Une première semaine de test

Déjà exigé dans les lieux de culture depuis le 21 juillet, le pass sanitaire prend la forme d'un QR code qui devra, entre autres, être présenté pour déjeuner dans un restaurant ou prendre un verre en terrasse.

Cette première semaine s'annonce néanmoins expérimentale: il s'agira avant tout d'une semaine de tolérance et de rodage, afin de permettre aux professionnels, chargés des contrôles à l'entrée de leurs établissements, de "s'approprier" ce nouvel outil.

Pour être valide, le pass, déjà en vigueur dans plusieurs pays européens, doit témoigner soit d'un schéma vaccinal complet, soit du rétablissement de la maladie à travers un certificat de test positif d'au moins 11 jours et de moins de 6 mois, soit enfin d'un test négatif datant de "moins de 72 heures". À défaut de présentation de ce pass, "l'accès à l'établissement, au lieu, au service ou à l'évènement est refusé, sauf pour les personnes justifiant d'une contre-indication médicale à la vaccination", stipule un décret paru au Journal officiel.

Attention à la triche: ceux qui présentent un pass "qui n'est pas le leur encourent de fortes amendes" et les pass "abusivement utilisés seront placés sur liste noire et rendus inutilisables", a déclaré le secrétaire d'Etat au Numérique, Cédric O. Ainsi, une personne utilisant le pass d'un proche sera passible d'une amende de 750 euros (forfaitisée à 135 euros si elle est réglée rapidement), un montant qui passe à 1.500 euros en cas de récidive dans les 15 jours.

Les jeunes entre 12 et 17 ans en sont exemptés jusqu'au 30 septembre.

Où ce pass est-il exigé?

Loisirs

Déjà obligatoire à l'entrée des lieux de culture et de loisirs accueillant plus de 50 personnes depuis le 21 juillet, le pass sanitaire sera désormais exigible dans tous ces lieux quel que soit le niveau de fréquentation. Visiter un musée, sortir au cinéma, se rendre dans un lieu touristique, faire la fête dans un festival de musique ou simplement se rendre dans un établissement sportif... Toutes ces activités ne pourront se faire sans pass.

Horeca

Le pass sanitaire est désormais également obligatoire dans les cafés, bars et restaurants, en salle comme en terrasse. Les activités de vente à emporter ne sont, quant à elles, pas concernées.

Commerces

Le pass sanitaire n'est pas demandé dans la plupart des magasins. Mais il pourra être exigé, sur décision des préfectures de département, dans les grands centres commerciaux de plus de 20.000 mètres carrés "lorsque leurs caractéristiques et la gravité des risques de contamination le justifient", dit le décret.

Transports

Il faudra présenter un pass sanitaire pour embarquer à bord des avions, des trains Intercités, des TGV et des bus interrégionaux. Il ne sera pas nécessaire dans les métros, bus, tramways, RER,Transilien et TER.

Lieux de santé

Dans les établissements de santé et médico-sociaux, le pass sanitaire sera demandé aux visiteurs ou aux patients qui s'y rendent pour des soins "non urgents", tant que cette obligation ne fait pas "obstacle à l'accès aux soins", a bien souligné le Conseil constitutionnel. Dans les maisons de retraite, il sera également exigé.

Mariage et salons

Les réceptions de mariages, comme les fêtes privées, qui ont lieu dans des établissements recevant du public (salles des fêtes, hôtels, châteaux, chapiteaux...) sont soumises au pass sanitaire. Lorsque les mariages se tiennent dans un lieu de culte ou en mairie, le pass sanitaire ne sera pas exigé.

La mesure s'applique également aux foires, séminaires et salons professionnels.

4 week-ends de protestation

À Paris, Nice, Montpellier et dans plusieurs autres grandes villes françaises, des manifestants ont défilé contre l'instauration du pass sanitaire et contre l'obligation vaccinale pour certaines professions, en scandant des slogans antigouvernementaux et dénonçant la "dictature" selon eux instaurée en France. Selon le ministère de l'Intérieur, 237 000 manifestants se sont mobilisés en France ce samedi 07 août, pour le quatrième week-end d'affilée.

