplémentaires", a-t-il dit devant la presse à Lisbonne. "Nous poursuivons notre démarche qui consiste à aller les chercher dans les camps de réfugiés", a-t-il relevé, faisant allusion aux camps du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés à la frontière syrienne. "Cela leur offre une voie plus directe et plus sûre vers le Royaume-Uni, leur évitant de prendre le risque d'un voyage hasardeux qui a fait tant de morts", a-t-il ajouté. "La Grande-Bretagne réagira avec sa tête et son coeur, en donnant de l'assistance à ceux qui sont dans le besoin tout en travaillant à des solutions à long terme", a-t-il insisté. Critiqué pour son manque d'implication dans la crise des réfugiés, M. Cameron a cédé ainsi à la pression croissante d'une opinion publique très remontée en Grande-Bretagne qui réclame davantage d'aide aux migrants. Selon les chiffres officiels, seules 216 "personnes vulnérables" ont été accueillies en tant que réfugiés au Royaume-Uni depuis mars 2014 et au total 5.000 Syriens ont obtenu l'asile au cours des quatre dernières années. M. Cameron s'exprimait à l'issue d'un entretien avec son homologue portugais Pedro Passos Coelho et devait se rendre dans la foulée à Madrid pour rencontrer le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy.

"Face à l'ampleur de la crise et à la souffrance des gens, je peux annoncer aujourd'hui que nous en ferons davantage, en accueillant des milliers de réfugiés syriens supplémentaires", a-t-il dit devant la presse à Lisbonne. "Nous poursuivons notre démarche qui consiste à aller les chercher dans les camps de réfugiés", a-t-il relevé, faisant allusion aux camps du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés à la frontière syrienne. "Cela leur offre une voie plus directe et plus sûre vers le Royaume-Uni, leur évitant de prendre le risque d'un voyage hasardeux qui a fait tant de morts", a-t-il ajouté. "La Grande-Bretagne réagira avec sa tête et son coeur, en donnant de l'assistance à ceux qui sont dans le besoin tout en travaillant à des solutions à long terme", a-t-il insisté. Critiqué pour son manque d'implication dans la crise des réfugiés, M. Cameron a cédé ainsi à la pression croissante d'une opinion publique très remontée en Grande-Bretagne qui réclame davantage d'aide aux migrants. Selon les chiffres officiels, seules 216 "personnes vulnérables" ont été accueillies en tant que réfugiés au Royaume-Uni depuis mars 2014 et au total 5.000 Syriens ont obtenu l'asile au cours des quatre dernières années. M. Cameron s'exprimait à l'issue d'un entretien avec son homologue portugais Pedro Passos Coelho et devait se rendre dans la foulée à Madrid pour rencontrer le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy.