Le Premier ministre haïtien Ariel Henry a promis vendredi d'oeuvrer à l'organisation d'élections nationales "le plus rapidement possible", malgré les difficultés aggravées par le récent séisme qui a endeuillé son pays.

"J'ai pris l'engagement de tout mettre en oeuvre pour remettre mon pays sur les rails d'une démocratie fonctionnelle avec l'organisation, dans les plus brefs délais, de bonnes élections libres et transparentes. Il est impératif que nous retournions rapidement au fonctionnement normal des institutions démocratiques", a déclaré M. Henry lors d'une session extraordinaire de l'Organisation des Etats américains (OEA).

Le Premier ministre haïtien, qui s'exprimait en téléconférence, a reconnu que le séisme qui a ravagé le 14 août le sud-ouest d'Haïti, faisant près de 2.200 morts, avait "mobilisé toutes les énergies" et mis en pause le processus électoral. Mais il a assuré que les opérations en vue du scrutin reprendraient "le plus rapidement possible".

Ariel Henry avait dès sa prise de fonctions le 20 juillet promis de traduire en justice les tueurs du président Jovenel Moïse, assassiné deux semaines plus tôt à Port-au-Prince par un commando armé, et d'organiser cette année des élections présidentielle et législatives exigées par la population et la communauté internationale.

Le récent séisme est le dernier en date des fléaux subis par le pays caribéen, gangrené par la pauvreté, l'insécurité et la corruption.

Le Premier ministre haïtien Ariel Henry a promis vendredi d'oeuvrer à l'organisation d'élections nationales "le plus rapidement possible", malgré les difficultés aggravées par le récent séisme qui a endeuillé son pays."J'ai pris l'engagement de tout mettre en oeuvre pour remettre mon pays sur les rails d'une démocratie fonctionnelle avec l'organisation, dans les plus brefs délais, de bonnes élections libres et transparentes. Il est impératif que nous retournions rapidement au fonctionnement normal des institutions démocratiques", a déclaré M. Henry lors d'une session extraordinaire de l'Organisation des Etats américains (OEA).Le Premier ministre haïtien, qui s'exprimait en téléconférence, a reconnu que le séisme qui a ravagé le 14 août le sud-ouest d'Haïti, faisant près de 2.200 morts, avait "mobilisé toutes les énergies" et mis en pause le processus électoral. Mais il a assuré que les opérations en vue du scrutin reprendraient "le plus rapidement possible". Ariel Henry avait dès sa prise de fonctions le 20 juillet promis de traduire en justice les tueurs du président Jovenel Moïse, assassiné deux semaines plus tôt à Port-au-Prince par un commando armé, et d'organiser cette année des élections présidentielle et législatives exigées par la population et la communauté internationale. Le récent séisme est le dernier en date des fléaux subis par le pays caribéen, gangrené par la pauvreté, l'insécurité et la corruption.