Son clip "On all Fronts", diffusé sur les réseaux début septembre atteint déjà plus de 42 000 vues sur YouTube. Muni d'un micro et d'un casque, Amir enregistre ses chansons dans sa chambre, transformée en studio à l'aide de boîtes à oeufs en cartons pour insonoriser les murs. Son clip a vu le jour grâce à une collaboration avec d'autres artistes sur le net. 65 hommes et femmes ont participé au clip et le montage vidéo a été réalisé par des amis d'Amir au Liban.

Pour rappel, la guerre civile syrienne est un conflit armé qui a débuté en 2011 dans le contexte du Printemps arabe (ensemble des contestations populaires qui ont lieu dans de nombreux pays du monde arabe à partir de décembre 2010). Au départ, les manifestations étaient pacifiques. Les manifestants protestaient contre le régime du président Bachar el-Assad et en faveur de la démocratie. Après avoir été réprimé par le régime, le mouvement devient petit à petit une rébellion armée. Aujourd'hui, le conflit syrien est devenu une guerre civile et a fait plus de 500 000 morts depuis 2011.

Idleb

Idleb est une ville importante de Syrie au point de vue historique. Ses terres sont très fertiles pour la culture du coton, des céréales, des figues et d'autres nombreux fruits. En mars 2015, la ville est prise par l'armée syrienne libre et la coalition rebelle islamiste "Jaich al-Fatah". Depuis, Idleb est régulièrement bombardée par l'aviation du gouvernement syrien et son allié russe. Le 23 juillet 2017, les forces d'Ahrar al-Cham (groupe rebelle salafiste apparu pendant la guerre civile syrienne) abandonnent la ville et la laissent aux mains des djihadistes.

Un rap militant

Avec son rap, Amir al-Muarri dénonce les ravages que cause le conflit syrien. Dans son clip, le jeune homme rappe devant un tableau d'école criblé de balles et des décombres d'immeubles détruits par les bombes. Entre les bombardements meurtriers et la soumission face aux djihadistes, le jeune homme de 20 ans explique que les personnes au pouvoir se nourrissent de guerre et de sang. Celui-ci confie dans sa chanson: "Ils disent que nous sommes libérés, mais nous nous noyons dans les corps (...) Alors que d'autres deviennent riches, nous nous noyons dans notre merde. Nous avons demandé la dignité, mais nous sommes enterrés sans elle." Selon lui, manifester ne sert à rien. Amir espère donc se faire entendre par le biais de son rap et rendre hommage aux nombreuses victimes d'Idleb. Il confie qu'il ne compte pas s'arrêter en si bon chemin et qu'il travaille sur d'autres chansons de protestation.

Auteure: Margaux Glamocic