Lire aussi > Covid: 4e weekend de manifestations contre le pass sanitaire en France

Une bonne part des manifestants conteste l'imposition du pass, y voyant une "obligation vaccinale déguisée". Ils jugent la contrainte disproportionnée et s'inquiètent notamment qu'un employeur puisse suspendre le contrat de travail d'un employé dépourvu de pass en règle.

D'autres manifestants disent, eux, refuser d'être "les cobayes" des nouveaux vaccins.

null, AFP
null © AFP

Déjà exigé dans les lieux de culture depuis le 21 juillet, le pass sanitaire prend la forme d'un QR code qui devra, entre autres, être présenté pour déjeuner dans un restaurant ou prendre un verre en terrasse.Cette première semaine s'annonce néanmoins expérimentale: il s'agira avant tout d'une semaine de tolérance et de rodage, afin de permettre aux professionnels, chargés des contrôles à l'entrée de leurs établissements, de "s'approprier" ce nouvel outil.Pour être valide, le pass, déjà en vigueur dans plusieurs pays européens, doit témoigner soit d'un schéma vaccinal complet, soit du rétablissement de la maladie à travers un certificat de test positif d'au moins 11 jours et de moins de 6 mois, soit enfin d'un test négatif datant de "moins de 72 heures". À défaut de présentation de ce pass, "l'accès à l'établissement, au lieu, au service ou à l'évènement est refusé, sauf pour les personnes justifiant d'une contre-indication médicale à la vaccination", stipule un décret paru au Journal officiel.Attention à la triche: ceux qui présentent un pass "qui n'est pas le leur encourent de fortes amendes" et les pass "abusivement utilisés seront placés sur liste noire et rendus inutilisables", a déclaré le secrétaire d'Etat au Numérique, Cédric O. Ainsi, une personne utilisant le pass d'un proche sera passible d'une amende de 750 euros (forfaitisée à 135 euros si elle est réglée rapidement), un montant qui passe à 1.500 euros en cas de récidive dans les 15 jours.Les jeunes entre 12 et 17 ans en sont exemptés jusqu'au 30 septembre.LoisirsDéjà obligatoire à l'entrée des lieux de culture et de loisirs accueillant plus de 50 personnes depuis le 21 juillet, le pass sanitaire sera désormais exigible dans tous ces lieux quel que soit le niveau de fréquentation. Visiter un musée, sortir au cinéma, se rendre dans un lieu touristique, faire la fête dans un festival de musique ou simplement se rendre dans un établissement sportif... Toutes ces activités ne pourront se faire sans pass.HorecaLe pass sanitaire est désormais également obligatoire dans les cafés, bars et restaurants, en salle comme en terrasse. Les activités de vente à emporter ne sont, quant à elles, pas concernées.CommercesLe pass sanitaire n'est pas demandé dans la plupart des magasins. Mais il pourra être exigé, sur décision des préfectures de département, dans les grands centres commerciaux de plus de 20.000 mètres carrés "lorsque leurs caractéristiques et la gravité des risques de contamination le justifient", dit le décret.TransportsIl faudra présenter un pass sanitaire pour embarquer à bord des avions, des trains Intercités, des TGV et des bus interrégionaux. Il ne sera pas nécessaire dans les métros, bus, tramways, RER,Transilien et TER.Lieux de santéDans les établissements de santé et médico-sociaux, le pass sanitaire sera demandé aux visiteurs ou aux patients qui s'y rendent pour des soins "non urgents", tant que cette obligation ne fait pas "obstacle à l'accès aux soins", a bien souligné le Conseil constitutionnel. Dans les maisons de retraite, il sera également exigé.Mariage et salonsLes réceptions de mariages, comme les fêtes privées, qui ont lieu dans des établissements recevant du public (salles des fêtes, hôtels, châteaux, chapiteaux...) sont soumises au pass sanitaire. Lorsque les mariages se tiennent dans un lieu de culte ou en mairie, le pass sanitaire ne sera pas exigé.La mesure s'applique également aux foires, séminaires et salons professionnels.