Le prix du gaz a augmenté ce mercredi en Europe en raison d'une baisse de livraisons de gaz naturel par la Russie. Cette dernière, plus grosse fournisseuse de gaz en Europe, a promis d'augmenter ses livraisons la semaine prochaine.

Le prix du mégawattheure a augmenté de 13% à 76 euros. Cela reste toutefois bien en deçà du pic atteint début octobre où un mégawattheure de gaz s'échangeait à plus de 160 euros.

A lire sur le sujet > Contrats variables ou fixes, frais de distribution,...: les réponses à vos questions sur votre facture d'énergie

Les livraisons en gaz russe ont diminué le week-end dernier ainsi que ce lundi. L'approvisionnement via un important oléoduc vers la Pologne a été stoppé tandis que moins de gaz a transité par un oléoduc qui traverse l'Ukraine. S'y ajoute l'endommagement d'un gazoduc vers la Bulgarie et qui est en cours de réparation.

Stocks reconstitués

Gazprom, groupe gazier russe, a plusieurs fois affirmé qu'il respecterait ses obligations d'approvisionnement de l'Europe. Le Kremlin a assuré mardi que les livraisons vers le continent européen augmenteraient la semaine prochaine, les stocks nationaux ayant été entièrement reconstitués. Le président russe Vladimir Poutine a ordonné à Gazprom d'augmenter les réserves via les infrastructures gazières en Allemagne et en Autriche. Elles y sont pour l'instant bien en dessous des niveaux normaux.

Le prix du gaz a augmenté ce mercredi en Europe en raison d'une baisse de livraisons de gaz naturel par la Russie. Cette dernière, plus grosse fournisseuse de gaz en Europe, a promis d'augmenter ses livraisons la semaine prochaine. Le prix du mégawattheure a augmenté de 13% à 76 euros. Cela reste toutefois bien en deçà du pic atteint début octobre où un mégawattheure de gaz s'échangeait à plus de 160 euros.A lire sur le sujet > Contrats variables ou fixes, frais de distribution,...: les réponses à vos questions sur votre facture d'énergie Les livraisons en gaz russe ont diminué le week-end dernier ainsi que ce lundi. L'approvisionnement via un important oléoduc vers la Pologne a été stoppé tandis que moins de gaz a transité par un oléoduc qui traverse l'Ukraine. S'y ajoute l'endommagement d'un gazoduc vers la Bulgarie et qui est en cours de réparation. Gazprom, groupe gazier russe, a plusieurs fois affirmé qu'il respecterait ses obligations d'approvisionnement de l'Europe. Le Kremlin a assuré mardi que les livraisons vers le continent européen augmenteraient la semaine prochaine, les stocks nationaux ayant été entièrement reconstitués. Le président russe Vladimir Poutine a ordonné à Gazprom d'augmenter les réserves via les infrastructures gazières en Allemagne et en Autriche. Elles y sont pour l'instant bien en dessous des niveaux normaux.